Au Nom d’Allah, Le Tout Miséricordieux, Le Très Miséricordieux

  Mes frères croyants, avec la vingtième leçon qui parle des vertus du Prophète, Paix et bénédiction soient sur lui, nous sommes arrivés à un ensemble de ses nobles caractères. Il arrive que quelqu'un se demande: en quoi nous importe la description extérieure du Prophète, comme la couleur du teint, la forme du visage et les cheveux ?
 Pour y répondre, je dis: Premièrement, si quelqu'un a vu le Prophète dans son rêve sans avoir ces caractères, il ne sera pas une vision du Prophète (PSL), il ne sera pas une vraie vision. En effet, la vraie vision est celle où on trouve ses caractères tout entiers. Deuxièmement; on lit dans la tradition du Prophète:

"si le beau visage était un homme, celui sera un homme vertueux ".

 Le beau visage ne signifie pas le teint blanc, mais le beau visage reflète une pureté, une lumière et une innocence. Si tu regardes notre maître Bilal, tu trouveras le charme de la lucidité, de la pureté et de l'innocence. Alors, le beau visage ne signifie pas la couler du teint, ni les conditions conventionnelles entre les gens pour désigner la beauté. Mais le visage du croyant reflète une lumière, son visage est le miroir de son âme, et sur son visage on trouve sa pureté, sa vertu, sa timidité, sa fidélité, son innocence et son identité. C’est pourquoi, un des signes de l’authenticité de la croyance de quelqu’un en Dieu, c'est voir cette croyance sur son visage. Et l’être humain s’il regardait son visage en ayant une faible croyance en Dieu, il verrait une différence sur son visage. S’il regardait son visage en étant loin de Dieu, son visage ne lui plairait pas. Car la beauté du visage dont on parle n'a aucun lien avec les caractères de la beauté sur lesquels les gens se sont mis d'accord. Mais il s'agit de cette spiritualité, de cette lucidité et cette pureté qui apparaissent sur le visage de l'homme. Selon AL Siouti dans le petit compilateur de Hassan ben Ali, que Dieu soit satisfait d'eux: "j'ai demandé à mon oncle, Hind ben Abi Hala qui fut un bon descripteur du messager d'Allah (PSL), de m’en faire une description à laquelle je pouvais m’attacher, alors il dit: le messager d'Allah (PSL), fut majestueux et glorifié". Cela veut dire qu'il avait un grand prestige devant lui-même et devant les gens. A ce propos, frères croyants, il ne s'agit pas d'un orgueil ni d’un mépris. Mais le croyant se respecte parce qu'il est pur, honnête, sincère et digne de confiance; alors l'honnêteté et la pureté génèrent chez lui ce respect de soi-même. Pour cela, il ne se met pas dans une position de petitesse ou d'accusation, et n'accepte pas d'être dans une situation d'humiliation. Le croyant selon le Prophète (PSL):

"l'honneur du croyant réside dans sa prière la nuit, et sa grandeur réside dans sa propre richesse qui le met à l’abri du besoin des gens".

(Sahel ben sa'd. )

