Mode sombre
25-05-2024
Logo
Sermon du Vendredi-Sermon (0450) : S1-Mawlid (anniversaire de la naissance) du Prophète, paix et salut sur lui S2-Et tu es certes, d’une moralité éminente.
   
 
 
Au Nom d’Allah, Le Tout Miséricordieux, Le Très Miséricordieux  
 

  Gloire à Dieu, Gloire à Dieu, et encore une fois Gloire à Dieu qui nous a guidés sur cette voie que nous n’eussions jamais trouvée sans Sa guidance. J’atteste que ma réussite ne dépend que de Dieu ; que je ne m’accroche qu’à Lui, et que je ne compte que sur Lui ! Et je témoigne qu’il n’y a pas d’autre divinité que Dieu, Seul, sans associé ; je reconnais Sa divinité, en dépit de ceux qui l’ont renié et qui ont mécru. Et je témoigne que notre maître Mohamed, est l’Envoyé de Dieu et le maître de la création et de l’humanité, bénédictions et paix sur lui autant de fois que l’œil perçoit d’images et que l’oreille perçoit de sonorités.Seigneur ! Bénis notre maître Mohamed, sa famille, ses compagnons, sa descendance, ses alliés et ceux qui suivront sa voie jusqu’au jour du jugement dernier. Seigneur, drape-nous de Ta Miséricorde, car, certes, Tu es Miséricordieux envers nous ; et ne nous tourmente pas, car Tu nous domines, et fais en sorte que ce que Tu as tracé comme destins soit douceur pour nous: Tu es Puissant sur toute la création. Seigneur, enseigne-nous ce qui nous sera utile, et fais en sorte que ce que Tu nous as enseignés nous soit profitable, Seigneur, augmente notre savoir ; fais en sorte que ce qui est juste nous apparaisse comme tel, et accorde-nous les facilités pour le suivre, et fais en sorte que ce qui est injuste nous apparaisse comme tel, et accorde-nous les facilités pour nous en éloigner. Fais en sorte que nous soyons de ceux qui savent écouter pour suivre le meilleur discours. Par Ta miséricorde, compte-nous parmi Tes hommes bienfaisants.
  Nous célèbrerons dans quelques jours le mawlid (date anniversaire de la naissance) de notre Prophète Mohamed, bénédictions et paix sur lui ; souvenir et célébration des plus précieux qui remplissent le cœur de chaque croyant d’exultation et de joie... Mais comment doit s’effectuer ce souvenir du Prophète, bénédictions et paix sur lui ?
  Dieu Tout Puissant, a créé l’Homme sous la meilleure apparence, puis Il a mis à sa disposition les cieux et la terre pour Se faire connaître de lui dans un premier stade, et pour l’ennoblir. Il lui a également fait don de la faveur de la raison pour qu’elle lui serve de clef à la connaissance de son Créateur et pour qu’elle lui serve d’outil de la responsabilité. Il lui a également octroyé une primo nature (instinct) pure et sans souillures pour qu’elle lui serve de moyen d’appréciation à même de l’empêcher de s’écarter de sa condition humaine. Il l’a également doté de désirs à même de l’élever, afin qu’il puisse remercier le Créateur des cieux et de la terre et de faire preuve de patience. Il lui a également fait don d’une force dans ses entreprises pour, semble-t-il, faire ses choix. Il l’a également doté d’un libre arbitre pour lui permettre de valoriser son œuvre. Il a enfin couronné le tout en révélant le Livre de Vérité, comme juge entre les appréciations émises par la raison et la primo nature, de sorte que, si la raison venait à émettre un jugement en contradiction avec le Coran, que l’Homme sache de façon absolue que c’est sa raison qui est quelque part en défaut et dans l’erreur. Si jamais sa primo nature le conduit à un résultat qui vient contredire la doctrine divine, que le musulman sache de façon absolue que cette doctrine est la seule référence sur toutes choses.
  Malgré que Dieu Tout Puissant, ait créé l’Univers, qu’Il ait doté l’Homme de la raison et l’ait singularisé de primo nature, qu’Il lui ait ancré des désirs et fait don de la faculté de choisir, puis lui a donné la force, il fallait une communication du ciel vers la terre, une éducation destinée à l’Homme s’il venait à faire un faux pas ; et c’est la raison pour laquelle des prophètes d’entre les hommes, pas n’importe quels hommes bien sûr, ont été choisis et chargés, au moyen de la révélation, de communiquer ce message aux hommes.

« Certes, Dieu a élu Adam, Noé, la famille d’Abraham et la famille d’Imran au dessus de tout le monde. En tant que descendants les uns des autres. »

(La sourate la famille d’Imran : 33-34)

  Ces prophètes ont reçu de Dieu la révélation, l’ont transmise et faite connaître aux hommes. Beaucoup d’hommes ont mécru au message des prophètes parce que ce message allait à l’encontre de leurs désirs et de leurs déviations. La première réaction des partisans de la vie d’ici bas, des grands de ce monde, est la mécréance du message divin véhiculé par les prophètes, et c’est la raison essentielle de l’existence des miracles prophétiques, ces phénomènes défiant les lois naturelles générales, et défiant les phénomènes naturels instaurés par le Créateur sur terre. Ces phénomènes extraordinaires servent de preuves à la prophétie et certifient l’origine divine du message.
  Les miracles des prophètes antérieurs étaient d’ordre sensoriel. Ils agissaient comme l’allumette qui brille, puis s’éteint, ne laissant qu’un souvenir auquel croit le croyant et que nie le mécréant. Par contre, le miracle de notre prophète, bénédictions et paix sur lui, est le miracle coranique ; un miracle intellectuel fondé sur des preuves scientifiques matérielles et immatérielles, qui perdurera tant que tournera la terre autour du soleil. Il constitue un don qui est offert aux musulmans en tant que communauté du prophète Mohamed, bénédictions et paix sur lui.
  Cependant, il ne faut pas croire que le premier venu se réclamant de cette communauté sera sauf, du simple fait d’en faire partie. Les exégètes ont divisé cette communauté en deux groupes: celui qui transmet et celui qui applique. Celui qui fait partie de la communauté qui transmet, ne sera sain et sauf qu’en faisant preuve d’obéissance à Dieu Tout Puissant, et celui qui fait partie de la communauté de ceux qui réagissent par l’application, par leur réponse à l’appel de Dieu et de Son prophète, sera considéré comme un adepte de la philosophie qui fait vivre.
  Ceci constitue une introduction. Voyons maintenant quel est l’intérêt de l’existence des prophètes. En fait, ils jouent deux rôles majeurs: le premier consiste à véhiculer, à faire connaître, à transmettre le message divin ; le prophète devenant un messager, comme le précise le verset suivant :

