Mode sombre
03-02-2023
Logo
Leçon (01-36) : Prélude-La protection de l’enfance est une obligation religieuse
   
 
 
Au Nom d’Allah, Le Tout Miséricordieux, Le Très Miséricordieux  
 

  Louanges à Allah, Le Seigneur de L'Univers, que la prière et la paix soient sur notre Maître Mohammad, Le Probe, L'Honnête ; O, Allah, fais-nous émerger des ténèbres de l'ignorance et des chimères, aux lueurs de la connaissance et du savoir, de la souillure des désirs vers les Hauts Paradis.
  Chers frères, nous voici avec la première leçon traitant l'éducation des enfants dans L'Islam.

Les enfants sont l'ornement de la vie terrestre :

  Au premier abord, les enfants sont la germination de l'existence, la récolte de l'espoir, la joie des yeux, les fleurs de la Nation et ses gerbes, ils représentent les bonnes nouvelles.

( Ô Zacharie, Nous t’annonçons la bonne nouvelle d’un fils. )

Sourate 19, MARYAM (MARIE) : 7

  Ils demeurent la joie des yeux :

( Seigneur, donne-nous, en nos épouses et nos descendants, la joie des yeux, et fais de nous un guide pour les pieux )

Sourate 25 AL FURQĀNE (LE DISCERNEMENT) : 74

  Ils symbolisent la tendresse, l'affection, et la miséricorde :

( Et parmi Ses signes Il a créé de vous, pour vous, des épouses pour que vous viviez en tranquillité avec elles et Il a mis entre vous de l’affection et de la bonté )

Sourate 30, AR-RŪM (LES ROMAINS) : 21.

  D'après le témoignage des Ulémas, les enfants (qui sont l'affection et la miséricorde) constituent la garniture de la vie terrestre.

( Les biens et les enfants sont l’ornement de la vie de ce monde. )

Sourate 18, AL-KAHF (LA CAVERNE) : 46.

La protection des enfants est un devoir religieux :

  En effet, l’amour que les parents réservent à leurs enfants est un signe de l’amour qu’ils vouent à Allah, exalté soit-Il. Pour cette raison, chers frères, l'éducation et la protection des enfants impliquent un devoir religieux, les aimer c'est se rapprocher d'Allah, parce qu'ils Lui sont tellement chers.

  A ce propos, on relate une histoire symbolique qui dit qu'un Messager d'Allah est passé près d'une femme qui faisait cuire du pain, elle avait entre-temps placé son fils sur la plate-forme à côté du four, chaque fois qu'elle y introduisait un pain, elle étreignait son petit, aspirait son odeur et l'embrassait ; Le Messager, étonné, s'est demandé : (( O, Allah, Quelle est donc cette clémence ? )) —C'est La Miséricorde Divine, Allah Exalté Soit-Il poursuit : Je vais l'arracher de son cœur ! Du coup, cela a été fait, et lorsque le bébé a pleuré, elle l’a jeté dans le four !
  Pour sûr, l'amour que les parents vouent à leurs enfants est une preuve de L'Amour qu’ils réservent à Allah, exalté soit-Il.

( Et J’ai répandu sur toi une affection de Ma part )

Sourate 20, TÂ-HÂ : 39.

  La précision de ces propos confirme que l'amour qui comble le cœur des parents vis-à-vis de leurs enfants est une part de L'Amour qu'Allah Exalté Soit-Il, voue aux enfants qu’il a déposé dans le cœur des pères et des mères ; voilà pourquoi les enfants sont Les Privilégiés d'Allah ; leur exprimer notre amour nous rapproche d'Allah Exalté Soit-Il, les entourer de nos soins est un devoir religieux.

( Non !... Je jure par cette Cité ! * et toi, tu es un résident dans cette cité* Et par le père et ce qu’il engendre ! ).

Sourate 90, Al Balad (La Cité) : 1-2-3

Le rapport paternité - filiation est un exemple très manifeste à travers lequel on connaît Allah, Exalté Soit-Il :

  Le rapport de la paternité et de la filiation est un exemple très manifeste à travers lequel on connaît Allah Exalté Soit-Il ; la première préoccupation du père est le bonheur de son fils duquel d'ailleurs il n'a guère besoin, il souhaite qu'il excelle en tout, qu'il soit toujours en bonne santé, qu'il mène une vie béate ; pour les deux parents, rien ne tient de plus à leur cœur que leurs enfants pour lesquels ils sacrifient tout ce dont ils disposent, la mère n'hésite pas à s'affamer pour rassasier son fils, ni à trembler d'effroi pour le rasséréner.
  Le système de l’univers à travers le rapport ( parents- enfants ) a pour fonction de nous faire connaître Le Créateur Exalté Soit-Il ; pour rapprocher cette idée, pensons à la mère qui reste éveillée toute la nuit pour assurer le confort à son enfant, et lorsqu'il tombe malade, elle meurt d'inquiétude pour lui, et ceci grâce à la miséricorde qu'Allah a introduite dans son cœur, qu'en est-il alors de la Miséricorde Divine ? Médite donc :

( C’est par quelque miséricorde de la part d’Allah que tu (Muhammad) as été si doux envers eux ! ! )

Sourate 3, Al Imrân (La Famille d’Imrân) : 159.

( Et ton Seigneur est le Pardonneur, le Détenteur de la miséricorde )

Sourate 18, Al Kahf (La Caverne) : 58.