 Le croyant de doit pas s'humilier parce que le Prophète était majestueux, il avait son prestige devant lui-même, si l'homme a respecté sa personnalité, il ne le mettra pas en position d'accusation. Je author quelques petits exemples: si quelqu'un t'a chargé de lui acheter quelque chose et toi tu as oublié, plus tard il t’interroge sur cette chose; alors tu peux prétendre par exemple avoir trouvé le magasin fermé, dans ce cas là, tu perdras l'estime de toi-même, tu ne seras plus respectueux devant toi-même, tu dois être sincère et lui dire: " Par Dieu, j'ai oublié". En ce cas, il te reprocherait ou se plaindrait pour ton oublié, mais tu resteras majestueux devant toi-même. Le Prophète (PSL) fut majestueux et glorifié. Le croyant ne ment jamais. Le croyant peut être d'une mauvaise nature cependant il ne commet jamais le mensonge ni la trahison. S'il a menti, il perdra l'estime de soi-même et il peut sembler grand aux yeux des gens, les forts ainsi que les riches semblent grands aux yeux des gens, mais s'ils ont gagné de l'argent illiauthor et s'ils ont atteint cette force après avoir détruit les gens, alors ils perdront l'estime de leurs personnalités. J'insiste sur l'idée du respect et l'estime du soi-même. Au fur et à mesure que tu deviendras honnête, vertueux et sincère, que tu auras des principes inchangeables, que tu ne diras que le droit sans détournement, ni flatterie, ni hypocrisie, ni falsification; tu sentiras la grandeur de ton esprit.  Alors tu dois te respecter, les savants de la biographie du Prophète disent: "il fut majestueux et glorifié; majestueux signifie la grandeur devant soi-même, et glorifié signifie la grandeur devant les gens. Comment réaliser cela? Le croyant réalise cette grandeur dès que sa solitude est comme sa fréquentation avec les gens, que son secret est comme sa publicité, que le contenu de son cœur est sur sa langue, que ses dires affirment son intention, sans dualité. Ce croyant n'a pas une attitude dévoilée et une autre cachée, il ne fait pas en public ce qui susauthor l'admiration des gens alors qu'il fait une chose honteuse quand il est seul, ainsi il se mépriserai. Donc, l'expression il fut majestueux et glorifié signifie que le croyant est celui dont le secret égale la publicité, la solitude égale la fréquentation des gens, le croyant est la même personne chez lui et hors de sa maison, il est parfait et n'existe dans sa vie aucune dualité. C'est le sens de: il était majestueux et glorifié, son visage était brillant comme la pleine lune.  Cette beauté acquise par l'homme en empruntant le chemin d'Allah est, par Dieu, son secret. Chacun de nous, après une prière parfaite, une vraie invocation ou après une récitation du coran avec des larmes, s'il s'est regardé dans le miroir, il le verra comme la pleine lune, de même qu'après une préoccupation par les soucis du monde d'ici-bas ou après l'affrontement d'un problème, s'il s'est regardé dans le miroir il le verra languissant et rigide. La beauté que nous dépeignons en décrivant le Prophète est une beauté spirituelle, son visage brille comme la pleine lune, il est de taille moyenne ou plus, il n'est ni trop grand ni trop petit, mais de taille moyenne ou un petit peu plus, le sommet de sa tête est grand, sa tête est ni grande, ni petite, mais proportionnelle à son corps et c'est un des critères de la beauté, ses cheveux sont un peu frisés, chez certaines personnes, leurs cheveux deviennent frisés en les brossant. Le descripteur du Prophète (PSL) a dit: "ses cheveux sont un peu frisés, il peut faire une raie dans sa chevelure à droite et à gauche, il a un teint blanc rosâtre, le front est large, et c'est une belle qualité chez l'homme, les sourcils sont allongés et minces, ils se terminent sans lien. La mère de Ma'bad dit en lui le décrivant: ses sourcils furent étaient allongés et minces, ils se terminèraient sans lien. Les savants ont dit: en le regardant de loin, on croit que ses sourcils sont un peu épais mais en s'approchant de lui, on les trouve minces et se terminant sans lien entre eux. Egalement c'est une qualité qui ajoute une beauté au visage, entre les deux sourcils existe une artère qui apparait lorsqu'il se met en colère, le nez est retroussé et arqué, c'est aussi un signe de la beauté du nez, il reflète une lumière. La barbe est touffue, les cheveux sont épais et bien fourmis, les joues sont émaciées, la bouche est large pour l'éloquence, les dents sont séparées par des petits espaces et c'est une des belles qualités dans les dents. Il y a un ligne de cheveux qui s'étend de la clavicule jusqu' au nombril, la peau de sa nuque est telle une peau de poupée, pure comme de l’argent, la nuque est modérée, ni grosse, ni maigre. Le corps est potelé et cohérent. Parfois on trouve un homme dont les muscles sont flasques et mous mais ceux du Prophète (PSL) sont forts, son corps est potelé et cohérent harmonieux. La poitrine et le ventre sont plats, les épaules sont larges, aux épiphyses (c’est le nom scientifique) énormes sont extrémités.  Découvre ses bras pour faire l'ablution, ils sont illuminés. Les bras, les épaules et la poitrine sont couverts de poils. Les poignets sont longs, la main est large. Les mains et les pieds sont en harmonie avec le corps. Les membres et le corps sont bien proportionnés. Les pieds sont plantaires, c'est-à-dire que le milieu des pieds ne touche pas la terre ce qui l'aide à marcher bien. Les pieds sont plats au point que si on verse de l'eau sur eux, elle glissera sans rencontrer ni plis ni bosses. Dans sa marche, il lève le pied de la terre comme s'il l'arrachait pour ne pas faire de bruit, il marche lentement avec de pas larges, il marche comme s'il descendait d'un versant. Quand il tourne, il tourne avec tout son corps, il baisse les yeux, étant modeste devant Allah, Exalté soit-Il, il regarde la terre plus que regarde le ciel, la plupart de ses regards ont pour but de remarquer les choses. Le Prophète, Paix et Salut sur lui, ne dit-t-il pas: Il m'a été ordonné de garder le silence dans le but de penser, de parler dans le but de faire appel à Allah et de regarder rapidement. Avec ses compagnons, il leur faisait presser le pas, se hâtait de saluer ceux qui le rencontraient. Certes, ce sont les caractères du Prophète (PSL) que Hassan ben Thabet a rassemblé dans ces deux vers: mes yeux n'ont jamais vu ce qui est mieux que toi, les femmes n'ont jamais mis au monde ce qui est plus beau que toi. Tu es né exempt de tout défaut, comme si tu étais né selon ta volonté.
 Cela signifie les mœurs, la prédication, la lutte sainte et la fidélité du Prophète, mais il n'y a pas d'inconvénient à authorr, au travers de ces leçons, les vertus du Prophète (PSL) et à s'arrêter une fois sur ses caractères extérieurs.
 Al Hassan que Dieu soit satisfait de lui a dit à Hind ben Hala: décris-moi la logique du messager d'Allah (PSL), comme vous savez: la beauté de l'homme réside dans son éloquence, il a répondu: le messager d'Allah Paix et Salut sur lui vivait dans une tristesse perpétuelle. Pourquoi? L'explication est facile: si une femme avait un fils arrêté et qu'on lui ait mis le repas dans les mains et qu'on l'ait accompagnée dans les plus beaux endroits, son cœur restera triste sur son fils. Et le Prophète (PSL), était l'homme le plus miséricordieux envers les hommes, Dieu, Exalté soit-Il, dit:

 

{Certes, un Messager pris parmi vous, est venu à vous. Un Messager auquel pèsent lourd les difficultés que vous subissez, qui est plein de sollicitude pour vous, qui est compatissant et miséricordieux envers les croyants.}

 

( Sourate Al Tawbah (128))

 Fort de sa pitié envers les êtres humains, le Prophète était dans une tristesse perpétuelle, parce qu'il voyait leur destin. Quant à nous, si Dieu a honoré quelqu'un par la foi et la vertu, il dit: les gens périront.  Il n' pas de pitié dans le cœur, il jouit de sa vertu et d'être sauvé, mais il ne ressent pas l'amertume envers ces gens égarés d'Allah, Exalté soit-Il, leur destin est connu. Donc, comme signe de la grandeur du Prophète et la perfection de ses mœurs, c'est qu'il vivait dans une tristesse perpétuelle parce qu'il voyait tous les êtres comme serviteurs de Dieu, dont la majorité périra. Il y pensait toujours, Allah nous a tous honorés par ce cerveau, le cerveau du Prophète travaillait tout le temps, le Prophète vivait dans une tristesse et réflexion perpétuelles, il ne prenait jamais de repos, et c'est la description des Croyants par Dieu, Exalté soit-Il:

 

{Ils arrachent leurs flancs de leurs lits pour invoquer leur Seigneur, par crainte et espoir; et ils font largesse de ce que Nous leur attributions.}

 

(Sourate AS Sadjdaj (16))

 Mou'az ben Jabal a rapporté du Prophète, Paix et Salut sur lui, lorsqu'il l'a envoyé au Yémen:

'garde-toi de la jouissance car les serviteurs de Dieu ne vivent pas dans l'aisance.'