« O Messager, transmets ce qui t’a été descendu de la part de ton Seigneur. Si tu ne le faisais pas, alors tu n’aurais pas communiqué Son message. Et Allah te protègera des gens. »

(La sourate La table servie : extrait du verset 67).

  Le deuxième rôle consiste, pour les prophètes, à apparaître comme des exemples, des modèles à suivre ; et je vous assure que cette dernière manière d’agir en donnant soi-même l’exemple apportera plus de résultats et touchera plus de monde que le prosélytisme, que le fait d’exhorter les gens à suivre la voie de Dieu, parce que la majorité de ceux qui sont venus répandre la bonne parole après le prophète, bénédiction et paix sur lui, ont transmis effectivement le message, mais les gens n’ont pas affiché l’intérêt escompté, tout simplement parce qu’ils ont reçu la parole et ne l’ont qu’entendue, mais n’en ont pas décelé, aperçu, ou vu la manifestation pratique dans le comportement de ceux qui ont véhiculé cette parole de vérité. En fait, on ne peut transmettre un message divin que si on véhicule, en même temps, dans le comportement, la manifestation pratique des préceptes de Sa doctrine.

« (Et rappelle-toi) quand ton Seigneur eut éprouvé Abraham par certains commandements, et qu’il les eut accomplis, le Seigneur lui dit: ‘Je vais faire de toi un exemple à suivre pour les gens’. »

(La sourate La Vache, extrait du verset 124).

« Et Nous avons désigné parmi eux des dirigeants qui guidaient (les gens) par Notre ordre aussi longtemps qu’ils enduraient… »

(La sourate La prosternation, extrait du verset 24)

  Il ne faut pas croire qu’il est possible pour quelqu’un de véhiculer le message divin, lorsque ses paroles vont dans une direction alors que son comportement prend la direction opposée ; lorsqu’il n’allie pas le geste à la parole, comme on dit. Pourquoi ? Parce que les gens ne croient pas ce qu’ils entendent, mais ils croient surtout ce qu’ils voient, ce qu’ils observent, c'est-à-dire la réalité palpable. C’est pour cette raison que le prophète, bénédictions et paix sur lui, avec son exemple hautement moral, avec ses valeurs hautement exemplaires, avec ses qualités hautement satisfaisantes, avec son goût du sacrifice, son amour du combat dans le sentier de Dieu, avec son assurance, avec l’attention et le soin dont il fait preuve dans tout ce qu’il entreprend, avec la miséricorde qu’il montre, il réussit admirablement à rassembler les gens autour de lui. Comment son Créateur le décrit-Il ? Dieu Tout Puissant en dit :

« Et tu es certes, d’une moralité éminente. »

(La sourate La plume : 4).

  Dieu Tout Puissant, pouvait décrire le prophète, bénédiction et paix sur lui, et lui donner mille et une qualités ; mais Il s’est contenté de lui prêter le meilleur qualificatif qui puisse confirmer la véracité du message ; Il a choisi la meilleure qualité qui puisse mener à bien la transmission du message: la moralité et sa manifestation en la personne du prophète comme l’exemple et le modèle à suivre.
  Il est donc évident que si les musulmans ne s’inspirent pas de la vie de l’Envoyé de Dieu, s’ils ne prennent pas exemple sur lui, s’ils ne prennent pas pour modèle l’ensemble de sa démarche, s’ils ne le considèrent pas comme la première personnalité dans leur existence, s’ils ne considèrent pas ses paroles, s’ils ne considèrent pas les actes du prophète, s’ils ne considèrent pas ses qualités morales, s’ils n’adoptent pas les mérites du prophète comme autant de modèles, et s’ils n’imitent pas le prophète dans tous les aspects de leur vie, la célébration de la date de sa naissance (mawlid) n’a aucune signification ni aucune valeur et ne sera jamais plus qu’une banale manifestation de coutumes et de traditions sans intérêt.
  Jamais les musulmans n’ont eu un besoin aussi urgent de prendre connaissance des qualités de leur prophète que de nos jours. Je dirais même que la connaissance des qualités de l’Envoyé de Dieu est devenue un devoir essentiel. Demandez-moi la preuve ! Dieu Tout Puissant ne dit-Il pas ?

« En effet, vous avez dans le Messager d’Allah un excellent modèle (à suivre) … »

(La sourate Les coalisés, extrait du verset 21)

  Dieu Tout Puissant, ne fait-Il pas du prophète, à travers sa démarche, dans ses qualités, dans les mérites du prophète en tant qu’homme, du prophète en tant qu’époux, du prophète en tant que frère, du prophète en tant qu’ami, du prophète en tant que modèle à suivre, du prophète en tant que dirigeant, du prophète en tant que chef ; Dieu Tout Puissant, ne fait-Il pas de la personnalité du prophète un modèle et un exemple à suivre pour les musulmans ? Ne nous-ordonne-t-Il pas de nous inspirer de lui et de prendre tout de lui, comme Il le dit dans le verset suivant ?

« Prenez ce que le Messager vous donne, et ce qu’il vous interdit, abstenez-vous en. »

(La sourate L’exode, extrait du verset 7).

