Au Nom d’Allah, Le Tout Miséricordieux, Le Très Miséricordieux

Prêche 1 :

  Louange à Allah, nous Le louons, nous implorons Son secours et Lui demandons de nous guider. Nous cherchons refuge auprès d’Allah contre les maux de nos âmes et nos mauvais actes.   Celui qu’Allah guide sur le Droit Chemin ne sera jamais dérouté, et celui qu’Allah égare ne trouvera personne pour le ramener dans le Droit Chemin. J’atteste qu’il n’y de divinité qu’Allah, l’Unique sans associé et attestant de Sa divinité, contre tout apostat ou ingrat et que Mohammad (bénédictions et paix sur lui) est Son messager, le maître des Hommes pour l’éternité. O Seigneur, que Tes bénédictions et Ta paix soient sur notre maître Mohammad, sur sa noble famille et ses compagnons, honnêtes et purs, préservateurs de sa mission et commandeurs de ses bannières. Sois satisfait de nous et d’eux O Seigneur de l’univers.

L’ici-bas lieu de charges et d’actes, l’au-delà d’honneur et de rétributions :

 Chers frères, la grandeur de cette religion s’incarne dans l’établissement d’une vision, d’une philosophie, ou encore d’une croyance, tant de noms désignant la même chose, donc une vision de l’univers, de la vie et de l’homme. La vie où l’on se prépare pour une autre vie, c’est cette vision correcte que le croyant a de cette vie de préparation. Ainsi, l’ici-bas est une demeure de charges, alors que l’Au-delà est le lieu d’honneur. L’ici-bas est le lieu d’actions et l’Au-delà le lieu de rétributions.
  Allah, Tout Puissant, est Miséricordieux, Il nous a créés et est Clément envers nous, Il dit :

﴾ sauf ceux à qui ton Seigneur a accordé miséricorde. C’est pour cela qu’Il les a créés. ﴿  

(La Sourate Houd : 119)

 Il nous a créés pour être Miséricordieux envers nous, pour nous rendre heureux, pour qu’Il nous donne de Ses grâces, pour que nous méritions un Paradis aussi large que les cieux et la terre.   Lorsque nous oublions, que nous manquons à nos devoirs ou que nous transgressons Ses lois, Allah nous fait subir des mesures disciplinaires pour nous rapprocher de Lui, et c’est là une des exigences de Sa Miséricorde. Tout comme le père qui se montre sévère envers son fils au sujet de ses études, il est strict avec lui, ainsi si l’enfant réussit dans sa vie future et mène une existence heureuse, il se rappellera des bienfaits de son père.

Les catégories de malheurs :

  Chers frères, le meilleur qui puisse arriver dans la vie d’un croyant est qu’il comprenne la sagesse divine dans le malheur qui le touche. Les malheurs sont de cinq catégories.

  Les malheurs des Prophètes, sont des malheurs qui servent à mettre en évidence leurs qualités. Ils sont dotés de qualités qui leur confèrent un caractère de perfection, c’est la raison pour laquelle, leurs malheurs sont des malheurs de divulgation de qualités.
  Le Prophète, bénédictions et paix sur lui, a fait le voyage jusqu’à la ville de Taëf à pieds, parcourant une distance de 80 Km, pour inviter ses habitants à l’Islam, mais ceux-là l’ont insulté, rejeté le message, et envoyèrent leurs enfants pour lui jeter des pierres, le blessant aux pieds.  L’ange des montagnes vint alors le voir sur ordre d’Allah, le Tout Puissant, et lui demanda s'il désirait détruire cette ville sous le poids des deux montagnes. Le Prophète (bénédictions et paix sur lui) renvoya l'Ange en disant :

"Tout ce que j’espère est qu’Allah fera sortir d’eux une descendance qui adorera Allah sans lui associer personne ».

