Au Nom d’Allah, Le Tout Miséricordieux, Le Très Miséricordieux

  Louange à Allah, Le Seigneur de l’univers ; que la paix et la bénédiction soient sur notre maître Mohammad, le fidèle à ses promesses et l’honnête. 

Les règles de comportement du Prophète (Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam) relatives au fait de manger et de boire :

  Honorables frères, nous voici au début d’une nouvelle session qui prend lieu au lendemain du mois de Ramadan. A cet effet, j’ai choisi pour vous le livre d’ibn al-Qayyim al-Djawziyyah, intitulé : « Zâd al-Ma’âd fi hadi khayr al-ibâd. » 
  Ce livre fait état des règles de comportement du Prophète (Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam) dans tous les détails de sa vie. C’est un livre unique en son genre qui traite à la fois de la biographie du Prophète (Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam) et du Fiqh (de la jurisprudence).
  Nous abordons aujourd’hui « les règles de comportement du Prophète (Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam) relatives au fait de manger et de boire. »
  Son comportement (Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam) impliquait de ne jamais refuser une nourriture disponible, ni de chercher ce qui ne l’était pas.
  Un homme de lettres m’a dit : 
  « J’ai un ami que je vénérais beaucoup ; ce que je respectais le plus en lui c’était de n’attribuer aucune valeur à la vie mondaine. Il s’était émancipé de l’emprise de son ventre, ne convoitait jamais ce qu’il ne trouvait pas, et mangeait avec modération s’il en trouvait. »

  Le Prophète (Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam) quant à lui, ne repoussait pas ce qu’on lui offrait et ne cherchait pas ce qui manquait. Il mangeait toute bonne chose qu’on lui présentait, ne dénigrait pas la nourriture offerte, ni ne l’approuvait ; il ne lui est jamais arrivé de critiquer une nourriture non plus.
  En revanche, il est des gens qui, lorsqu’ils sont invités à un repas, font des remarques à n’en plus finir : « ce plat est fort salé » ou « vous avez fait un mauvais choix ». Le Prophète (Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam) n’a jamais adressé de critiques, il mangeait toute bonne chose qu’on lui offrait sauf si cela le révulsait, il la laissait sans pour autant l’interdire. Il n’interdisait jamais rien, car l’interdiction est une question fort grave. Certains n’hésitent pas à porter des jugements d’interdiction et d’autorisation à tort et à travers. Or, le fait d’interdire et d’autoriser doit partir d’un texte formel (du Coran ou de la Sunnah plus précisément). Car à défaut d’un texte formel, toutes les choses sont en principe autorisées, ce qui ne s’applique pas aux actes de cultes lesquels sont en principe interdits. 
  Ainsi, les actes de cultes ne doivent être légitimés ou interdits qu’en s’appuyant sur un texte formel.
  Tant qu’il n’y a pas de référence formelle qui interdit un certain acte, les choses sont permises, ceci est un principe à retenir.
  Il a dit : « sauf si cela (la nourriture) le révulsait, il la laissait sans pour autant l’interdire ; il n’a jamais critiqué une nourriture ; s’il en avait envie il en mangeait, autrement il la laissait. »

  Le Prophète n’a pas mangé de la viande de l’uromastix (le lézard du désert) parce qu’il n’en avait pas l’habitude, mais il (Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam) ne l’a pas non plus interdite à sa communauté, voire, certains en ont mangé à sa table alors qu’il les regardait faire.
  On raconte que notre maître Khaled (qu’Allah soit satisfait de lui) a mangé de la viande de l’uromastix devant le Prophète (Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam) qui a donné un commentaire fort étrange qui n’avait aucun rapport avec le fait : 

« Khaled est un des sabres d’Allah »

  A-t-il dit.
  Notre maître Khaled est un mecquois, il est natif de la Mecque honorée, laquelle compte parmi les villes les plus distinguées dans la péninsule arabe, ce qui explique son goût raffiné. Donc, lorsque Khaled a mangé de cette viande en sa présence, le Prophète (Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam) a déduit que par ce fait, Khaled se préparait à une lutte à long terme pour la cause d’Allah.  
  L’uromastix nait dans le désert et y vit, ainsi, Khaled en mange pour inciter les gens à en manger également -allusion à ceux qui vont participer au combat avec lui.