  Ne considère-t-Il pas l’obéissance au prophète, bénédictions et paix sur lui, au même niveau que l’obéissance à Dieu ? Ne considère-t-Il pas la satisfaction du prophète, bénédictions et paix sur lui, au même niveau que la satisfaction de Dieu ? Par souci de précision dans la formulation du Noble Coran, Dieu Tout Puissant dit :

« … Alors qu’Allah - ainsi que Son messager - est plus en droit qu’ils Le satisfassent … »

(La sourate Le repentir, extrait du verset 62).

  Il est à remarquer que dans ce verset, Dieu Tout Puissant ne dit pas : « …les satisfassent », mais il dit : «… Le satisfassent », tout simplement parce qu’en islam, satisfaire Dieu Tout Puissant signifie satisfaire le prophète, bénédiction et paix sur lui, et vice versa.
  Il est nécessaire maintenant de prêter un peu plus d’attention à ce point précis. Comment bénéficier de la guidance par l’entremise du prophète, bénédiction et paix sur lui ? Comment suivre et appliquer sa sunna (les actes et les paroles de sa vie) ? Comment le prophète peut-il constituer un modèle pour le croyant ? Comment peut-il constituer une conduite ?Comment l’imiter si on ne connaît pas sa vie, son comportement, sa bravoure, ses positions, ses particularités, ses relations avec ses femmes et avec ses filles, ses relations avec ses frères... ? J’ai envie de dire que la connaissance de tous les aspects de la vie du prophète, bénédiction et paix sur lui, est un devoir essentiel pour tout musulman.
  Ce qu’il convient de dire sur ce sujet, est que c’est le prophète qui a reçu la révélation de Dieu Tout Puissant, et c’est lui qui, de toutes les créatures, l’a comprise telle que Dieu a voulu qu’elle soit comprise. Et lorsque le prophète à entrepris sa mission dans le domaine comportemental et relationnel, dans ce qu’il recueillait et dans ce qu’il donnait, il a agi selon sa compréhension de la révélation. C’est comme si sa vie, dans tous ses aspects, constituait un pré-requis, une exigence pour sa compréhension du message divin. Si les musulmans mettent en application dans les détails les aspects de sa vie, s’ils mettent en application sa moralité, s’ils prennent tous ses actes comme modèles, ils appréhenderont certainement la signification exacte du Noble Coran, et ainsi ils se réuniront, ils se réunifieront, ils s’entraideront et réaliseront un grand objectif.
  D’où provient la désunion ? Elle provient des conflits d’ordre relationnel ? Quand apparaît la pagaille ? De la divergence des objectifs ! Quelle est l’origine de la faiblesse ? Des conflits internes ! Si les musulmans étudient la vie du prophète dans tous ses aspects, s’ils s’engagent dans la voie qu’il a tracée, s’ils imitent ses actes, s’ils appliquent sa doctrine, ils adopteront ensemble une conduite à même de comprendre le Livre de Dieu. Ainsi, l’homme qui, le mieux a pénétré le sens du message coranique se trouve être le prophète, bénédiction et paix sur lui, et sa vie dans ses aspects comportementaux et ses déclarations, reflète exactement sa compréhension du message divin.
  Tout comme le Noble Coran est une révélation parvenue au prophète, bénédiction et paix sur lui, et tout comme la Sunna (paroles, actes et comportement de la vie du prophète, bénédictions et paix sur lui) est une exégèse, une indication et une explication du contenu du Noble Coran, de même, les aspects de la vie du prophète et de celle de ses compagnons, que Dieu Tout Puissant a agréés, reflètent également la pénétration profonde du prophète du message divin qu’il a reçu. Nous sommes en définitive, face à une doctrine d’ordre comportemental et devant une attitude pratique qui, si les musulmans la comprennent pour l’appliquer ensuite, ils gagneront le bonheur ici bas et dans l’au-delà.
  Alors que nous attendons la célébration du mawlid du prophète, bénédiction et paix sur lui, considérons de plus près comment les gens ont pris l’habitude de célébrer cet événement. Ils se réunissent et écoutent les éloges sur le prophète ; ils font étalage des termes qui décrivent ses mérites. Je voudrais m’arrêter sur ce point pour faire une remarque qui, j’espère, attirera l’attention des lecteurs: si les musulmans se réunissent dans les mosquées, dans les maisons de Dieu Tout Puissant, pour écouter des orateurs faire les éloges du prophète, pour entendre de belles paroles sur ses mérites, ils constituent ensemble un groupe qui croit en ce qu’il entend, parce que, Dieu merci, ils sont croyants. Personne d’entre les auditeurs ne nie ce que raconte l’orateur en matière d’éloges sur le prophète, bénédiction et paix sur lui, mais le mérite et la bravoure apparaîtront lorsque, à l’occasion de cette célébration du mawlid, ils inviteront des gens qui ne connaissent pas encore le chemin de la mosquée, des gens de l’autre bord, encore très loin de la compréhension de cette religion. Les musulmans doivent se tourner vers ces égarés. Si chaque musulman s’intéressait à ses proches, à ceux qu’il a l’habitude de fréquenter, à ses amis, à ceux avec lesquels il a un contact quotidien, qui ne lui ressemblent pas et qui ignorent tout de la doctrine divine ; s’il les invite à une rencontre festive très modeste à l’occasion de cette célébration du mawlid, pour leur dire quelques paroles de cette vérité, ce sera vraiment quelque chose de nouveau, et celui qui l’aura accompli aura transmis ce message à ceux qui en ont vraiment besoin.
  C’est une chose admirable de voir les croyants se retrouver dans les mosquées pour célébrer le mawlid du prophète, bénédiction et paix sur lui, mais ce qui serait meilleur, ce serait de ramener ceux qui n’ont pas l’habitude de prendre ce chemin de la maison de Dieu, d’autres âmes qui sont sur une toute autre voie que celle du Créateur et de Son prophète, et de les faire embrasser cette religion sublime. Si un musulman le fait, Dieu est témoin que c’est un missionnaire de l’Islam.
  C’est pourquoi, l’année passée, j’ai été particulièrement ravi par certains de nos frères, qui ont eu l’idée lumineuse d’inviter chez eux leurs proches, leurs amis, leurs relations ainsi que leurs voisins de l’autre bord, ceux qui ne connaissent pas Dieu et sont éloignés des valeurs de la religion, et leur ont fait partager la célébration du mawlid et les ont entretenus sur les grandes valeurs morales, les qualités pures du prophète, et leur ont fait découvrir quelques réalités de l’islam, ainsi que certains principes essentiels de cette religion sublime. Que celui qui fait de même sache qu’il récupérera des gens et opérera leur transfert d’un bord vers l’autre.
  Le prophète bénéficie de plusieurs mérites, et Dieu Tout Puissant a, dans un premier temps, purifié la raison de Son prophète en le décrivant ainsi :