(tradition de Ahmad)

 Le croyant sincère ne compte pas sur le monde ici-bas parce qu'il berne, nuit et passe. Quoique l'homme s'intéresse à sa propre vie, il est sûr qu'il descendra au tombeau. Quoiqu'il s'occupe de sa maison, il la quittera. Alors, vis comme tu veux car tu mourras, et aimes ce que tu veux car tu en seras séparé, fais ce que tu veux car tu y seras récompensé.
 Donc, le Prophète était silencieux la plupart du temps, ne parlait que pour un but précis ou une nécessité. Il vivait dans une tristesse perpétuelle, il ne prenait jamais de repos car il pense tout le temps, il commençait et terminait sa parole par le nom d'Allah, Exalté soit-Il. Si un croyant est entré chez lui, il dit: Salut sur vous, il invoque Allah s'il s'est assis, s'il a mangé ou s'il est entré chez lui. Il invoque toujours Allah, Exalté soit-Il dans la salutation, la louange et le remerciement; alors le Prophète commençait et terminait sa parole par le nom d'Allah, il parlait dans les affaires générales, brièvement sans détails ennuyeux ou nuances inutiles. Abou Houraira, que Dieu soit satisfait de lui, a rapporté du Prophète (PSL):

"j'ai été envoyé avec le coran (des paroles brèves et éloquentes), et j'ai eu la victoire par la terreur de mes ennemis. En dormant, j'ai vu les trésors du monde entre mes mains". Abou Houraira a dit: "le Messager d'Allah s'en alla alors que vous gagnent ces trésors Le prophète (PSL) est parti alors que vous êtes en train de récolter (les biens de ce bas monde)".

( Rapporté par Boukhari )

 Ses paroles sont tranchantes sans curiosité ni négligence, on n'y trouve pas de concision qui nuise au sens, ni de prolixité ennuyeuse. Le Prophète n'était pas méchant, mais il était poli, il créait l'intimité avec les gens. Parfois, on trouve quelqu'un qui est cruel, dur ou humiliant mais le Prophète, au contraire, il n'avait ni de cruauté ni humiliation. Parfois on trouve ce qui est servile et accepte l'humiliation, alors que le Prophète, n'était ni sévère, ni ignoble, il magnifiait la grâce divine même si elle était insaisissable. La marche, le mouvement et le sommeil sont des grâces divines. Je connais un homme qui est resté plus d'un an sans pouvoir dormir la nuit, je crois que si on lui avait dit: " donnerais-tu tous tes biens afin de dormir une seule nuit?", il n'aurait jamais hésité. L'homme marche, dort, voit, entend, parle, son cerveau est sain, il a une maison; ce sont des grâces divines, le Prophète (PSL) magnifiait la grâce quoiqu'elle soit insaisissable, quand on magnifie la grâce, Allah l'augmentera, Allah, Exalté soit-Il dit:

 

{Et rappelez-vous lorsque votre Seigneur proclama: "Si vous êtes reconnaissants envers Moi pour Mes faveurs et si vous M'adorez tout Seul, très certainement j'augmenterai Mes bienfaits pour vous".}

 

(Sourate Ibrahim (7))

 On ne maudit rien, on trouve quelqu'un qui insulte sa maison, il dit: Que Dieu maudisse cette maison et l'heure où je l'ai achetée, il doit savoir qu'il y a des gens qui n'ont pas de maison ou même une seule chambre. Parfois, l'homme insulte ses parents, son argent et lui-même. En revanche, le Prophète ne critiquait rien, il ne critiquait ni ne complimentait la nourriture, parce que si on critique la nourriture, que cela signifie-t-il? Cela signifie qu'on est orgueilleux, et si on l'a complimentée, cela veut dire qu'on est gourmand, si on l'a critiquée on est orgueilleux et si on l'a complimentée on est occupé par les délices de la nourriture. Parfois, certains font une description détaillée du repas: cela est comme le pistache, cela est comme l'asperge et cela est très bien cuit, mais le Prophète (PSL) ne dénigrait ni ne complimentait le repas parce que le compliment signifie la gourmandise et la médisance signifie l'orgueil. Abou Houraira a rapporté du Prophète (PSL):

"si j'ai été envoyé à un pied de mouton, j'accepterai l'invitation, et si on me l'a offert je l'accepterai"