  Le Prophète est le plus Miséricordieux des créatures envers les serviteurs d'Allah, en dépit de cela ce mot est employé au sens indéfini dans le Verset :

( C’est par quelque miséricorde de la part d’Allah que tu (Muhammad) as été si doux envers eux ! )

Sourate Al' Imrân (La Famille d’Imrân) : 159.

( Et ton Seigneur est le Pardonneur, le Détenteur de la miséricorde )

Sourate 18, Al Kahf/58.

( Non !... Je jure par cette Cité ! et toi, tu es un résident dans cette cité )

Sourate 90, Al Balad La Cité) : 1-2-3

  C'est ainsi que le rapport de la paternité vis-à-vis de la filiation se signale.

Allah Exalté Soit-Il n'a créé le serviteur que pour le traiter avec Miséricorde :

  Le Verset Suivant cite une définition de La Miséricorde et de La Commisération Divines :

( … sauf ceux à qui ton Seigneur a accordé miséricorde. C’est pour cela qu’Il les a créés. )

Sourate 11, Hûd : 119.

  Il les a créés pour les traiter avec bienveillance. Le deuxième verset dit :

( Voici ce qu’Allah vous enjoint au sujet de vos enfants )

Sourate 4, AN-NISAA’ (LES FEMMES) : 11.

  Chaque verset du Coran renferme une certaine chaîne d'évènements, il a une teneur qui se rattache au verset précédent et annonce le verset suivant ou lui est lié, cependant, prendre Le Verset d'un seul bloc désigne une autre vérité et devient une loi, en dehors des horaires et des locaux.

( Et quiconque craint Allah, Il Lui donnera une issue favorable )

Sourate 65, At Talâq (Le Divorce) : 2.

  Ce Verset est cité dans Sourate At Talâq ; dans le contexte, il signifie : celui qui craint Allah, divorce sa femme en prononçant la formule une seule fois,

( Et quiconque craint Allah, … Il Lui donnera une issue favorable, )

Sourate 65, At Talâq (Le Divorce) : 2.

  … afin de pouvoir se réconcilier avec elle et la réintégrer au domicile conjugal, il aura prononcé la formule du divorce selon La Sunnah ;

( … Il Lui donnera une issue favorable )

Sourate 65, At Talâq (Le Divorce) : 2.

  Si on isole ce verset de son contexte, la teneur devient une vérité générale :

( Et quiconque craint Allah… )

  … dans son gagne-pain,

( Il Lui donnera une issue favorable )

  … de son gaspillage,

( Et quiconque craint Allah )

  … dans l'éducation de ses enfants, Allah lui donnera une issue

( Il Lui donnera une issue favorable, )

  … de leur ingratitude,

( Il Lui donnera une issue favorable )

  … dans le choix de sa femme.
  On peut écrire des volumes se rapportant à ce verset. Tiré de Son Contexte, Ce Verset devient une loi générale.
  D’ailleurs le verset suivant est cité dans le traité des legs, retire-le du contexte :

( Voici ce qu’Allah vous enjoint au sujet de vos enfants )

Sourate 4, AN-NISAA’ (LES FEMME) : 11.

  Allah Exalté Soit-Il Le Créateur des cieux et de la terre, nous recommande de prendre soin de nos enfants.

La misère des parents découle de celle de leurs enfants :

  Chers frères, je jure par Allah, ce que je vais dire est vraiment atroce, mais la vérité amère est de loin meilleure que l'illusion commode, il ne reste plus entre les mains des musulmans qu'une seule carte gagnante : leurs enfants.
  Quoique soient chimériques les fonds que tu aurais entassés, quoique soient importants les postes auxquels tu aurais accédé, ou quoique soit élevé le rang social que tu aurais occupé, si ton fils n'était pas tel que tu le souhaitais, tu serais le plus malheureux des serviteurs, d’où le verset sacré qui dit :

( Prenez garde qu’il vous fasse sortir … )

Sourate 20, TÂ-HÂ : 117.

 Il désigne Adam et Ève :

( Prenez garde qu’il vous fasse sortir du Paradis )

( … sortir du Paradis, car alors tu seras malheureux )

Sourate 20, TÂ-HÂ : 117

  Selon les règles de grammaire, le verset doit être adressé à Adam et à Eve : Vous serez tous deux malheureux.

( … qu’il vous fasse sortir du Paradis )

Sourate 20, TÂ-HÂ : 117

  Mais le verset est employé à la deuxième personne du singulier et s’adresse à Adam (paix sur lui) seul :

( … car alors tu seras malheureux )

Sourate 20, TÂ-HÂ : 117

  Le contexte désigne nos deux parents originaires : Adam et Ève. Quel a été l'avis des interprètes ? C'est un abrégement éloquent, car la misère de l’homme engendre logiquement la misère de son épouse :

( … qu’il vous fasse sortir du Paradis, car alors tu seras malheureux. )

Sourate 20, TÂ-HÂ :117.

  On peut prendre en exemple le père et la mère qui se déchirent de douleur de voir leur fils dans une situation misérable. Je jure par Allah l’Unique, parfois je reçois un appel téléphonique d'un père souffrant ou d'une mère déchirée par l'égarement de son fils.

Le gain le plus rentable pour un père serait la bonne éducation qu'il donne à ses enfants :

  Chers père et mère, si vous désirez prendre connaissance d’un état psychique incomparable par la béatitude qu’il renferme sachez que vous le vivrez dans la joie des yeux, le noble verset suivant traduit l’idée :

( Seigneur donne-nous, en nos épouses et nos descendants, la joie des yeux, et fais de nous un guide pour les pieux )

Sourate 25, AL FURQĀNE (LE DISCERNEMENT) : 74

  Cette noble besogne qui est la bonne éducation des enfants est rétribuée au monde terrestre avant de l’être dans L'Au-Delà. Mais quelle est sa rétribution ?