« Votre compagnon ne s’est pas égaré et n’a pas été induit en erreur. »

(La sourate L’étoile : 2).

  Il lui a ensuite purifié la langue lorsqu’Il en a dit :

« Et il ne prononce rien sous l’effet de la passion. »

(La sourate L’étoile : 3).

  Puis Il a purifié la doctrine divine véhiculée par Son envoyé en affirmant :

« Ce n’est rien d’autre qu’une révélation inspirée. »

(La sourate L’étoile : 4).

  Il a également purifié son compagnon (l’ange Gabriel, paix sur lui) dans le verset suivant :

« Que lui a enseignée (l’ange Gabriel) à la force prodigieuse. »

(La sourate L’étoile : 5).

  Il a ensuite purifié le cœur de Mohamed, bénédiction et paix sur lui, en disant :

« Le cœur n’a pas menti en ce qu’il a vu. »

(La sourate L’étoile : 11).

  Il a ensuite purifié le regard du prophète en disant :

« La vue n’a nullement dévié ni outrepassé la mesure. »

(La sourate L’étoile : 17).

  Il l’a enfin purifié intégralement dans ce verset :

« Et tu es certes, d’une moralité éminente. »

(La sourate La plume : 4).

  Voyons encore une fois comment a été décrit le prophète, bénédictions et paix sur lui ! Il a été décrit comme étant d’une moralité éminente, et ainsi, le prophète, bénédictions et paix sur lui, a démontré que :

« Le meilleur musulman est celui qui fait preuve de la meilleure moralité. »

(Dans ‘Les perles éparpillées’ d’après jaber-Ibn-Samra).

  Et que :

« Le croyant le plus complet en matière de foi est le meilleur en matière de moralité. »

(Dans Al-Jami’ Li-ahkam-Al-Qor’an, d’après Abou-Jaafar).

  Et que :

« Parmi les créatures humaines, les plus aimées du Créateur, sont celles qui font preuve de la meilleure moralité. »

(Dans le Jami’ Assaghir, d’après Oussama).

  Et que :

« Les croyants les plus proches de l’entourage du prophète, bénédictions et paix sur lui, le Jour du Jugement Dernier, sont ceux qui jouissent de la meilleure moralité. »


  Comme autre parole du prophète, bénédictions et paix sur lui, il a répondu ainsi à la question suivante :

« Envoyé de Dieu, qu’est ce que l’homme a reçu de meilleur ? Il répondit : une excellente moralité. »

(Dans ‘Les Perles éparpillées’, d’après Oussama Ibn-Charik).

  Il est connu également que :

« Il n’y a pas plus pesant (méritoire) sur la balance le Jour du Jugement Dernier qu’une moralité excellente. »

(Dans ‘Les Perles éparpillées’, d’après Abi-Addarda’).

  Il est dit également que :

« Grâce à l’excellence de sa moralité, le musulman atteindra le mérite d’un jeuneur très enclin à la prière. »

(Dans Takhrij ahadith Al-Ahya’).

  Il est même dit que :

« L’excellence de sa moralité fera atteindre à l’individu les plus hautes sphères dans l’au-delà).

(Dans ‘Les Perles éparpillées’, d’après Ibn-Anas).

  Il est enfin dit que :

« L’excellence de moralité fait fondre les fautes comme le soleil fait fondre la glace, et la moralité dissolue altère les actions comme le vinaigre gâte le miel. »

(Dans ‘Les Perles éparpillées’, d’après Ibn-Abbas).

  Ainsi, plus de dix hadiths authentiques confirment qu’une excellente moralité constitue l’essentiel de la religion, et c’est pourquoi Dieu Tout Puissant, a décrit le prophète jouissant d’une moralité éminente.
  C’est pourquoi, lorsqu’on veut célébrer le mawlid (la date anniversaire de la naissance) du prophète, bénédictions et paix sur lui, il faut d’abord évoquer ses mérites, ensuite le prendre comme exemple, apprendre à l’imiter, puis à mettre en application ce qu’on a appris. Il est indispensable d’apprendre, puis d’appliquer. Il est impératif de prendre le prophète, bénédictions et paix sur lui, comme modèle, comme symbole et comme référence. Posons-nous la question ! Quel était le comportement du prophète, bénédictions et paix sur lui ?
  Nous apprenons par exemple, que lorsqu’il rentrait chez lui, son premier geste consistait à plier son manteau avant de le déposer, signe de sa haute moralité qu’il convient d’imiter ;
  Il était plein d’attention pour ses compagnons, comme le rapporte Al-Hakem dans son Isnad :
  « Le prophète, bénédictions et paix sur lui, était dans une de ses demeures, lorsque ses compagnons vinrent lui rendre visite. Il y en avait tellement que la place s’en trouva pleine, alors qu’arriva un compagnon du nom de Jarir Al-Boujali. Ne trouvant pas de place où s’asseoir, il s’assit sur le seuil. L’ayant remarqué dans cette posture, l’Envoyé de Dieu retira son manteau et le lui donna pour qu’il s’assied dessus. Jarir le prit et s’en couvrit le visage, le couvrit de baisers en pleurant et le rendit à l’Envoyé de Dieu en disant :