Le régime alimentaire du Prophète (Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam) :

  Il ne refusait pas les bonnes choses et ne les cherchait pas non plus, il a mangé (Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam) des sucreries et du miel (qu’il appréciait bien), de la viande de chameau, de la viande d’agneau, du poulet, de la viande du zèbre et du lapin ; il a également mangé des fruits de mer, des grillades, des dattes fraîches et mûres. Il a bu du lait caillé, pur ou mélangé (avec de l’eau) ; il a bu du miel mélangé avec de l’eau qu’il aimait bien – à savoir que le miel devient plus profitable s’il est mélangé avec de l’eau ; il a bu de l’infusion des dattes ; il a mangé de la soupe dite « Khazirah » préparée à partir du lait caillé et de la farine. Il a mangé du Qithaa’ (des concombres d’Egypte) avec des dattes ; il a aussi bu du ‘Iqt’ (lait caillé fait à partir de lait en poudre) ; il a mangé des dattes avec du pain ; du pain avec du vinaigre ; du tharîd (du pain avec de la viande) ; du Widk (du pain avec de la graisse fondue) ; il a mangé du foie grillé ; il a mangé al-Qadîd (de la viande desséchée) ; de la calebasse (la citrouille) cuite à l’eau ou bouillie qu’il appréciait énormément ; il a mangé du tharîd avec de la graisse, du fromage, du pain trempé dans de l’huile, de la pastèque avec des dattes fraîches, des dattes avec du beurre qu’il appréciait. Il ne refusait jamais les bonnes choses qu’on lui offrait et ne les cherchait pas non plus s’il ne les trouvait pas. Il mangeait ce qui était disponible autrement il prenait son mal en patience :

-    Avez-vous quelque chose à manger ?

  Dit-il un jour à Aïcha
  -    Non ; répondit-elle.

-    Alors je jeûne aujourd’hui,

  répondit-il (Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam) 

Mouslim d’après Aïcha

Quelques règles suivies par le Prophète (Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam) :

  Il ne cherchait pas ce qui n’était pas disponible, mangeait sans excès de ce qu’il trouvait, évoquait le Nom d’Allah (Bismillah ou Au Nom d’Allah) avant de commencer et louait Allah lorsqu’il avait terminé (en disant alhamdoulillah). 
  Le mois passait, suivi du second puis du troisième sans que le feu ne s’allume chez lui pour préparer les plats. Qui donc se trouve en mesure de rester une semaine sans cuisiner et se contente de choses simples prises au petit déjeuner ? Sa table était la plupart du temps, une nappe posée à terre, il mangeait en étant assis par terre. Il se servait de ses trois doigts pour manger (le pouce, l’index et le majeur), les léchait quand il avait terminé ; il se lavait les mains avant de se mettre à table, ainsi elles étaient propres quand il les léchait à la fin du repas, c’est là un signe de finesse que de se servir de trois doigts au moment de manger ; alors que le fait de se servir de ses cinq doigts pour manger est une preuve de cupidité, et le fait de se servir d’un seul doigt traduit l’orgueil. 
  Donc, le fait de se servir de ses trois doigts pour manger est une sunna, de ses cinq doigts est un signe de cupidité, il a dit : 

((L’arrogant se sert d’un seul doigt pour manger, alors que le cupide et l’avare mangent avec leurs cinq doigts puis repoussent le plat de leurs paumes.)) 

  Il (Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam) ne se mettait jamais sur le côté en mangeant ; à savoir que l’accoudement se traduit par trois formes, la première serait de s’accouder sur son côté, la deuxième serait de s’asseoir à terre en se croisant les jambes alors que la troisième forme serait de s’appuyer sur une main et de manger avec l’autre. 

  Le Prophète (Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam) évoquait le Nom d’Allah avant de commencer à manger en disant (Bismillah ou Au Nom d’Allah) et louait Allah une fois son repas terminé en disant (Alhamdoulillah ou Louange à Allah) :

((Louanges à Allah, que ces louanges soient nombreuses, sincères, bénies et ininterrompues ; Seigneur, nous ne pouvons reconnaitre Tes bienfaits (comme il se doit), ni nous en priver, ni nous en passer, Seigneur !))

Boukhari d’après Abou Oumamah

  Il aurait également dit :

((Louange à Allah qui fournit la nourriture et ne se nourrit pas ; Il nous a comblés de Ses Grâces en nous guidant

  (dans le chemin de la droiture) ;

Il nous a donné à manger et nous a favorisés de l’eau ; Il nous a éprouvés d’une belle épreuve. Louange à Allah pour nous avoir donné à manger de quoi nous rassasier, pour nous avoir donné à boire jusqu’à nous avoir désaltérés, pour nous avoir favorisés de quoi voiler notre awra

  (les parties du corps considérées comme intimes en islam) ;

pour nous avoir guidés dans le chemin de la droiture, pour nous avoir épargné la cécité, pour nous avoir privilégiés à beaucoup d’autres de Ses créatures

  (en nous guidant sur le chemin de la  droiture et de la foi),

louange à Allah, Le Seigneur de l’univers.))