( Ceux qui auront cru et que leurs descendants auront suivis dans la foi, Nous ferons que leurs descendants les rejoignent. )

Sourate 52, At Tûr : 21.

  Ce qui veut dire que les bons actes de la progéniture seront rajoutés à ceux de leurs parents : si tu réussis à élever ton enfant d'une façon probe, tous ses bons actes seront rajoutés dans ton registre, ainsi que les actes de ses enfants, de ses petits-enfants, et de toute sa descendance jusqu'au Jour de La Résurrection, ainsi :

((Le meilleur gain de l'homme c'est son fils.))

At Tabarany d’après abû Burda ibn Nyar

  L'affaire gagnante pour toi serait d'éduquer un fils probe qui sera vertueux et suivra ton exemple.

L’effet de la probité, des bonnes œuvres et de l’éducation saine sur l’homme :

  Il n’est de doute que le serviteur sera sauvé par sa probité, heureux par ses bons actes, et vivra la certitude que sa mémoire sera éternelle en raison de la bonne éducation qu’il aura donnée à sa descendance.
  Je vous ai déjà dit que le serviteur aime l'existence intuitivement, il aime mener une vie paisible, parfaite, éternelle. Vivre en paix exige l'obéissance à Allah ; or cette obéissance reste en général un acte négatif, tu diras : ( Je n'ai pas menti, je n'ai pas calomnié, je n'ai pas manqué à mes devoirs ! ) La probité est d’un aspect négatif bien qu'elle garantisse la paix, tandis que les bonnes œuvres sont d’un aspect positif parce qu'elles nous enveloppent de bonheur. La probité débute par la forme négative : ( Je n'ai pas ), alors que les bonnes œuvres commencent par la forme affirmative : ( J'ai dépensé, j'ai donné, J'ai sacrifié, j'ai servi, j'ai dorloté, j'ai consacré ). La probité se limite à te préserver, la bonne œuvre te rend heureux alors que l'éducation des enfants prolonge tes jours.
  A la mort d’un grand érudit, le dernier jour des condoléances, son fils a prêché un sermon magnifique, j'en ai été fort ému, et je me suis dit : L'érudit n'est pas mort, puisqu'il a élevé son fils sur son exemple, pour qu'il soit un prêcheur, il n'est certes pas décédé, sa mémoire est toujours en vie !
  En bref, la probité te préserve, la bienfaisance t'enveloppe de félicité, et l'éducation des enfants prolonge tes jours. Le Messager d'Allah (Salla Allah Alaihi wa Sallam) a dit dans le noble hadith :

((Vos enfants sont une partie importante de vos meilleurs gains.))

Abû Dawûd d'après Abdullah ibn Amr ibn Al Âs.

  Mais pour leur donner une bonne éducation, cela demande du temps, il faut que ton fils soit à tes côtés, tu dois constamment le soutenir, le guider, le travail qui te prend à lui est une perdition, il annule ta paternité, élide ton éducation pour tes enfants et invalide les directives que tu lui auras données.

Le meilleur acte que tu puisses accomplir, serait de donner à ton fils une éducation pieuse et morale :

  Je vous ai souvent confirmé que le succès dans la vie ne peut être partiel, recevoir un grand salaire ne peut en aucun cas être un critère de ta réussite dans la vie, la situation devient encore pire si tu négliges tes enfants, ou ton travail, tu n'es guère à la hauteur en prenant soin de tes enfants tout en omettant tes cultes envers Allah Exalté Soit-Il. Afin que ton succès soit intégral, il faut que tu réussisses dans ta connexion avec Allah, dans tes liens avec ta femme et tes enfants, avec tes collègues au bureau, ou dans les soins que tu prêtes à ta santé.

((Vos enfants sont une partie importante de vos meilleurs gains.))

Abû Dawûd d'après Abdullah ibn Amr ibn Al Âs.

  Par Allah, je n'exagère pas, l’acte suprême que tu pourrais accomplir, serait de procurer à ton fils une éducation tant pieuse, que morale, scientifique, psychique, sociale et physique, En éduquant ton fils de la sorte il deviendra la joie de tes yeux.
  J'ai fait une confidence à un père dont l'enfant fréquentait notre mosquée, ce dernier était tellement probe, appliqué dans ses études, noble de caractère, récitant Le Coran assidûment, aspirant aux sciences, je lui ai dit : Ton fils vaut cent milliards de dollars selon le critère matériel, et même davantage, si tu disposes de cette somme, ton fils équivaudra à une fortune qui dépasse ce chiffre de loin ; plus encore, si tu menais une vie indigente, avec cet enfant prodige, tu ne perdrais rien bien au contraire tu serais gagnant !

L’éducation de nos enfants est une obligation individuelle :

( Voici ce qu’Allah vous enjoint au sujet de vos enfants :... )

Sourate 4 AN-NISAA’ (LES FEMMES) : 11

  Allah Exalté Soit-Il, dit :

( Ô vous qui avez cru ! Préservez vos personnes et vos familles, d’un Feu dont le combustible sera les gens et les pierres )

Sourate 66, At Tahrîm (L’Interdiction) : 6.