« Envoyé de Dieu, jamais je ne pourrais m’asseoir sur ton manteau ! Que Dieu t’honore comme tu viens de m’honorer. »
L’Envoyé de Dieu regarda à droite, puis à gauche, et déclara:
« Si un noble d’une communauté venait vous rendre visite, honorez-le. »

  C’est ainsi qu’il agissait avec ses compagnons. Considérons encore ce qui suit :
  Un certain ’Oday-Ibn-Hatim, Dieu soit satisfait de lui, raconte :

« Lorsque j’entrai chez l’Envoyé de Dieu, bénédictions et paix sur lui, il me tendit un coussin de doum rembourré de fibres, et me dit : ‘tiens ! Assied-toi dessus !’ Je répondis : ‘Non, c’est à toi de t’asseoir dessus !’ Il insista et me répondit : ‘Non, c’est toi qui t’assiéra dessus.’ Je finis par m’asseoir dessus alors que l’Envoyé de Dieu s’assit par terre. Je réagis: ‘Je témoigne que tu ne recherches ni gloire ni abus sur terre… »

  Et c’est à la suite de cet épisode que ce ‘Oday embrassa l’Islam, après avoir vécu cette scène qui illustre, dans toute sa perfection, la modestie et l’humilité de l’Envoyé de Dieu.
  Dans ses ‘Addala’il’, Al-Bayhaqi raconte ce qui suit :

« Lorsque la délégation du Négus se présenta devant l’Envoyé de Dieu, bénédictions et paix sur lui, il se mit à les servir en personne. Ses compagnons voulurent s’en occuper à sa place en disant : ‘Nous pouvons nous en occuper à ta place’. Il répondit : ‘J’ai appris qu’ils ont honoré nos compagnons ; aussi, je me dois de les remercier pour la marque d’honneur qu’ils ont eue pour nos compagnons !’ »

  L’Envoyé de Dieu a tenu à les servir en personne, parce qu’ainsi était notre prophète, bénédictions et paix sur lui.
********
  Si on s’intéresse à sa patience, l’Imam Ahmed et At-Termidhi rapportent d’après Anas, Dieu soit satisfait d’eux, que l’Envoyé de Dieu a déclaré :

« J’ai eu peur dans ma mission divine alors que personne n’a eu peur ; On m’a fait du tort dans ma mission alors que personne n’a subi de tort ; j’ai passé une trentaine de jours alors que Bilal et moi ne possédions comme nourriture, dont s’alimente normalement un individu, que ce que peut dissimuler l’aisselle de Bilal. »

  Il représentait l’exemple dans les bons moments comme dans les moments difficiles : il a eu peur, il a subi des torts, il a eu faim, il a enduré des épreuves, il a résisté à la haine et aux hostilités des Qoraïchites, il a supporté leur dure oppression, leur boycott, leur malfaisance, leur bannissement, leurs railleries, et leur déni… Ne s’est-il pas adressé en ces termes aux ennemis, victimes de la bataille de ‘Badr’ :

« O toi untel, et O toi untel (et il s’adressait à chacun nommément) ! Avez-vous trouvé ce que Dieu vous a promis ? Vous ne m’avez pas cru alors que les gens m’ont cru ; et vous m’avez banni alors que les gens m’ont recueilli ; et vous m’avez abandonné alors que les gens m’ont assisté ! »

********

  Quant au courage de l’envoyé de Dieu, bénédictions et paix sur lui, voyons ce qu’en dit Ali-Ibn-Abi-Talib, Dieu soit satisfait de lui :

« Lorsque la bataille faisait rage et que les yeux étaient injectés de sang, nous autres compagnons nous nous protégions derrière l’Envoyé de Dieu, bénédictions et paix sur lui, car personne d’entre nous n’était aussi près de l’ennemi que lui. »
********

  Concernant sa crainte, il avait une crainte de Dieu qui n’avait pas de bornes ; ce qui lui faisait dire :

« Le summum de la sagesse est la crainte de Dieu. »

(Dans le résumé de l’exégèse d’Ibn-Kathir, d’après Ibn-Abbas).

  Un jour qu’il était en colère contre un enfant, il s’écria :

« Par Dieu, si je ne craignais pas la loi du talion, je t’aurais fait mal avec ce siwak (rameau de noyer servant de brosse à dents). »


  (Peut-on imaginer quelqu’un corriger un garnement avec un rameau de quelques centimètres de long ?)
  Il jouissait également d’un immense prestige, parce que celui qui craint Dieu intimide automatiquement son entourage, et celui qui ne craint pas Dieu est intimidé par tout son entourage. Il incarnait un luxe majestueux et avait le visage qui brillait de la clarté lunaire une nuit de pleine lune. Celui qui l’apercevait ne pouvait qu’en être intimidé ou l’aimer.
  Un jour, un homme vint le voir et tremblait tellement en sa présence que le prophète, bénédictions et paix sur lui, l’apostropha ainsi :

« Calme-toi, je ne suis que le fils d’une femme qui avait l’habitude de se nourrir de viande séchée sur cette même place. »

(Dans ‘Les Perles éparpillées’, d’après Jarir).