Mouslim et Boukhari, d’après ‘A’ïcha)

 Les malheurs des prophètes sont donc des malheurs révélateurs de leurs qualités. Ils sont dotés de perfection humaine fort éminente, qui ressort quand ils sont touchés par des malheurs.
 Les malheurs des croyants, quant à eux, sont des malheurs pour les pousser à retrouver le droit chemin et des malheurs pour élever leurs rangs. Si le croyant est négligeant, ses cultes ne sont pas perfectionnés, sa quête du savoir religieux est fragile, Allah lui fera vivre un malheur pour qu’il retrouve la bonne voie dans ses cultes, dans sa quête du savoir religieux, et pour qu’il soit plus pieux. Les malheurs qui atteignent le croyant visent à le pousser à mieux faire, à parfaire ses actions, ou alors à élever son rang. Prenons l’exemple de celui qui possède un camion pouvant porter 10 tonnes, et la tonne est à un prix de 100 000, s’il ne porte qu’une seule tonne, on lui dira que ces capacités sont supérieures à cela et qu’il peut demander un prix plus élevé. Il a fait une bonne action, mais il peut en faire encore mieux.

 Les malheurs des mécréants et polythéistes, quant à eux, sont des malheurs pour les dissuader ou pour les anéantir. S’ils n’ont ne serait-ce qu’un millième de bien en eux, Allah les punit par des malheurs de dissuasion et si jamais ils n’en sont pas dissuadés, Il les anéantit.

 Les prophètes sont donc touchés par des malheurs de révélation, les croyants par des malheurs d’encouragement ou d’élévation, et les mécréants sont touchés par les malheurs de dissuasion et d’anéantissement.
  Ce qui revient à dire que nous sommes dans une résidence d’épreuves non de stabilité, une résidence de malheurs non de joies. Et quiconque sait cela, ne craindra aucun malheur, ne se réjouira d’aucun bonheur comme il ne déprimera jamais à cause d’un malheur, car ce malheur est temporaire. L’ici-bas est une demeure d’épreuves et Allah a fait que l’Au-delà soit la demeure éternelle de rétributions, Il a fait, des malheurs de l’ici-bas les causes des rétributions à l’Au-delà et des ces dernières une contrepartie aux malheurs d’ici-bas. Il prive pour donner, et éprouve pour rétribuer.

L’endurant en temps de malheur :

 Le premier verset à ce propos, Allah, Tout Puissant, dit :

﴾ et les endurants auront leur pleine récompense sans compter....﴿

(La Sourate Az-Zummar, Les Groupes : 10)

 Des fois, on reçoit des chèques avec des montants précis, 100 000, un million… mais quand on reçoit un chèque signé à blanc, et que l’on peut encaisser n’importe quel montant … ceci est le sens de ‘sans compter’ dans ce verset.

﴾ et les endurants auront leur pleine récompense sans compter....﴿

(La Sourate Az-Zummar, Les Groupes : 10)

 Celui qui a vécu un malheur mais qui endure, mérite cela. Un compagnon du Prophète, bénédictions et paix sur lui, avait un fils très beau, il l’aimait tellement qu’il le portait sur ses épaules en présence du Prophète, bénédictions et paix sur lui. Le Prophète lui demanda, un jour, s’il l’aimait, et il répondit : - « Puisse Allah t’aimer comme je l’aime. » Après une certaine période, le Prophète demanda des nouvelles de ce compagnons et il apprit que son fils était mort. Il demanda à le voir, lui présenta ses condoléances et lui demanda :  

« Si tu avais le choix entre un fils pieux qui t’accompagne tout au long de ta vie, à ton service et qui ne te quitte jamais, ou qu’il t’attende au Paradis, ouvrant pour toi une des portes que tu préfères le plus, que choisiras-tu ? » 

  Le compagnon répondit : -« Certes le deuxième choix. » et au Prophète de répliquer : 

« Il est pour toi. »

Les catégories de l’endurance :

 Chers frères, nous devons avoir la certitude, que quand Allah éprouve l’un d’entre nous avec un malheur, la rétribution pour avoir enduré, sera sans limite :

﴾ et les endurants auront leur pleine récompense sans compter....﴿

(La Sourate Az-Zummar, Les Groupes : 10)

 L’endurance est de trois catégories ; une endurance dans l’accomplissement des actes d’obéissance, une endurance pour s’éloigner des péchés, et une endurance par rapport à l’épreuve. La Salât de l’aube, par exemple, peut avoir lieu pendant les nuits d’été, où la Salât est à 3h du matin, or, tu as gagné le lit assez tard dans la nuit, se réveiller devient difficile, mais tu as donné la priorité à l’adoration d’Allah. Ceci est ce qu’on désigne par l’endurance dans l’adoration.