  Selon ce Verset, éduquer nos enfants selon les normes islamiques est un devoir individuel :

(Préservez vos personnes et vos familles, d’un Feu dont le combustible sera les gens et les pierres)

Sourate 66, At Tahrîm (L’Interdiction) : 6

  On raconte dans le Athar que si une fille ne reçoit une bonne éducation de son père, elle risquera de fléchir dans la débauche, et méritera bien l’Enfer ; or, Le Jour de La Résurrection lorsqu’elle aura à comparaître devant Le Créateur elle dira : ( O, Allah, je n'y dégringolerai que si mon père me devance, car c'est lui la cause de ma misère ! )
  L’éducation des enfants est une limite tranchante entre le fait d’accéder aux plus hauts rangs, ou de fléchir dans les plus profonds précipices.

L’éducation des enfants doit être probe à condition de ne pas délaisser sa probité ni sa foi :

  Chers frères,

( Voici ce qu’Allah vous enjoint au sujet de vos enfants )

Sourate 4, AN-NISAA’ (LES FEMMES) : 11.

( Ô vous qui avez cru ! Préservez vos personnes et vos familles, d’un Feu dont le combustible sera les gens et les pierres )

Sourate 66, At Tahrîm (L’Interdiction) : 6

  En revanche :

﴾ Ô vous qui avez cru ! Que ni vos biens ni vos enfants ne vous distraient du rappel d’Allah ﴿

Sourate 63, AL-MUNĀFIQŪN (LES HYPOCRITES) : 9

  Ce verset confirme le sens général :

( Que ni vos biens ni vos enfants ne vous distraient du rappel d’Allah )

Sourate 63, AL-MUNĀFIQŪN (LES HYPOCRITES) : 9

  Ce Verset raffermit le sens général

( Que ni vos biens ni vos enfants ne vous distraient du rappel d’Allah )

Sourate 63, AL-MUNĀFIQŪN (LES HYPOCRITES) : 9

  Il est de ton devoir de veiller d'une part sur tes enfants, en freinant leurs élans, en surveillant leur formation intellectuelle et physique, et d'autre part, de consolider ta foi, ta probité et tes bons actes.

Celui qui néglige la religion et la doctrine de son enfant le condamne à mort :

  A mentionner le terme de la mort, on pense tout de suite à l'égorgement, eh bien, non, Allah Exalté Soit-Il, dit :

( La subversion est plus grave que le meurtre )

Sourate 2, Al Baqarah (La Vache) : 191.

  Quel est le sort de cette petite innocente née dans la période préislamique et qui a été ensevelie vivante ? Eh bien ! La Djannah ! Bien qu’elle soit enterrée vivante ; Allah Exalté Soit-Il, dit :

( … et qu’on demandera à la fillette enterrée vivante * pour quel péché elle a été tuée. )

Sourate 81, AT-TAKWĪR (L’OBSCURCISSEMENT) : 8-9

  Selon Les Paroles Divines… :

( La subversion est plus grave que le meurtre )

Sourate 2, Al Baqarah (La Vache) : 191.

  … si tu t'abstiens d'élever ta fille décemment, elle choisira la fausse voie, déploiera ses charmes en public et dérivera de La Méthode Islamique ; par ton attitude négative, tu l'auras tuée :

( La subversion est plus grave que le meurtre )

Sourate 2, Al Baqarah (La Vache) : 191.

Le noble verset nous recommande :

( Ne tuez pas vos enfants pour cause de pauvreté. )

Sourate 6, AL-AN’AM (LES BESTIAUX) : 151

  ( L'Imlaq ) en phonétique arabe signifie la pauvreté, on peut comprendre ce verset dans un sens très large, c'est-à-dire que tu pourras très facilement négliger de veiller sur l'enseignement religieux ou doctrinal de ton fils parce que tu es occupé à courir après ton gagne-pain et à récupérer un grand revenu ; tu l'enverras peut—être dans un pays étranger, il en reviendra mécréant, reniant sa nation, uniquement par ambition et ne visant qu’à réaliser une grande fortune à son tour !

( Ne tuez pas vos enfants pour cause de pauvreté. )

Sourate 6 AL-AN’AM (LES BESTIAUX) : 151

  … parce que :

( La subversion est plus grave que le meurtre )

Sourate 2, Al Baqarah (La Vache) : 191.

  C'est une pente très dangereuse sur laquelle les parents glissent afin de garantir les plaisirs du monde terrestre à leurs enfants, peut—être l'enverra-t-il dans un pays lointain, où la subversion, la corruption, les sociétés mixtes, la déviance battront leur plein, il en reviendra corrompu après s'être livré à la fornication et après avoir commis toutes les figures de la turpitude.
  L'éducation religieuse de son fils passe au dernier plan, car l’important pour lui c’est le chiffre de sa fortune et son travail. C’est là un chemin boueux dans la vie des Musulmans. Telle est l’interprétation des Paroles d’Allah, exalté soit-Il :

( Ne tuez pas vos enfants pour cause de pauvreté. )

Sourate 6 AL-AN’AM (LES BESTIAUX) : 151

  Car :

( La subversion est plus grave que le meurtre )

Sourate 2, Al Baqarah (La Vache) : 191.

  En effet, lorsque tu négliges la religion de ton enfant, sa doctrine, sa loyauté, que tu fais peu de cas à ce qu’il fasse attention à sa pureté et que tu n’as cure de sa déviation ; par cette attitude tu ne fais que le tuer :

( La subversion est plus grave que le meurtre )

Sourate 2, Al Baqarah (La Vache) : 191.