An-Nassaa’i d’après Abou Houraïra

L’alimentation parfaite :

  L’alimentation parfaite consiste à ce que l’homme goûte le délice de la nourriture, tire profit des bienfaits des aliments tout en s’épargnant leur préjudice. 

  J’ai même constaté que toutes les communautés au niveau du globe terrestre, commencent leurs repas par l’invocation d’Allah (Exalté soit-Il) ; il s’agit de restes de cultures religieuses. Mêmes ceux qui ne professent pas l’Islam comme religion tiennent à cette tradition qui relève des origines des religions en invoquant Allah avant et après tout repas. Les aliments proviennent de chez Allah (Exalté soit-Il), la table qu’on se sert appartient à Allah (Exalté soit-Il), alors que le prix qu’on paie pour se procurer cette nourriture n’est en réalité que le prix des différentes étapes qui ont précédé la nourriture finale. 
  Quoi qu’il fasse, l’homme est trop impuissant pour créer ces légumes et ces fruits, c’est Allah (Exalté soit-Il) qui a formé ces cultures à l’origine, qui les a fait pousser de la terre et qui leur a donné leur valeur nutritive. Le Prophète (Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam) a exprimé cette vérité par une noble invocation après avoir fait ses besoins naturels :

((Louange à Allah pour m’avoir fait goûter les délices de cette nourriture, pour m’avoir permis de tirer profit de ses bienfaits et pour m’avoir délivré de ses préjudices.))

Al-Djame’ « as-Saghir » d’après ibn ‘Omar

  Assurément, toute nourriture contient des déchets qui seront expulsés du corps humain et fournit une énergie au corps humain appelée calories. Ce qui nous amène à dire que la bonne

absorption d’un aliment serait d’en goûter les délices, d’en profiter des calories puis d’en expulser les déchets, :
((Louange à Allah pour m’avoir fait goûter les délices de cette nourriture, pour m’avoir permis de tirer profit de ses bienfaits et pour m’avoir délivré de ses préjudices.))

Al-Djame’ « as-Saghir » d’après ibn ‘Omar.

Interdiction de boire en position debout :

  Cependant il est permis de boire en étant debout en l’existence d’une raison majeure qui empêche de s’asseoir.

  Lorsque le Prophète (Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam) terminait son repas, il léchait ses doigts ; il ne buvait qu’en position assise ; il a même réprimandé de boire en position debout.
  Les médecins ont révélé - et Allah sait mieux- que le fait de boire l’eau en position assise est bien meilleure pour la santé de l’organisme. Cependant, il lui est arrivé (Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam) de boire en position debout. Il s’agit là d’une abrogation de l’interdiction que le Prophète a avancé auparavant, a-t-on dit ; de même on a dit qu’il (Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam) l’a fait pour indiquer aux Musulmans que les deux positions sont permises. Or, le Prophète (Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam) a bu en position debout durant son pèlerinage, et ce, pour éviter la bousculade en raison de l’affluence des gens, car si quelqu’un voulait boire en position assise il serait foulé aux pieds. Le cas exceptionnel est motivé à ce stade.

  A ce qu’il parait -précise l’auteur de ce livre – cette situation a eu lieu lorsque le Prophète (Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam) a voulu boire de l’eau de Zam-Zam parce qu’il y avait des foules qui affluèrent à l’endroit, il a donc pris un récipient et en a bu en position debout. 

  Par conséquent, il est préférable de boire en position assise sauf en cas d’une force majeure qui empêche le fait de s’asseoir. Ainsi, faut-il concilier les différents hadiths dans ce chapitre pour mieux concrétiser la question. Allah sait mieux.