 Des fois, une belle fille passe à côté d’un jeune homme, qui pouvait la regarder sans réserves, mais il a préféré baisser le regard, par crainte d’Allah. Ceci désigne l’endurance vis-à-vis de la désobéissance. Et des fois on souffre d’une maladie et on l’endure, sans se plaindre. Ceci désigne l’endurance dans l’épreuve.

L’endurance lors du premier choc :

  Le Prophète, bénédictions et paix sur lui, en passant par une femme qui pleurait devant une tombe, lui dit : 

(( Crains Allah et sois Patiente. ))

  Ne le reconnaissant pas, elle lui dit : « laisse-moi tranquille, tu ne connais pas mon malheur. » 
  Mais quand elle se rendit compte de son identité, il lui dit : 

(( la patience doit être montrée au premier choc. ))

 Quand l’homme est frappé d’un malheur, il peut perdre le contrôle au premier abord, mais dès qu’il se calme, il endure. Ceci n’est pas de l’endurance, mais on doit endurer au premier choc, quand on reçoit la mauvaise nouvelle.
 Une belle parole répétée par notre maître ‘Omar, quand il était touché par un malheur, il disait : 
‘Louange à Allah (trois fois) Louange à Allah que mon malheur ne touche pas ma religion, Louange à Allah qu’il ne soit pas plus grand que cela, et Louange à Allah de m’avoir fait patienter.’

 La patience donc, selon les paroles du Prophète (Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam), doit être au premier choc. L’imâm ‘Ali (qu’Allah l’agrée) a dit : 
‘Se montrer satisfait du malheur prédestiné est le plus haut degré de la certitude.’

 Je connais un savant, du Nord de la Syrie que je suppose être un homme vertueux et auquel je voue du respect, qui avait un fils qui avait étudié la médecine, puis les sciences religieuses ensuite, il avait appris le Coran par cœur, et s’était acquitté du service militaire ; alors que son mariage était proche, il eut un accident de circulation et décéda. Quand nous avons rendu visite à son père pour lui présenter nos condoléances, il montrait un degré inimaginable de patience bien que c’était son fils unique et était une personne singulière. Il était très satisfait de la destinée d’Allah. J’ai vu de mes propres yeux l’endurance personnifiée.

"Etonnante vraiment est l'affaire du croyant ! Son affaire toute entière lui est favorable, privilège qui n'est réservé qu'au croyant. En effet, quand un bonheur lui arrive, il témoigne de la gratitude et ceci est un bien pour lui. Quand un malheur le frappe, il est patient et c'est aussi un bien pour lui".

(Rapporté par Mouslim d’après Suhayb Ar-Roumy)

La sagesse est de rigueur :

  En fait, il faudrait faire preuve de sagesse en annonçant les mauvaises nouvelles.
 Dans un autre hadith :

((Le Prophète, Bénédictions et paix sur lui, a dit, ‘« Allah, le Puissant et Majestueux a dit : « Quand Mon serviteur croyant perd un être qui lui est cher et reste patient pour complaire à Moi, il n’aura d’autre récompense que le paradis »))

Al-Boukhari d’après Abou Houraïra

 Un être qui lui est cher, un enfant, une épouse, un ami, un frère, un être qu’il aime énormément, et surtout les enfants. Comme dans le récit du compagnon qui, revenant chez lui, demanda des nouvelles de son fils malade, sa femme lui répondit qu’il était bien là où il était, alors que son fils était mort. Mais elle ne voulait pas lui annoncer la nouvelle d’une manière brusque, alors que probablement il revenait d’un voyage de combattant, elle lui a caché la vérité de sa mort en disant qu’il était en très bon état. Au matin, elle lui annonça la nouvelle ; le voilà qui se rend chez le Prophète pour lui raconter ce que sa femme fit. Mais le prophète fit les éloges de cette femme.

 Certes, annoncer la nouvelle du malheur sans sagesse, ni précision, peut causer un grand choc. Un médecin, ayant fait ses études dans un pays où on ne tenait pas compte de l’état psychologique du malade, reçut la visite d’un malade auquel il annonça brutalement qu’il avait un cancer et qu’il lui restait 4 mois à vivre, le malade, choqué, céda au coup et décéda du lendemain. Le Prophète, bénédictions et paix sur lui, a dit :

((Lorsque vous rendez visite à un malade, donnez-lui bon espoir de sa survie.))