L'enfant est un cadeau divin dont il faut prendre soin scrupuleusement :

  Chers frères, il y a une autre idée à ajouter :

(( Vos enfants vous sont un don divin. ))

Al-Hakim d'après Aïcha qu'Allah Soit Satisfait d'Elle.

  Ce don divin est très précieux, le long des trente années passées, Il ne m’est jamais d’émettre une fatwa qui stipule l’avortement, même dans ses prémices (les premiers quarante jours).  Je disais toujours qu’il s’agit d’un Présent Divin, que plus tard, il pourra devenir un grand prêcheur, un prédicateur de grande renommée, ou un savant respectable, le fils est un don divin qu'il faut savoir apprécier à sa juste valeur.

(( Vos enfants vous sont un don divin. ))

Al-Hakim d'après Aïcha qu'Allah Soit Satisfait d'Elle.

  La preuve :

( Et Nous lui avons donné Isaac et Jacob )

Sourate 6, AL-AN’AM (LES BESTIAUX : 84.

( Nous l’exauçâmes, lui donnâmes Yahya )

Sourate 21, Al Anbiyâ' (LES PROPHÈTES) : 90.

( Et à David Nous fîmes don de Salomon )

Sourate 38, SÂD : 30.

  Le don est une Grâce divine, lorsqu'un père affirme avoir un fils probe, il te dit : ( Par Allah, je ne l'ai guère surveillé de près, mais il est né probe et pieux ). Prosterne-toi donc à Allah Exalté Soit-Il, et remercie-Le de t'avoir fait Grâce d'un tel enfant ; combien rencontrons-nous de gens disciplinés, savants, laborieux, excellents, dont les enfants leur sont opposés :

( Nous l’exauçâmes, lui donnâmes )

Sourate 21, Al Anbiyâ' (LES PROPHÈTES) : 90

  Une autre interprétation, si ton fils suit La Bonne Voie, s'il est probe et fervent, n'attribue donc pas sa piété à ta personne, mais plutôt au Créateur Exalté Soit-Il pour t’en avoir fait don.

Le fils probe comble d'un bonheur incomparable le cœur de ses parents :

  Par Allah, chers frères, je n'exagère pas en certifiant qu'aucune autre émotion ne rivalise celle qui ébranle le cœur des parents à voir leur fils pieux.
  J’ai assisté à un congrès islamique tenu à Los Angeles au cours duquel je devais dire un mot, quand j'ai terminé, une femme voilée s'est approchée de moi et m'a chuchoté qu'elle était la sœur d'un ami à moi à Damas, soudain, elle a éclaté en pleurs ; quand je lui en ai posé la question elle m’a confié que sa fille était danseuse, et que son fils était mécréant !
  A l'étranger, tu trouves de l'opulence, des salaires chimériques, des panoramas pittoresques, mais malheureusement, tu perds une seule chose : tes enfants !
  Chers frères, le Prophète (Salla Allah Alaihi Wa Sallam), a dit :

((( Traitez vos enfants avec égards, et prenez bien soin de leur éducation. ))

Ibn Madja d'après Anas ibn Malek.

  Est-il pensable que Le Messager d'Allah (Salla Allah Alaihi Wa Sallam) qui sermonnait du haut de sa chaire, soit descendu pour porter dans ses bras Al Hassan et Al Hussein, puis regagner sa place et continuer son sermon ? Est-il pensable que Le Messager d'Allah (Salla Allah Alaihi Wa Sallam), ait prolongé sa prosternation pendant La Salât parce que Al Hassan est monté sur son dos dans le seul but de lui faire honneur ? Il rentrait chez lui avec un visage radieux et un large sourire sur les lèvres ; il disait souvent :

(( Traitez vos enfants avec égards, et prenez bien soin de leur éducation. ))

Ibn Madja d'après Anas ibn Malek.

(( Celui qui a un enfant, qu'il adopte une attitude enfantine avec lui ))

( Al-Djame’ Assaghir ) d'après abû Mou’awiya.

  Vous vous imaginez, Le Seigneur des créatures, Le Seigneur des Prophètes, s'amuse avec ses petits-fils qui montent sur son dos, avez-vous vu un tel père ?

Tout père est tenu de traiter tous ses enfants avec équité :

  Parmi les directives du Prophète Salla Allah Alaihi wa Sallam :

(( Craignez Allah et soyez équitables envers vos enfants. ))

Al Boukhari, Mouslim, abû Dawûd, al-Tirmidhi et an-Nasa’i d’après Nu’mâne ibn Bachir.

  Chers frères, il faut que vous traitiez vos enfants avec équité, soit dans les embrassades, soit dans les sourires, parfois le père sans s'en rendre compte, manifeste un intérêt exagéré pour un de ses enfants aux dépens des autres parce qu'il est un peu plus intelligent ou un peu plus charmant, par contre, il se renfrogne devant l'autre fils qu'il juge inférieur au premier ! Eh bien ! Sache, O père, que non seulement tu détruis le moral de celui-ci, mais aussi, tu nourris en lui un complexe d’infériorité, tu lui provoques des maladies psychiques, ton attitude injuste se creusera longtemps dans sa mémoire ; jamais de sa vie, il n'oubliera ton mauvais traitement pour lui ! J'insiste dans ma demande que j'adresse à chaque père, n'ayez jamais un parti- pris pour un de vos enfants au détriment des autres.
  Je voudrais que chaque père partage ses bisous, ses sourires, entre tous ses enfants en égal (bien entendu pour les vêtements, les vivres, c'est évident et formel, on ne doit pas faire des préférences), quant aux gestes sentimentaux que tu n’évalues pas à leur juste valeur (bisous, embrassades, sourires…) il n'est pas juste que tu fasses des préférences entre tes enfants ! Pourquoi cette distinction ?

