Au Nom d’Allah, Le Tout Miséricordieux, Le Très Miséricordieux

Question :

 M. Le Docteur Révérend Mohammad Rateb Al Nabulsi, Assalam Alaykum Warahmatu Allah Wabarakatuh Celui qui est en chômage, lui incombe-t-il de payer La Zakât du Fitr sachant qu'il a arrêté de travailler depuis le premier de Ramadan ?
 Qu'Allah te rétribue.

Réponse :

 Cher frère/chère sœur. Assalamu Alaykum Wa Rahmatu Allah Wabarakatuh.
 En réponse à ta question, je te réponds:
 La Zakât du Fitr a un cas particulier. C'est une obligation qui incombe à chaque personne qu'elle soit jeune ou adulte, pauvre ou riche, esclave ou libre, avec ou sans résidence. Cette aumône est imposée à toute personne qui dispose de sa subsistance quotidienne: un seul repas, celui qui dispose d'un seul repas, doit payer La Zakât, c'est qu'Allah désire que chacun de nous connaisse la grâce de dépenser, parce que tous les gens ignorent cette sensation délicieuse à part celui qui l'a savourée.
 Si tu veux savoir quelle sera ta destinée, si tu feras partie des gens appartenant au monde terrestre ou au monde céleste, tu n'as qu'à te demander ce qui te réjouit le plus ? Le fait de payer ou de prendre ? Allah Exalté Soit-IL aimerait voir le démuni payer La Zakât du Fitr qui se limite cette année, comme les années précédentes à cinquante livres, ce n'est guère un chiffre énorme, ni impossible à verser, pourtant il peut devenir un symbole concret de l'amour que tu voues à Ton Créateur, et un signe du respect profond et de l'adoration sublime que tu Lui portes; en tout cas, il est toléré et naturel de prendre et de payer La Zakât, sans recourir à échanger mutuellement cette opération, sinon elle serait une mise en scène, comme s'ils n'avaient rien payé! En payant La Zakât, tu aspires à satisfaire Le Seigneur de l'univers, tu attends d'être récompensé par Lui, Allah peut inspirer les autres à verser La Zakât du Fitr, je fais allusion aux misérables Cependant il est indigne que tu paies cinquante livres, alors que tu vis dans l'opulence, il n'y a pas de chiffre maximal pour les riches. Quelques hommes de science religieuse estiment qu'il suffit aux misérables de payer trente livres pour chacun, l'important est que tu puisses concevoir l' idée de verser cette somme, si tu disposes de quoi acheter ton repas quotidien, le jeun n'est accepté que si tu paies La Zakât. Évidemment, cette somme est une purification pour celui qui pratique le jeun des propos superflus prononcés par hasard, ou de ses souillures, de ses erreurs , ou de ses regards furtifs, c'est aussi une occasion aux pauvres de déguster de bons plats, ce qui montre la solidarité entre les membres de la société, Louanges à Allah, on a dans L'Islam la solidarité sur une base proportionnelle et géographique, il incombe à chacun de faire des inspections sur son voisin, sur sa parenté afin de connaître précisément leur condition sociale et leur offrir au besoin le soutien qui est une sadaqa et aussi une préservation des liens de parenté, quelques Ulémas disent même que La Zakât du croyant n'est pas acceptée tant que sa parenté a besoin de son aide, les étrangers reçoivent l'aide des autres, mais ta parenté n'a personne d'autre que toi pour lui venir en aide. La solidarité sociale dans L'Islam est basée sur la parenté, les liens de parenté et le voisinage.
 De la part du Dr Mohammad Rateb Al Nabulsi. 
 Louanges à Allah Exalté Soit-IL.

Louange à Allah, Le Seigneur de l’univers