Ibn Mâdja d’après Abou Sa’d Al-Khoudry

  Tu peux apprendre la vérité aux siens, mais ne brusque pas le malade.

((Le Prophète, Bénédictions et paix sur lui, a dit, ‘« Allah, le Puissant et Majestueux a dit: « Quand Mon serviteur croyant perd un être qui lui est cher et reste patient pour complaire à Moi, il n’aura d’autre récompense que le paradis »))

Boukhari d’après Abou Houraïra

 Dans un hadith d’après ‘Attâ’ Ibn Rabâh :

((Ibn Abbâs m'a dit : ‘veux-tu que je te montre une femme de ceux qu’Allah destine au Paradis ?’ Je dis : ‘Oui.’ Il dit : « Cette femme noire est venue dire au prophète (bénédictions et paix sur lui) : « J'ai des crises d'épilepsie au cours desquelles il m'arrive de me découvrir malgré moi. Prie donc Allah pour moi ! » Il lui dit : « Si tu veux bien patienter, tu as le Paradis et, si tu veux que je prie Allah pour ta guérison, je le ferais et Il te guérira. » Elle dit : « Je préfère plutôt patienter ». Puis elle ajouta : « Il m'arrive dans ces crises de me découvrir, prie Allah pour que cela ne m'arrive plus. » Et il pria pour elle. »))

Boukhari 

 Dans un autre hadith également rapporté par Al-Boukhari :

((Tous les maux qui touchent le musulman, qu’il s’agisse de fatigue, de maladie, de souci, de tristesse, de tort ou d’affliction, y compris l’épine qui l'a piqué, sont autant de motifs qu’Allah allègue pour lui expier ses péchés.))

Boukhari d’après Abou Sa’d Al-Khoudry

((Par Ma Majesté et Ma Grandeur, je ne ravirai par l’âme de Mon serviteur alors que J’aime lui faire Miséricorde, sans que Je ne l’éprouve dans son corps, ou dans sa subsistance, ou que Je lui inflige un malheur dans sa fortune ou ses enfants, pour chaque péché qu’il aurait commis, jusqu’à ce qu’il en soit purifié. Et s’il en reste, Je rendrai pénible son agonie jusqu’à ce qu’il vienne à Ma rencontre comme le jour de sa naissance.))

(Les traditions)

L’expiation de tous les péchés constitue la meilleure récompense pour le croyant :

 Chers frères, si Allah nous fait la grâce de nous discipliner dans la vie ici-bas, et que nous décédons expiés de tous péchés, nous serons gagnants de voir Allah pardonner tous nos péchés :

((Par Ma Majesté et Ma Grandeur, je ne ravirai par l’âme de Mon serviteur alors que J’aime lui faire Miséricorde. Sans que Je ne l’éprouve dans son corps, ou dans sa subsistance, ou que Je lui inflige un malheur dans sa fortune ou ses enfants, pour chaque péché qu’il aurait commis, jusqu’il en soit purifié. Et s’il en reste, Je rendrai pénible son agonie jusqu’à ce qu’il vienne à Ma rencontre comme le jour de sa naissance.))

Les traditions

  Purifié de tous les péchés ; Et dans un autre hadith du Prophète (Bénédictions et paix sur lui) :

(( Allah éprouve celui pour qui Il veut du bien))

Boukhari, d’après Abou Houraïra

  Il lui impose une calamité. 
  Par analogie, un homme atteint d’une gastrite auquel le médecin conseille de faire un régime très sévère pour guérir, et un autre, qui souffre d’un cancer, auquel le médecin suggère de ne se priver d’aucun plaisir de la vie. Lequel est dans une meilleure situation ? On ne doit pas oublier le verset :

﴾ Puis, lorsqu’ils eurent oublié ce qu’on leur avait rappelé, Nous leur ouvrîmes les portes donnant sur toute chose ﴿

(La Sourate Al-An’âm, Les Bestiaux : 44)

  Nous leur avons donné les plaisirs de la vie, les biens, le prestige, la position, les maisons, les véhicules…