(( Soyez équitables envers vos enfants. ))

Boukhari et Moslim d'après Nu’mâne ibn Bachir.

  Même dans le nombre des bisous.
  ( O, Messager d'Allah ! Témoignez que j'ai fait un don à mon fils, je lui ai octroyé un jardin, )
  Le Messager d'Allah (Salla Allah Alaihi Wa Sallam) lui a alors demandé :

(( Tu as un autre fils ? ))

  Et devant son acquiescement, il poursuit :

(( Tu lui as fait don aussi à l'instar de son frère ? ))

  ( Non ! )

(( Ne me prends pas à témoin de cela, car je ne témoigne pas d’une injustice ))

  Par Allah, je me rappelle d’un problème qui a eu lieu depuis plusieurs années : Un père est mort laissant deux garçons et mille millions, il lègue à l'un d'eux quatre-vingts chantiers en son nom, en privant l'autre qui travaillait sur un camion. Pourtant, le premier, pieux, donne à son frère tous ses droits !

(( Le serviteur adore Allah Exalté Soit-Il pendant soixante ans, brusquement il lèse son testament, et mérite l’Enfer. ))

La tradition.

(( Craignez Allah et soyez équitables envers vos enfants.))

  Dans un autre hadith :

(( Partagez les dons entre vos enfants avec équité. ))

Al-Hareth d'après Abdullah ibn Abbas.

L'héroïsme du serviteur consiste à se faire aimer de ses enfants spontanément :

  En effet, il faut réussir à se faire aimer de ses enfants non leur imposer son respect, tel est l’héroïsme.
  Dans un autre hadith, Le Messager d'Allah (Salla Allah Alaihi Wa Sallam) a dit :

(( Aidez vos enfants à faire preuve de piété filiale. ))

At-Tabarani d'après Abou Houraïra.

  Qu’Allah fasse Miséricorde au père qui aide son fils à faire preuve de piété filiale à son égard, l’engage avec le personnel dans son magasin, lui donne un salaire ; s'il veut se marier, ou s'acquérir une maison il fera tout cela de son salaire, même s'il est ton fils.  J’ai toujours dit que dans la culture des musulmans, le père est respecté, pourtant n'allez pas croire que tous les pères sont aimés de leurs enfants, ton héroïsme ne consiste pas à imposer à tes enfants de te respecter, mais plutôt à leur apprendre à t'aimer. Le critère de l’affection : tout père est respecté au sein de son foyer mais cela ne veut pas dire que ses enfants l’aiment forcément.

(( Aidez vos enfants à faire preuve de piété filiale. ))

(( Qu’Allah fasse Miséricorde à un père qui aide son fils à faire preuve de piété filiale. ))

  Dans un autre hadith, Le Messager d'Allah (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) a dit :

(( Traitez vos enfants avec égards, et prenez bien soin de leur éducation. ))

  Ali (qu'Allah Soit Satisfait de lui) a tenu des propos semblables :

(( Respectez vos enfants et donnez-leur une bonne éducation car ils sont nés à une époque différente de la vôtre.))

  Un problème se présente, le père a vécu dans les années cinquante, il a mené un certain mode une vie, maintenant son fils a besoin d'un ordinateur, de quelque chose de légitime, le père n'est pas convaincu. Il faut que tu tolères tout ce qui est nouveau dans la vie de ton fils, surtout s'il est dans les limites du licite, il n’est pas nécessaire que tu sois convaincu de tout ce qui est profitable à ton fils, et vice versa ; ils sont nés pour une époque différente de la tienne. Le père conscient est celui qui essaie de comprendre la mentalité de son fils selon les normes législatives bien entendu.

Allah Exalté soit-Il a déposé l'amour des enfants dans le cœur des parents :

  Il y a une autre directive, le Prophète d'Allah (Salla Allah Alaihi Wa Sallam) a dit :

(( L’homme qui provoque l’égarement de ceux qui sont à sa charge, commet déjà un grave péché. ))

 

 

  Il est vrai que c'est lui qui lui fournit les vivres, le vêtit, et prend soin de sa santé, mais en même temps, il a contribué à la perte de sa foi, de sa probité, quand son fils a cessé d'accomplir La Salât, il est resté indifférent, n'a manifesté aucune réaction, ce qui lui importe, c'est sa santé, et ses acquisitions scolaires, je dis et je souhaite avoir raison : l'amour pour les enfants est un tempérament, alors que la piété filiale envers les parents est une obligation, la différence entre les deux est manifeste.
  Tu peux imaginer que Le Conseil des Ministres promulgue la résolution de rendre le petit déjeuner obligatoire ? C'est à la fois drôle et impossible, car le besoin de se nourrir est un tempérament et n'a guère besoin d'ordre !
  Allah Exalté soit-Il, a inséré dans le cœur des parents l'amour pour leurs enfants afin qu'ils se chargent de les éduquer ; que le père soit croyant ou mécréant, probe ou libertin, cultivé ou ignorant, tous aiment leurs enfants chacun à sa façon ; si tu te rends à l'hôpital des enfants, tu verras la mère qu'elle soit voilée ou non voilée, illettrée ou instruite, bédouine ou civilisée, toutes pleurent d'inquiétude pour leurs enfants. Allah Exalté soit-Il a placé dans le cœur des parents une affection profonde pour leurs enfants.

