Mode sombre
03-02-2023
Logo
Est-ce qu’Allah traite l’honnête à pied d’égalité avec le traître ?
   
 
 
Au Nom d’Allah, Le Tout Miséricordieux, Le Très Miséricordieux  
 

Le marchand de tissu :


Louange à Allah, Seigneur de l’univers, que la Miséricorde et la Paix soient sur notre maître Mohammad, le fidèle à ses promesses et l’honnête.

Honorables frères, 
J’ai toujours présent à l’esprit le récit de ce jeune homme de condition assez pauvre. Son métier consistait à vendre des chutes de tissu dans un coin du trottoir au souq al-Hamidiyé.
Il avait placé une large pièce de tissu sur laquelle il avait étalé sa marchandise constituée d’une vingtaine de restes de pièces d’étoffes. ll vendait la chute de tissu à un dollar qui équivalait à cinquante livres syriennes. 
Une femme étrangère lui a acheté un reste d’une pièce d’étoffe, l’a payé et s’est éloignée. Le vendeur a glissé le billet d’argent dans sa poche sans y prêter attention. Au bout de deux minutes, il a introduit sa main dans sa poche et en a sorti un billet de cent dollars. 
« D’où est-ce que cela me vient ? » S’est-il demandé.

Il n’a pris qu’un billet d’un dollar contre le reste de la pièce d’étoffe vendue. Il l’avait cru un dollar alors qu’il s’agissait d’un billet de cent dollars.
Aussitôt, il a demandé au propriétaire du magasin d’en face de faire attention à sa marchandise et s’est précipité derrière la dame qui s’était éloignée de deux cents mètres, lui a rendu la pièce de cent dollars en lui expliquant qu’il en voulait un seul dollar et la dame de prendre la pièce en le remerciant.
Le propriétaire du magasin a décelé chez lui cette probité. Les cents dollars font cinq mille livres syriennes, alors que lui n’en voulait que cinquante. Ce magasin était un bureau de change, or ce métier a été bloqué, et le propriétaire était à la recherche d’un autre métier et d’un homme pour le seconder, c’était une chance pour lui. Il a demandé au jeune homme : « aimerais-tu devenir mon associé ? » Le jeune homme lui a répliqué : « Je l’espère vivement. »
Voilà que ce jeune homme qui vendait tantôt des restes de pièces d’étoffes, est entré dans un magasin au souq Hamidiyé, l’a équipé et organisé. Le voilà à présent qui possède un capital énorme, et de plus, il est devenu propriétaire d’un magasin. Il s’est marié, a acheté un bel appartement au douzième étage d’un bel immeuble, il s’est acheté une voiture et vit actuellement dans l’aisance …pour être allé à la recherche de la dame du billet de cent dollars. 
Il fut le point de mire de son voisin qui lui a proposé de devenir son partenaire. Allah l’a soutenu.
Un récit tout à fait opposé. On est dans un endroit nommé Sayyida Ruqayya. Là aussi, une dame s’est approchée d’un jeune homme qui vend des chutes de tissu, a choisi une pièce et lui a payé, par erreur, un billet de cent dollars qu’il a enfoui dans sa poche en gardant le silence. Rentrée chez elle, cette dame a fait ses comptes et s’est rendu compte qu’il lui manquait cent dollars. 
Elle a porté plainte auprès du commissariat de police en leur indiquant le lieu et la personne ; la police a fait venir le jeune homme après lui avoir attaché les menottes, celui-ci a au début, renié son méfait puis a avoué après avoir reçu des coups. On lui a pris le billet de cent dollars en plus d’une amende de cinq mille livres syriennes, en plus des coups qui lui furent administrés au commissariat pour ne pas l’envoyer au bureau du procureur général.

Je jure par Allah, le même récit s’est produit avec un jeune homme pauvre mais croyant qui vendait des chutes de tissu sur le trottoir, or, celui-ci est devenu propriétaire de magasin, a acheté une maison et une voiture. 
Allah a été Généreux avec lui pour avoir rendu le billet de cent dollars alors que le deuxième jeune homme a préféré garder le billet dans sa poche, pensant être perspicace.

﴾ Quiconque obéit à Allah et à Son messager obtient certes une grande réussite ﴿


[ AL-AḤZĀB (LES COALISES) : 71. ]

Louange à Allah Seigneur de l’univers

Langues Disponibles

Masquer l'image