﴾ Puis, lorsqu’ils eurent oublié ce qu’on leur avait rappelé, Nous leur ouvrîmes les portes donnant sur toute chose ﴿

(La Sourate Al-An’âm, Les Bestiaux : 44)

La patience, habitude des Prophètes et des gens pieux :

  La patience représente une accoutumance chez les Prophètes et les gens pieux et une parure des alliés élus d’Allah.
  Quant aux croyants :

﴾ Très certainement, Nous vous éprouverons par un peu de peur, de faim et de diminution de biens, de personnes et de fruits. Et fais la bonne annonce aux endurants, qui disent, quand un malheur les atteint : « Certes nous sommes à Allah, et c’est à Lui que nous retournerons. Ceux-là reçoivent des bénédictions de leur Seigneur, ainsi que la miséricorde ; et ceux-là sont les biens guidés. ﴿

(La Sourate Al-Baqara, La Vache : 155-157)

((Allah éprouve celui pour qui Il veut du bien.))

(Boukhari, d’après Abou Houraïra)

 Et dans un autre hadith : 

((Certes la grandeur de la récompense équivaut celle de l’épreuve, quand Allah le Très-Haut, aime les gens, Il les éprouve. Celui qui accepte l’épreuve avec abnégation aura la satisfaction d’Allah, et celui qui lui oppose son mécontentement, sèmera le mécontentement d’Allah.))

Ibn Mâdja, d’après Anas Ibn Mâlek

 Ainsi, chers frères, la patience est le trait des Prophètes, des pieux et des alliés élus d’Allah. Elle est aussi ce dont nous avons le plus besoin de nos jours, où les calamités sont devenues de plus en plus nombreuses et la patience presque inexistante.

L’endurance est une lumière :

 La patience est une lumière par laquelle, on perçoit la différence entre ceux qui ont de l’entrain et de la détermination et ceux qui sont lâches et faibles. La patience n’est pas de la lâcheté, ni du désespoir, ni de l’humiliation, mais elle empêche de sombrer dans les péchés et de mériter le courroux d’Allah. Elle est de la détermination et de l’endurance avec sagesse, et les endurants ont des rétributions sans limite :

﴾Ceux-là auront pour récompense un lieu élevé [du Paradis] à cause de leur endurance, et ils y seront accueillis avec le salut et la paix﴿

(La Sourate Al-Furqâne, Le Discernement : 75)

La satisfaction du destin prescrit mérite récompense :

 Allah dit des gens du Paradis :

((Si un croyant, à qui il arrive un malheur, dit : « Nous sommes tous à Allah et à Lui nous retournerons, ô Allah, accorde-moi une rétribution dans mon malheur et remplace-moi (ce que j'ai perdu) par quelque chose de meilleur », Allah le récompensera eu égard à son malheur et donnera une vie meilleure.))


 Hadith rapporté par Om Salama, l’épouse du Prophète (bénédictions et paix sur lui), 
Elle dit :

((Lors du décès de Abou Salama, j’ai dit : ‘et qui donc est meilleur qu’Abou Salama, le compagnon du Prophète.’))

Mouslim, d’après Om Salama

 Son mari était un homme de bien, et quand il décéda, elle invoqua Allah, mais se demanda qui pourrait être meilleur que son mari, un homme pas comme les autres, un des premiers compagnons illustres du Prophète (bénédictions et paix sur lui). Et elle dit : ‘et je me suis mariée avec le Prophète.’

 Quand on est satisfait du décret divin et du destin, Allah nous fait don de bien mieux.

((Tous les maux qui touchent le musulman qu’il s’agisse de fatigue, de maladie, de souci, de tristesse, de tort ou d’affliction, y compris l’épine qui l'a piqué, sont autant de motifs qu’Allah allègue pour lui expier ses péchés.))