L'affection paternelle est un tempérament, alors que la piété filiale est une obligation :

A présent, j'ai à vous dire un discours un peu précis : tu ne reçois aucune rétribution pour l'amour que tu voues à tes enfants, à l’image d’une personne qui prend son petit déjeuner, accomplit-elle une bonne œuvre ? S'approche-t-elle du Créateur ? Verse-t-elle des larmes en accomplissant La Salât après son repas ? Évidemment non, elle a mangé par besoin, c'est-à-dire que l'acte qui se rapporte au tempérament n'est pas rétribué, quand reçoit-elle une rétribution en éduquant son fils ? Si elle se soucie de sa piété, de sa Salât, de sa doctrine, de son avenir ultérieur ; mais s'occuper uniquement de sa santé, de ses résultats scolaires, tous les gens se ressemblent par cela, que ce soit à l'orient ou à l'occident, car prendre soin des enfants n'est qu'un tempérament.

  Voilà pourquoi, dans Le Coran un seul verset se rapporte aux legs :

( Voici ce qu’Allah vous enjoint au sujet de vos enfants )
( au fils, une part équivalente à celle de deux filles. )

Sourate 4, An Nissa'a (Les Femmes) : 11.

  Alors que la piété filiale est une obligation :

( Et ton Seigneur a décrété : ( N’adorez que Lui ; et (marquez) de la bonté envers les père et mère : si l’un d’eux ou tous deux doivent atteindre la vieillesse auprès de toi, alors ne leur dis point : ( Fi ! ) et ne les brusque pas, mais adresse-leur des paroles respectueuses )

Sourate 17 AL-ISRAA’ (LE VOYAGE NOCTURNE) : 23.

  La piété filiale est une obligation, en effet, le fils est récompensé généreusement en manifestant sa piété envers ses parents, or il peut les négliger, privé qu'il est du besoin intuitif pour leur exprimer sa vertu, surtout aux derniers temps, il renie sa mère et l'accuse de provoquer des ennuis contre son épouse, si elle s'oppose à elle, les deux vivant ensemble, mais pourquoi prendre parti de sa femme contre sa mère ? N'oubliez pas que ses intérêts sont avec la première, étant donné qu'elle satisfait ses désirs, alors que sa mère est un lourd fardeau pour lui, il s'en plaint souvent, pour cela l'affection paternelle est intuitive, mais la piété filiale est une obligation.

Le serviteur n'accède à Allah que s'il prend soin de la religion de ses enfants :

  Allah Exalté soit-Il récompense généreusement le fils qui fait preuve de piété filiale, mais Il ne rétribue guère le père qui s'intéresse à la santé et aux résultats scolaires de son fils, en délaissant sa doctrine, sa probité, sa foi, et sa Salât ; de retour chez lui le soir, il se contente de s'enquérir si les enfants ont mangé, s'ils ont fait leurs devoirs, quant à la Salât, il n'y pense même pas !

( Et commande à ta famille la Salât, et fais-la avec persévérance. )

Sourate 20, TÂ-HÂ : 132.

  Tu ne gagneras un rang élevé auprès d’Allah que lorsque tu auras pris soin de la religion de tes enfants.

L'éducation des fils est absolument l'acte le plus sublime :

  Chers frères :

(( Le père qui donne une bonne éducation à ses enfants, est meilleur que celui qui fait l'aumône d'une mesure de grains. ))

Al-Tirmidhi d'après Jaber Bin Samra.

  L'éducation est une œuvre sublime.

(( Le meilleur don qu'un père puisse faire à son fils est la bonne éducation ))

Al Tirmidhi d’après Sa’ïd ibn al-’Âs (hadith détaché ou Mursal).

  Un homme te dit : ( Il est poli et discret ), son père le surveille, donc à propos de la femme qui s'est plainte à Allah Exalté Soit-Il, Allah l’a entendue à travers les sept cieux, Allah Exalté Soit-Il, dit :

( Allah a bien entendu la parole de celle qui discutait avec toi à propos de son époux et se plaignait à Allah. )

Sourate 58, Al Mujâdala (La Discussion) : 1.

  Cette femme a dit : ( O, Messager d'Allah, mon mari m'a épousée toute jeune, ayant des parents, riche et belle, quand les années m'ont marquée, que mon corps est devenu obèse, que mes parents se sont dispersés, que mon argent s'est volatilisé ; il m’a dit : Tu es prohibée pour moi comme ma mère, nous avons des enfants ). Maintenant méditez à ses paroles : ( si je les lui laisse, ils vont se perdre, si je les garde avec moi, ils vont s'affamer, lui, il travaille et gagne son pain pour leur fournir des vivres, et c'est moi qui les élève. )
  Ce qui justifie le hadith du Messager d’Allah (Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam) :

(( Le meilleur don qu'un père puisse faire à son fils est la bonne éducation ))

Al Tirmidhi d'après Sa’ïd ibn al-’Âs (hadith détaché ou Mursal).

Respecter la personnalité de l'enfant et le traiter en adulte :

  Puis le Messager d'Allah (Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam) a dit :

(( Apprenez à vos enfants trois vertus... ))

Al-Tabarany d'après Ali.