  En ce qui concerne son sens de l’équité, Al-Bokhari et Moslim rapportent (l’événement est raconté par Al-Bokhari, d’après ‘Oroua) que du temps du prophète, bénédictions et paix sur lui, une femme a été reconnue coupable de vol. Des gens de sa tribu vinrent voir Oussama-Ibn-Zayd pour qu’il puisse intercéder en sa faveur auprès de l’Envoyé de Dieu, afin que sa main ne fût pas coupée. Lorsqu’Oussama s’adressa dans ce sens à l’Envoyé de Dieu, le visage de ce dernier devint rouge de colère, et il répondit à l’intercesseur :

« O, Oussama ! Intercèderas-tu contre une des lois divines ? »
Oussama demanda alors au prophète : « O Envoyé de Dieu, demande à Dieu pardon pour moi ! » Et lorsque vint le soir, le prophète, bénédictions et paix sur lui, après avoir loué son Seigneur, s’adressa aux gens en ces termes :
« Des gens ont péri avant vous parce que lorsqu’un notable d’entre eux venait à voler, il lui était pardonné, alors que lorsqu’un faible venait à voler, il était immédiatement condamné et la sentence appliquée sur lui. Par Celui dont dépend le souffle de mon âme, si Fatima, la fille de Mohamed venait à voler, je lui couperais la main ! »

  Ainsi est le sens de la justice chez notre prophète, bénédictions et paix sur lui.
********
  Concernant la miséricorde qu’il montrait, l’imam Ahmed rapporte d’après Abdellah-Ibn-Jaafar, Dieu soit satisfait d’eux :

« Un jour l’Envoyé de Dieu me fit monter en croupe derrière lui et nous allâmes au jardin d’un homme des Ansars (habitants de Médine qui ont accueilli le prophète, bénédictions et paix sur lui) où il y avait un dromadaire. A la vue de l’Envoyé de Dieu, les yeux de l’animal commencèrent à briller. Le prophète s’en approcha, lui caressa le front, ce qui calma l’animal. Le prophète demanda alors: « qui est le propriétaire de cette bête ? » Un jeune homme des Ansars s’avança. Le prophète, bénédictions et paix sur lui s’adressa à lui : « Ne crains-tu pas Dieu en cette bête qu’Il t’a confiée ? Elle s’est plainte à son Créateur que tu l’affames et que tu la tourmentes. »


  C’est un exemple de la miséricorde de l’Envoyé de Dieu: miséricorde doublée de moralité dont toutes les créatures profitent, même les bêtes. Il y attachait beaucoup d’intérêt et avait beaucoup d’égards pour elles et veillait particulièrement à leur bien-être, à leur sécurité et à leur alimentation, et empêchait qu’elles fussent surexploitées.
********
  Le prophète était immensément pudique et modeste parce qu’il était immensément croyant. Lui-même disait :

« La pudeur découle de la foi. »

(Dans ‘Les Perles éparpillées’, d’après ‘A’ïcha).

  Il était plus pudique que la vierge dans sa réclusion ; et cette forme de retenue l’empêchait d’aborder qui que ce fut de la manière qui était désagréable à l’interlocuteur.
  Si au moins les musulmans d’aujourd’hui connaissaient vraiment leur prophète, car Dieu Tout Puissant avait déjà annoncé :

« Ou n’ont-ils pas connu leur Messager au point de le renier ? »

(La sourate Les croyants : 69).

  S’ils le connaissaient vraiment ; s’ils avaient essayé d’en apprendre sur lui, sur sa vie, ses paroles et ses actes ; s’ils avaient cherché à connaître ses qualités et sa grandeur d’âme, s’ils l’avaient connu et en avaient fait leur modèle, dans le travail, dans leurs gestes, dans leurs activités, ils ne seraient pas dans une situation pareille. Dieu fasse miséricorde à l’âme de celui qui a chanté les louanges de la meilleure des créatures de Dieu dans les vers suivants :

O toi dont la moralité recèle ce à quoi elle aspire,
De la grandeur et de ce à quoi aspirent les grands de ce monde ;
Lorsque tes actes révèlent l’homme généreux, tu atteins le terme de la générosité,
Et tu accomplis ce que ne peuvent accomplir les pluies bienfaisantes.
Et lorsque tu pardonnes, tu agis en homme capable, au pouvoir affermi.
Et les ignorants ne sous-estiment pas ta mansuétude.
Lorsque tu fais preuve de miséricorde, tu es la mère ou le père,
Ce couple qui, sur terre personnifie la miséricorde.
Et lorsque ta colère survient, ce n’est qu’une colère
Légitime, mais sans venin ni ressentiment.
Et lorsque tu t’adresses aux auditoires, les chaires tremblent
Et les assemblées s’émeuvent et les cœurs fondent en pleurs.
O toi l’analphabète, il te suffit d’être à ce niveau
De la science qui fait plier devant toi les savants.
********

  Participons-nous à des veillées ? Avons-nous des rencontres ? Profitons-nous de soirées ? Avons-nous des endroits où nous retrouver ? De quoi parle-t-on dans ces rencontres ? De la médisance ? De ce qui ne présente aucun intérêt ? Du discours qui ne rapporte rien ? De paroles destinées à désunir et non à unir ? De ce qui remplit les cœurs de rancune et de jalousie ? De bavardage inutile ? Si au moins on agrémentait ces rencontres de choses utiles, si on les destinait à des discours sur le prophète, bénédictions et paix sur lui. C’est lors de discussions sur le prophète que le baume enveloppe les assemblées, c’est à l’évocation des ses mérites que les cœurs débordent de contentement et de joie, et c’est à l’évocation de sa moralité hautement satisfaisante que les sourires se dessinent sur les visages.
  Ainsi doit se manifester la célébration du mawlid de notre honorable prophète, bénédictions et paix sur lui. Quand les prétendus amoureux du prophète se multiplient, on leur exige une preuve de cet amour ; et c’est à ce sujet que Dieu Tout Puissant dit :

« Dis : si vous aimez vraiment Allah, suivez-moi. »

(La sourate La famille d’Imran, extrait du verset 31).

  Il est indispensable de bien comprendre ce verset, parce que n’importe qui peut prétendre n’importe quoi tant qu’il s’agit de simples paroles. Tout le monde prétend aimer Dieu Tout Puissant ; Chacun prétend être un grand croyant. En fait, ce ne sont que paroles dénuées de sens ; ce ne sont que des prétentions. Quand les prétendus amoureux de Dieu se multiplient, on leur exige une preuve de cet amour, et Dieu dit :

« Dis: si vous aimez vraiment Allah, suivez-moi. Allah vous aimera alors et vous pardonnera vos péchés. »

(La sourate La famille d’Imran : 31).