(Boukhari d’après Abou Sa’d Al-Khoudry)

 Tout vrai croyant doit avoir la certitude que :

﴾ Nul malheur n’atteint la terre ni vos personnes, qui ne soit enregistré dans un Livre avant que Nous ne l’ayons créé; et cela est certes facile à Allah, afin que vous ne vous tourmentiez pas au sujet de ce qui vous a échappé, ni n’exultiez pour ce qu’Il vous a donné. Et Allah n’aime point tout présomptueux plein de gloriole. ﴿

(La Sourate Al-Hadîd, Le Fer : 22-23)

Le croyant est un endurant qui loue :

 Chers frères :    
Abou Houraïra a rapporté que le Messager d’Allah (Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam) a dit :

((Si un malheur te touche, ne dis pas : « Si j’avais fait telle chose il ne m’aurait pas touché », mais dis : « Allah en a prédestiné ainsi et, ce qu’Il a voulu, Il l’a fait », car le mot «si » ouvre la voie à l’œuvre de Satan. »))

Mouslim

 Restez ferme et ayez la certitude que tout malheur qui nous touche, l’est par la permission d’Allah, selon Son destin et Sa prédestination. Seul Allah détient le destin de toute chose. Soyez donc endurants et aidez-vous de votre certitude que tout malheur renferme une miséricorde et justice divines :

((Chaque chose a une vérité et l’homme n’atteint (ne goûte) la vérité de la foi que lorsqu’il parvient à la certitude que le mal qui le touche lui était destiné et que le mal qui le manque ne lui était pas destiné.))

At-Tabarâni d’après Abou Ad-Dardâ’

 Chers frères, j’espère que nous avons pu bénéficier de ces versets et hadiths, qui nous aident dans notre endurance. La vie est pleine d’épreuves et de calamités, et surtout en ces temps-ci :

((Mes bien-aimés me manquent ! » On lui dit alors : « Ne sommes-nous pas tes bien-aimés ? » Il dit : « Non ! Vous êtes mes compagnons ! Mes bien-aimés sont des gens qui viendront à la fin du temps, quand tenir à sa religion sera comme tenir à une braise, leur récompense vaudra celle de 70 » Ils dirent : "D'entre nous ou d'entre eux ?" Il dit : "D'entre vous." Ils dirent : "Et pourquoi ?" Il dit : "Parce que vous trouvez ce qui vous aide à faire le bien et eux ne le trouvent pas."))

At-Tirmidhi, d’après Anas

  Partant, l’endurance est une des qualités du croyante, en effet, le croyant est soit endurant soit reconnaissant ; il est reconnaissant en temps de bien-être comme il est endurant en temps de calamité. Cette situation est d’une importance fondamentale. Mais lorsque tu fais preuve d’endurance en visant à être payé en retour par la satisfaction d’Allah, tu jouiras d’une suavité qu’Allah déversera dans ton cœur, une suavité qui équivaut à celle que tu auras trouvée si tu avais obtenu ton souhait.
 Chers frères, Allah, (Exalté soit-Il) est Le Tout Puissant, Il est capable de nous rendre heureux alors que nous vivons les moments le plus pénibles qui soient, comme Il est Capable de nous rendre des plus malheureux alors que nous vivons une bonne vie. 

  Allah octroie la santé, l’argent, l’intelligence, et la beauté à bon nombre de Ses créatures, mais Il fait don de sérénité et de quiétude prédestinées avec sagesse uniquement à Ses croyants élus.

 Je termine ma parole en demandant pardon à Allah pour moi et pour vous, demandez-Lui pardon, Il vous pardonnera.
 Louange à Allah, Le Maître de l’Univers.
*** 

Prêche 2 :

 Louange à Allah, Seigneur des cieux et de la terre ; j’atteste qu’il n’y de divinité qu’Allah, L’Allié des pieux, et que Mohammad est Son messager, aux grandes moralités. O Seigneur, que Tes bénédictions et Ta paix soient sur notre maître Mohammad, sur sa noble famille et ses compagnons honnêtes.

La volonté d’Allah est exécutoire et est attachée à une sagesse absolue :

 Chers frères, ayez la certitude que tout ce qui a eu lieu l’a été par la permission d’Allah, car il ne sied par à la divinité d’un Seigneur qu’il arrive quoi que ce soit dans Son royaume sans Sa permission. De même, tout ce que Allah a voulu a été réalisé. Il s’agit d’une évidence. Cette volonté divine est attachée à une sagesse absolue. Si tout ce qui a eu lieu n’avait pas eu lieu, Allah serait Blâmable (à Allah ne plaise). Tout ce qui a eu lieu est lié à une sagesse absolue, et la sagesse absolue est liée à son tour au bien absolu, ce qui signifie que le mal absolu n’existe pas dans l’univers, ce qui existe est un mal dirigé pour servir le bien…Voici un exemple des Paroles d’Allah (Exalté soit-Il) pour illustrer cette notion :