  Apprenez-leur à aimer le Messager d'Allah ! Peux-tu concevoir que ce hadith signifie ( Mon fils tu dois aimer le Messager d’Allah ? ) Cela sera bien drôle ! Mais, tiens compagnie à ton fils de temps en temps, parle-lui du Prophète, de son amour, de sa modestie, de sa miséricorde, de son amabilité avec les enfants, rappelle-lui l'attitude du Messager d’Allah (Salla Allah Alaihi Wa Sallam) vis- à -vis des petits enfants.
  Le Messager d'Allah (Salla Allah Alaihi Wa Sallam), a demandé à l’enfant qui était installé à sa droite :
  (( Tu me permets, mon fils, d'offrir cette boisson à abû Bakr ? ))
  Et l'enfant de répondre : ( Non, par Allah, je ne te permets pas ). Le Prophète (Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam) a respecté la volonté de cet enfant car il n'hésite pas à traiter les enfants comme de grandes personnes.
  Parfois le père demande l'opinion de son enfant, ce qui fait sentir à ce dernier son importance : ( que penses-tu, O fils, de cette affaire ? ) Cette consultation incite l'affection à persister entre les membres de la famille ; si le père demandait leur avis à ses enfants, s'il les invitait à l'aider dans ses décisions il raffermira les relations au sein de la famille. Au lieu de donner des ordres, toujours des ordres et des réprimandes, demande-lui plutôt son avis !
  Un père m'a dit : ( Je mets quelque part une certaine somme et un carnet-bloc et je dis à ses enfants : Prenez la somme que vous voulez, mais notez ce que vous avez pris ) ; il lui donne une part de responsabilité, l'argent est disponible. ( Prends ce dont tu as besoin, mais écris une note à côté : j'ai retiré cent livres, j'ai retiré cinquante livres ) ; l'enfant s'est rendu compte que l'argent était pour tout le mois, et puisqu'il avait trois sœurs, il se contentait de peu, uniquement pour les choses nécessaires.
  Un autre frère m'a appris qu'il avait un fils très appliqué, il lui dit un jour : ( O fils, il y a à côté un calligraphe âgé, et toi, tu seras médecin un certain jour, pourquoi ne lui demanderais pas-tu de te calligraphier une plaque de cuivre sur laquelle il écrira : Le docteur tel ? Ce fils était alors en classe de huitième, il a mis la plaque dans sa chambre, matin et soir, ses yeux tombaient sur le titre, aujourd'hui, il est un docteur très célèbre.
  Pendant le pèlerinage, j'ai rencontré un très grand savant qui m'a dit qu'il était originaire d'un village à Homs, un jour, un parent illettré lui a dit : ( Tu es créé pour devenir un futur médecin ! ) Il m’a avoué que depuis, il a tout fait pour réaliser ce rêve !

Les bonnes œuvres de l’enfant vertueux seront marquées dans le registre de son père, Le Jour de La Résurrection :

  Il t'incombe de t'occuper de ton fils, de ses études, de sa morale, de faire la connaissance de ses amis, de savoir quels sont ses problèmes, il faut que tu sois indulgent avec lui afin qu'il te révèle ses secrets, traite-le en ami, n'élève pas des barrières entre vous deux, prête-lui ta confiance pour qu'il te prenne pour confident.
  Les sept premières années, joue avec ton enfant, n'aie jamais recours à la violence, les sept années suivantes éduque-le moralement, s'il prend quelque chose qui ne lui revient pas, fais-lui une remarque, s'il recommence une deuxième ou une troisième fois, frappe-le, s'il néglige La Salât, fais-en-lui la remarque, une fois, deux fois, puis administre-lui une petite correction pour l'inciter à La Salât. Donc, dans les premières sept années de sa vie, tu joues avec lui ; de sept à quatorze ans c’est la discipline.
  On est entré au cours d’un congrès dans la chambre d'un des membres, et quelle surprise ! La chambre était bien rangée, bien propre. Il occupe une chambre à l’hôtel, un autre à sa place n’aurait cure de ranger ses affaires ; Il m’a dit : ( Mes parents m'ont appris très jeune à plier mes vêtements, à préparer mes affaires, et à organiser ma chambre ). Telles sont les bonnes habitudes.
  J'ai rencontré une personne à laquelle j'ai demandé : Quand te verrais-je demain ? -À six heures du matin. -Où ? -Au bureau ! - À six heures du matin ! Mais pourquoi ? -Mon père m'emmenait chaque matin à La Salât, je me suis donc habitué à me réveiller chaque matin, à accomplir La Salât et à me diriger vers mon bureau.
  Ce père a pris l’habitude d’accomplir La Salât du Fadjr en compagnie de son fils, ne tourne pas ça en ridicule ! Peut-être ton fils pourra –t-il soutenir les gens plus tard, grâce à tes directives.
  Une fois, j'étais dans la mosquée d'Izraa’, en présence d'élèves, quelqu'un me chuchote à l'oreille : Izraa’ est la contrée d’ibn al-Qayyem Al Djawziya, j'en fus étonné ! Masha 'Allah ! Ibn al-Qayyem était un enfant dans ce village. Qui pouvait imaginer que ce petit être allait devenir plus tard ce savant vénérable ?
  Il y a beaucoup d'autres Ulémas qui sont nés dans des villages, à en citer (Al Darani né à Daraya, Al Nawawi né à Nawa), qui ont contribué à placer L'Islam très haut, attends-toi à trouver un jour ton fils devenir très célèbre, un prêcheur très important, un savant respectable, un sermonneur bien instruit, excellent, un chirurgien brillant, un architecte incomparable, prépare-toi donc, tous ses actes seront ajoutés à ton registre.
  Ces traités seront nos axes les prochaines fois.

Télécharger le texte

Langues Disponibles

Masquer l'image