  En vérité, on ne peut aimer Dieu que si on s’inspire de Son prophète. Et si ensemble on imite le prophète, on réalise l’unité et la désunion s’évanouit, et disparaissent les conflits qui séparent, et guérissent les maladies qui divisent et font des ravages parmi la communauté des musulmans. Suivre la voie tracée par le prophète, bénédictions et paix sur lui, renforce ; et la recherche du savoir, l’étude de tout ce qui a trait à la connaissance de l’Envoyé de Dieu, consolide ces liens entre les cœurs et embaume les assemblées.
Nous sommes à la veille du mawlid de notre prophète, bénédictions et paix sur lui, et nous sommes tous tenus de prévoir dans nos foyers des rencontres au cours desquelles, nous devons évoquer tous les aspects de la vie de l’Envoyé de Dieu, bénédictions et paix sur lui. Il existe sûrement dans notre entourage des gens qui sont très éloignés de la religion de Dieu, aux antipodes de sa doctrine, dans l’ignorance complète de leur Créateur. Peut être que votre intervention, vos conseils, vos explications leur ouvriront la voie et les rapprocheront de ce prophète, bénédictions et paix sur lui.
  Pendant qu’il est encore temps, vous devez vous demander des comptes avant de devoir en rendre. Pesez vos actions avant qu’elles ne soient mises sur la balance, mais contre vous. Il faut savoir que l’ange de la mort nous a enjambés aujourd’hui pour passer à autrui et qu’il enjambera bientôt autrui, pour s’avancer vers nous. Prenons donc nos précautions. Le prévoyant est celui qui, régulièrement se demande des comptes et œuvre pour ce qui l’attend après la mort ; et l’incapable est celui qui devient l’esclave de ses sens et s’y perd, et espère de Dieu, mais ne fait qu’espérer…
  Gloire à Dieu, Maître des mondes.
********
  Lorsqu’il était enfant, le prophète, bénédictions et paix sur lui, s’écartait des amusements, des jeux et des veillées des autres enfants. Lorsqu’il était convié à participer au bavardage inutile, Il déclarait à ses jeunes compagnons :

« Je n’ai pas été créé pour ça ! »

  Chacun de nous sait-il pourquoi il a été créé ? Ne devons-nous pas chercher à savoir pourquoi nous sommes sur terre ? Qu’est-ce qui peut nous être utile ? Qu’est-ce que la réussite ? Quel est le vrai succès ? Qu’est-ce que la vraie réussite ? Qu’est ce que le vrai gain ? Quels sont les vrais gagnants ? Qui est heureux ? Et il disaitn :

« Je n’ai pas été créé pour ça ! »

  Si nous savions ce pourquoi nous avons été créés ! Dieu Tout Puissant dit :

« Je n’ai créé le djinn et les hommes que pour qu’ils M’adorent. »

(La sourate Celles qui éparpillent : 56).

  Le jour où le message divin de la guidance est descendu sur le prophète, bénédictions et paix sur lui, et qu’il a été investi de la mission de transmission aux hommes, sa femme Khadîdja, Dieu soit satisfait d’elle, lui dit: « Prend un peu de repos. » Sa réponse est restée et restera dans l’histoire :

« O Khadîdja ! L’époque du sommeil est désormais révolue ! »

Les musulmans persistent dans leur insouciance et demeurent noyés dans leurs désirs, insouciants de leur destin. Pourquoi ne se réveillent-ils pas de leur insouciance ? Parce qu’ils n’ont pas compris l’appel de leur prophète, bénédictions et paix sur lui :

« O Khadîdja ! L’époque du sommeil est désormais révolue !»

  Il faut savoir que chacun de nous est responsable ; et sa mission est de connaître Dieu, de rechercher le savoir, de découvrir la doctrine divine, de faire le bien afin de pouvoir gagner le bonheur éternel.
  Le jour où la péninsule arabique tomba d’un bout à l’autre aux mains du prophète, bénédictions et paix sur lui ; le jour où vint la victoire de Dieu et s’acheva la conquête, et que les gens eurent rejoint la religion de Dieu par groupes, et que le Prophète était au faîte de la victoire, au faîte de son triomphe, à la tête de l’ensemble de la péninsule arabique, il gravit la chaire et s’adressa aux gens en pleurant :

« O vous qui m’écoutez ! Si j’ai appliqué le fouet sur le dos de l’un d’entre vous, voici mon dos pour qu’il puisse me rendre la pareille ! Et si j’ai pris des biens de l’un d’entre vous, voici mes biens pour qu’il puisse en prendre à son tour, et qu’il ne craigne aucune rancune, car elle n’est ni de mon caractère ni de mes habitudes.»

(Dans majma’ azzawâ’id, d’après Al-Fadl-Ibn-Abbas).

  Quelqu’un peut-il accéder au faîte de la gloire et garder sa modestie et son humilité ? Peut-il persévérer dans son adoration de Dieu Tout Puissant ? Peut-il continuer à craindre Dieu Tout Puissant, alors qu’il se trouve au summum de la puissance, aux plus hauts degrés de la réussite, au faîte de la gloire ? Non seulement il est resté le même, mais sa profonde modestie l’a amené à s’adresser aux gens en ces termes :

« O vous qui m’écoutez ! Si j’ai appliqué le fouet sur le dos de l’un d’entre vous, voici mon dos pour qu’il puisse me rendre la pareille ! Et si j’ai pris des biens de l’un d’entre vous, voici mes biens pour qu’il puisse en prendre à son tour, et qu’il ne craigne aucune rancune, car elle n’est ni de mon caractère, ni de mes habitudes. »

(Dans majma’ azzawâ’id, d’après Al-Fadl-Ibn-Abbas).