﴾Pharaon était hautain sur terre; il répartit en clans ses habitants, afin d’abuser de la faiblesse de l’un d’eux: Il égorgeait leurs fils et laissait vivantes leurs femmes. Il était vraiment parmi les fauteurs de désordre. ﴿

(La Sourate Al-Qassas, Le Récit : 4)

  Observons la suite des versets :

﴾Mais Nous voulions favoriser ceux qui avaient été faibles sur terre et en faire des dirigeants et en faire les héritiers, et les établir puissamment sur terre, et faire voir à Pharaon, à Hāmān, et à leurs soldats, ce dont ils redoutaient. ﴿

(La Sourate Al-Qassas, Le Récit : 5-6)

 Le mal absolu n’existe pas sur terre, il est relatif, c’est un mal assujetti au service du bien. Soyez donc tranquille quant aux tyrans que l’Histoire de l’Humanité a connus et connaîtra depuis Adam jusqu’au Jour de la Résurrection. Leur tyrannie a toujours été utilisée pour faire vaincre la religion d’Allah et des croyants et ce, contre leur gré et sans récompense. Que cela soit évident ou ignoré, c’est une vérité. Ayez la certitude que tout ce qui a eu lieu, l’a été par la volonté d’Allah et avec Sa permission, une permission qui induit un mal relatif, un mal au service d’un bien.

 Ainsi, tous les malheurs douloureux qu’on perçoit de nos yeux, ne sont qu’un traitement ou des mesures disciplinaires, ou encore une préparation à ce qui est meilleur. Le croyant est certain que toute épreuve découle d’un péché, et ne sera dissipé que par un repentir :

((Tout faux pas, ou convulsion d’une veine, ou coup de pieu, ne sont que les fruits de vos propres mains et Allah pardonne plus.))

Ibn ‘Assaker, d’après Al-Barâ’

  Ceci étant un point essentiel dans la croyance du Musulman.

Les grâces cachées :

 Il s’agit justement des calamités qui nous touchent. Toutes les calamités qui se sont produites nous paraissent être un mal, alors qu’au fond elles englobent un bien dissimulé. 

((Et Il vous a comblés de Ses bienfaits apparents et cachés.))

LUQMĀN : 20

  Quels sont les biens dissimulés ? Ce sont les afflictions.
  Un homme, égaré, ne croit en aucune religion, très riche, a une position sociale très importante, n’a jamais pensé de sa vie à se prosterner à Allah, une seule épreuve a fait qu’il croit en Allah.   Une femme, aux mœurs dissolues, a été éprouvée par une maladie qui a été la cause de son port du voile. Quand l’homme persévère dans la désobéissance, Allah l’éprouve. Et le malheur est levé s’il se repent. Allah est Sage, ainsi tout ce qui arrive, Allah l’a voulu, et tout ce qu’Allah veut, se réalise. La volonté d’Allah est attachée à une sagesse absolue qui est, elle-même, liée au bien absolu.

Invocations :

 Ô Allah, guide-nous parmi ceux que Tu as guidés, préserve-nous parmi ceux que Tu as préservés, prend-nous comme alliés parmi ceux que Tu as pris comme alliés, bénis ce que Tu nous as accordé, protège-nous du mal que Tu as décrété, car certes Tu décides et nul ne décide pour Toi. Certes, ne sera pas humilié celui que Tu as pris comme protégé et ne sera pas honoré celui que Tu as pris comme ennemi, béni et exalté sois-Tu. Louange à Toi pour ce que Tu as décrété. Nous demandons pardon auprès de Toi, Ô Allah, pour tous nos péchés.  Ô Allah fais-nous don d’une action qui nous rapproche de Toi, fais-nous des dons et ne nous prive pas, fais-nous honneur et ne nous humilie pas, sois de notre côté et ne sois pas contre nous. Que Tes bénédictions et Ton salut soient sur notre maître, Mohammad, le prophète analphabète, sur sa famille et ses compagnons.

Louange à Allah, Le Seigneur de l’univers