  Lorsque le Prophète (Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam) buvait, il avait pris l’habitude de passer le verre à la personne qui se tenait juste à sa droite, même si la personne assise à sa gauche était plus âgée. Les Ulémas en ont déduit que lorsqu’il s’agissait de présenter le café, le thé ou les sucreries à ses conviés, il fallait commencer par la personne assise à droite de l’assemblée, ce qui est susceptible de passer outre les problèmes éventuels et d’éviter toute perplexité à l’hôte en se posant des questions comme : laquelle de ces personnes est la plus âgée, laquelle est la plus noble de rang, laquelle est la plus savante. La question de l’évaluation des gens à leur juste valeur est des plus embarrassantes. Donc, la personne qui se tient à droite est plus en droit d’entrer dans un lieu quelconque et d’être servie avant les autres. 
  On rapporte qu’un enfant était assis à sa droite alors que notre maître Abou Bakr As-Siddîq se tenait à sa gauche, s’adressant à l’enfant, le Prophète (Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam) lui demanda :

-    « Me permets-tu ? »

  -    Absolument pas, répondit l’enfant, par Allah je ne cèderai à personne mon droit de boire après toi.
  Et le Prophète de lui présenter le récipient.
  Règle à respecter : commence par celui qui se tient à droite en allant de droite en droite.

Seul le Prophète est infaillible et législateur :

  En effet, le Prophète est à lui seul, infaillible et législateur ; tous ses actes, toutes ses paroles, toutes ses approbations sont une sunna. Allah (Exalté soit-Il) dit :

((Prenez ce que le Messager vous donne ; et ce qu’il vous interdit, abstenez-vous en ; …))

AL-HASHR (L’EXODE) : 7

  Seul le Prophète (Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam) en dehors de tous les gens, est infaillible et n’a jamais commis de fautes. Si nous observons de près sa biographie (Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam) -bien évidemment, ce livre d’ibn al-Qayyim al-Djawziyyah est singulier dans sa teneur, il traite à la fois la biographie du Prophète et le fiqh (la jurisprudence) – nous prendrons connaissance de ses actes, sachant que ses actes sont une législation (une loi islamique), nous pouvons en sélecter des sujets qui peuvent former le pivot de leçons futures qui seront données à la suite de la Salât du Fadjr, sachant que ce livre fait six volumes. Notre présente leçon a porté sur un des détails de sa biographie (Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam) : les règles de son comportement relatives au fait de manger et de boire.

  J’ai été informé de l’existence d’un nerf qui relie le cœur à l’estomac appelé le nerf confus ou « le nerf vague ». Certaines études médicales ont relevé plusieurs cas d’une mort subite du fait d’avoir bu l’eau d’un seul coup. Le Prophète (Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam) a dit :

((Buvotez l’eau et ne la buvez pas d’un seul trait car le fait de la boire d’une seule gorgée entraîne la cirrhose))

Abou Mansoûr ad-Daïlami dans « Mousnad al-Firdaous » d’après Anas, Abou Dawood dans « Al-Marasîl » d’après la version d‘Ataa’ ibn Abou Rabah.

  Lorsque l’homme boit l’eau froide d’une seule gorgée alors que la température de son corps ne dépasse pas les 37°, le nerf vague sera durement excité provoquant une mort éventuelle à la personne concernée. C’est là une directive prophétique (Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam).

  Il a dit également (Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam) :

((Ne colle pas ta bouche au récipient))

Abou Dawood et At-Tirmidhî d’après Abou Sa’ïd al-Khoudry.

  Eloigne le goulot du récipient de ta bouche car il est des cas où la contagion se fait par les voies respiratoires.

Le Musulman doit se conformer aux règles de comportement du Prophète :

  Le Prophète (Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam) évitait de boire dans un récipient ayant une fente, car il est le plus exposé aux microbes. La nuit, il (Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam) se souciait de boucher les ouvertures des outres contenant de la nourriture ou de l’eau pour que rien ne puisse s’y introduire. Il se servait de la main droite pour manger. Il mangeait de ce qui était devant lui.   Quant aux fruits, il se permettait de faire son choix.

((et des fruits de leur choix,))

AL-WAQI’A (L’ÉVÉNEMENT) : 20

   Tu peux te permettre de choisir le fruit qui te plaît, quant à la nourriture, tu dois manger de ce qui est devant toi ; telle est la sunna. 
  Nombreuses sont les règles de comportement inclues dans la sunna, si nous les adoptons à la lettre nous mènerons une vie plus saine. Le Musulman se doit de suivre les règles de comportement du Prophète (Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam).
  Nous irons plus loin dans ce sujet dans les leçons à venir si Allah le veut bien, nous traiterons plus particulièrement les règles portant sur la nourriture, la boisson, le mariage, l’éducation des enfants, les moments de paix et ceux de guerre, dans son voyage ou sa résidence (Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam). Cela nous sera bien profitable dans notre vie quotidienne.

Louange à Allah, Le Seigneur de l’univers