 Si on m'a invité à un repas modeste à Al Ghamim, un lieu loin de la Mecque, j'accepterai l'invitation, c'est pareil à une invitation à AL Kouswa d'un homme qui habite à Cham, il devrait prendre un ou deux taxis et supporter la fatigue du voyage.
 Le Prophète, que Paix et bénédiction de Dieu Salut sur lui, acceptait l'invitation d'un repas modeste hors de la ville, et l'acceptation d'une invitation est une politesse envers Allah et une affection envers les gens, elle les rendra heureux. Le Prophète ne se mettait en colère dans le monde ici-bas, il ne regrettait pas ce qu'il avait perdu ou raté et on l'a décrit par ce caractère. Parfois, on trouve quelqu'un dont l'épouse a le même âge que lui, il est soucieux dans toute sa vie, il dit: "elle est de mon âge, elle âgée par rapport à moi". Un autre homme m'a dit que son épouse est plus âgée que lui de deux mois, il a raté la magnifique épouse car sa femme est âgée comme il le prétend. Quelqu'un te dit un jour: "si je n'avais pas accepté cet emploi, je serais un commerçant maintenant mais j'ai passé ma vie avec la modestie de mon salaire, parce que mon père m'a encouragé à suivre mes études et devenir habile, alors que mon frère qui a quitté ses études et a participé aux affaires de mon père, il est devenu millionnaire, alors cet homme-là a tellement regretté son statut. Cependant, le vertueux Prophète n'a pas regretté ce qu'il avait raté dans ce monde ici-bas parce qu'il le trouvait petit avec tous les biens: argent, femmes, maisons, voitures et domiciles parce qu'ils sont provisoires. Quelqu'un te dit: "j'ai eu l'occasion d'obtenir une bourse d'étude mais ils ont supprimé mon nom au dernier moment. Il répète cette histoire cent fois.  Par Dieu, on a appris par cœur cette histoire: ils ont supprimé ton nom au dernier moment, saches que c'est ton destin, alors sois satisfait et Allah va te récompenser. Le Prophète ne se mettait pas en colère à cause de ce monde et de ses biens, si le droit était transgressé il restait en colère jusqu'à ce qu' on se range du côté du droit, alors toute sa colère était due à la violation du droit et non pas due à son propre droit, il se mettait en colère si les limites d'Allah transgressées. Il ne se rangeait pas du côté de lui-même. Pour cela, le croyant se met en colère, aime, fraternise et devient ennemi seulement pour la cause de Dieu et non pas pour son propre intérêt, sinon il sera égoïste. Le Prophète signalait par la main toute entière, et c'est un signe de sa politesse. En s'étonnant, il renversait la main, alors il faisait des gestes pendant son discours, il frappait la main droite au pouce de la main gauche. C'étaient les caractères du Prophète Paix et Salut soient sur lui. Il lui a dit: décrivez-moi sa logique: s'il s'est mis en colère, il tournait la tête et s'éloignait. On trouve quelqu'un qui, s'il s'est mis en colère, crée une grande dispute, il insulte sévèrement, tandis que le Prophète, il tournait la tête et s'éloignait. Ces mœurs ne sont pas seulement à savoir, mais ils ont pour but de les imiter. Nos leçons ne sont pas pour en savoir plus seulement, mais pour les suivre. Le Prophète, pendant sa colère, tournait la tête et s'éloignait, alors que l'hypocrite, s'il s'est désaccordé avec quelqu'un, il va au maximum et devient trop violent. Le prophète, pendant sa joie, il baissait les yeux, force de sa modestie devant Allah Exalté soit-Il. Si quelqu'un a entendu une bonne nouvelle comme: réussir dans un examen, gagner quelque chose, obtenir un diplôme, acheter une maison ou se marier, souvent il remerciera Allah. Si le Prophète se réjouissait, il baissait les yeux et au maximum, il souriait. Mais on trouve un homme qui rit au point qu'il se plie et tombe par terre et crie à haute voix. Allah dit:

{ la plus détestée des voix, c'est bien la voix des ânes}.