  Il accomplissait régulièrement sa prière, et lorsque le moment d’une prière arrivait, c’est comme s’il ne nous connaissait pas et que nous ne le connaissions pas, tellement il était proche de son Créateur. Lorsqu’il accomplissait la prière, son âme fondait d’amour et d’aspiration ; et il accomplissait la prière de l’aurore en lisant les longs versets - comme il nous l’a appris – Un jour qu’il dirigeait la prière de l’aurore, avec ses compagnons derrière lui, savez-vous qu’il a lu ce jour là la plus petite sourate du Coran et il a terminé très rapidement cette prière… Savez-vous pourquoi il a agi ainsi ? Parce qu’il a entendu pleurer un bébé derrière les rangs des gens en prière. C’était comme si ce bébé appelait sa mère par ses pleurs. Et le prophète, bénédictions et paix sur lui, a fait preuve de miséricorde envers ce bébé et envers sa mère en terminant rapidement un des rites les plus sacrés en Islam. Il devenait tout tremblant lorsqu’il voyait un animal porter plus qu’il ne pouvait. Comment alors des gens peuvent-ils être si durs envers d’autres ? Son cœur ne pouvait supporter de voir l’état d’une bête portant une charge au dessus de ses forces, alors qu’aujourd’hui, ce que font les ennemis des musulmans aux musulmans révèle des cœurs plus durs que la pierre. La vérité est que l’Islam élève le cœur du musulman à un degré tel qu’il devient d’une gentillesse extrême, et c’est pourquoi ceux qui font preuve de miséricorde seront couverts de la miséricorde divine, comme l’affirme la parole de Dieu :

« Si vous voulez ma miséricorde, soyez miséricordieux envers Mes créatures. »

  La tendresse de cœur est un signe de proximité, alors que la dureté de cœur est un signe d’éloignement. C’est vrai que tu étais le meilleur des hommes en matière de moralité, tu leur étais bien supérieur de cœur, le plus sincère en paroles, tu possédais l’âme la plus sensible, et étais le plus généreux en matière de relations, O Envoyé de Dieu ! Le prince d’Oman a dit vrai lorsqu’après t’avoir rencontré, il finit par reconnaître: « Par Dieu, j’ai eu la confirmation que ce prophète analphabète n’ordonne de faire le bien qu’en l’accomplissant lui-même le premier, et qu’il n’interdit quelque chose qu’en s’en abstenant le premier, et que vainqueur, il ne montre aucune arrogance, et que vaincu, il ne se met pas en colère, et qu’il tient parole, et remplit sa promesse.
Nous aurons encore plusieurs exposés sur les mérites de l’Envoyé de Dieu, bénédictions et paix sur lui, mais j’espère que vous fêterez réellement son anniversaire, que vous confirmerez votre amour de Dieu par l’imitation de Son prophète, bénédictions et paix sur lui, que vous prouverez votre amour pour Dieu en connaissant mieux le prophète, bénédictions et paix sur lui, à travers ses paroles, à travers ses actes, et à travers les différents aspects de sa vie. Il faut savoir que la connaissance des différents aspects de sa vie est un devoir essentiel parce que vous êtes tenus de vous inspirer et d’imiter votre prophète, bénédictions et paix sur lui, et votre bravoure se manifestera dans le ralliement des gens de l’autre bord à la communauté des musulmans ; ceux qui fréquentent rarement les maisons de Dieu ; ceux qui ne suivent pas la doctrine divine. Faites leur donc connaître ce prophète exceptionnel. Si vous parvenez à réaliser cet objectif, vous pourrez dire que vous avez accompli quelque chose d’immense.
  Et pour finir, j’implore Dieu et vous demande de répéter Amen :
  Seigneur, fais en sorte que nous soyons de ceux que Tu as guidés. Fais en sorte que nous soyons de ceux auxquels Tu as préservé la santé. Accorde-nous le soutien que Tu as accordé à ceux que Tu soutiens. Seigneur, bénis ce que Tu nous as donné, et éloigne de nous et préserve-nous du mal que Tu as décrété, puisque c’est Toi qui décrète et qu’il n’y a point de décret contre Toi. Certes, celui que Tu protèges ne peut être avili comme ne peut se prévaloir de la dignité celui que Tu considères comme ennemi. Sublime et Tout Puissant Tu es. Gloire à Toi pour ce que Tu as décrété. Nous implorons Ton pardon, Seigneur, et nous nous repentons à Toi.
  Seigneur, réconcilie-nous avec notre religion qui est infaillible pour notre action, et améliore pour nous notre monde qui est le siège de notre vie d’ici-bas, et arrange notre au-delà auquel nous sommes destinés, et fais en sorte que la vie soit pour nous un lieu de récolte de biens, et fais en sorte que la mort soit pour nous un repos exempt de tout mal, Toi, notre Seigneur, Maitre des mondes.
  Seigneur, fais en sorte que le licite nous suffise par rapport à l’illicite, et que notre obéissance à Toi nous suffise par rapport à notre désobéissance, et fais en sorte que Tes faveurs nous suffisent par rapport à celles d’autres que Toi.
  Seigneur, ne nous donne pas cet excès de confiance dans les épreuves que Tu nous imposes et ne nous retire pas ta protection, et ne nous fais pas oublier Ton rappel, O, Maitre des mondes ! Seigneur, dissimule nos péchés, et dissipe nos frayeurs et fais en sorte que nous soyons en sécurité dans nos pays, et fais en sorte que ce pays soit en sécurité, généreux et prospère, ainsi que tous les pays musulmans.
  O, Seigneur, Toi le plus Noble des nobles, élève la parole de la vérité et celle de la religion, donne la victoire à l’Islam et aux musulmans, et accompagne leurs dirigeants vers ce que tu aimes et que tu agrées, car Tu es Capable sur ce que Tu veux, et Prompt à répondre.

Langues Disponibles

Masquer l'image