(Sourate Loukman (19) )

 Le maximum chez le Prophète c'était d'esquisser un petit sourire, ils nous montrait ses dents qui sont comme la pluie descendante des nuages blanchâtres.
 Al Hussein que Dieu soit satisfait de lui a dit: j'ai interrogé Ali, que Dieu soit satisfait de lui, sur l'entrée du Prophète (PSL) chez lui. Chacun a son caractère, on trouve par exemple un homme qui entre chez lui et ne se déshabille pas tout de suite, mais il s'assoit, alors qu'un autre se déshabille et disperse les vêtements, un autre les accroche. Mais, le Prophète, comment entrait-il chez lui? Il a répondu: en entrant chez lui, il divisait le temps en trois parties: une pour Allah, Exalté soit-Il. La maison n'est pas un tombeau, et n'est pas consacrée au sommeil, les hypocrites s'endorment profondément la nuit et travaillent durement la journée comme les bêtes, ils dorment longtemps la nuit sans s'occuper de la prière de l'aurore ni de la récitation du coran. L'autre partie est consacrée aux parents, à l'incitation à la bienfaisance, à la lecture, au discours intime, à l'invocation d'Allah, à l'appel vers Allah et à la prière pendant la nuit. Le Prophète Paix et Salut sur lui dit: je consacre une heure pour mon Seigneur pendant laquelle je ne m'intéresse ni à un prophète envoyé, ni à un roi proche de moi". Madame Aicha dit: il nous parlait et nous lui parlions, un homme poli et intime, et quand le moment de la prière est venu, c'est comme s'il ne nous connaissait pas. C'est le temps consacré à Allah Exalté soit-Il, parfois on voit un employé dans une entreprise, qui, si le ministre l'a convoqué, se met devant le miroir et améliore ses vêtements et ses cheveux, parce qu'il va aller à la rencontre du ministre; et c'était le cas du Prophète (PSL) si le moment de la prière était venu. C'est comme s'il ne nous connaissait pas, c'était le temps de la prière, une autre pour ses femmes et la dernière partie est pour lui-même. Alors, une partie pour se reposer et dormir, et une autre pour ses femmes. A chaque fois que j'entends un problème dans la vie conjugale, je pose une question et j'insiste sur cette question; je découvre qu'une des causes les plus grandes de désaccord dans la vie conjugale, c'est que le mari va au travail de bonne heure et revient à minuit, il fait de sa maison un hôtel, il prend le dîner et va au lit, le lendemain il va tôt au travail, donc cette épouse souffre de l'ennui. Il est indisponible pour consacrer une partie du temps à sa femme, une autre pour son Seigneur, et la dernière pour lui-même, c'était le cas du Prophète chez lui. Le Prophète a divisé la partie consacrée à lui-même en deux sections: une pour lui et l'autre pour les gens qui ont des problèmes, il résolvait ces problèmes et répondait aux questions concernant la vie conjugale ou la loi divine. On trouve dans la biographie du prophète sa préférence pour ceux qui ont la priorité dans la bienfaisance. Les gens sont divisés en catégories, il y a des hommes qui jouissent d'une place élevée dans la société, le Prophète estimait les places des gens. Maymoun ben Abou Chabib dit:

un mendiant est passé près de Madame Aicha, elle lui a donné un morceau du pain, puis un homme habillé est passé près d'elle et a demandé son aide, alors elle l'a fait s'assoir et manger. Ainsi, on la interrogée sur ce qu'elle a fait, elle a répondu: "le Prophète (PSL) a dit: estimez les gens selon leurs places".

(Rapporté par Dawood. )

 Alors, dans la biographie du Prophète, dans la partie de la nation, est citée la préférence de ceux qui ont des bienfaisances, on y trouve celui qui a un problème, et celui qui en a deux et un autre qui en a beaucoup; alors le Prophète s'occupait de ces gens, il considérait que la résolution des problèmes des gens est un culte. La pitié résidait dans son cœur, la justice constituait sa législation, l'amour était dans sa nature, les problèmes des gens étaient son culte. Il passait le temps dans la réforme de leur monde ici-bas et dans l'au-delà. Le Prophète paix et salut sur lui dit: le présent parmi vous doit en informer l’absent: informez-moi du besoin de celui qui ne peut pas le transmettre, celui qui a appris à un roi d’un besoin ou celui qui est incapable de transmettre, Allah consolidera ses pieds(le rassurera) Jour du jugement. Les compagnons du Prophète, que Dieu soit satisfait d'eux, entraient chez lui en groupe et ne s'en allaient qu'après avoir mangé quelque chose, il les accueillait bien chez lui, leur présentait généreusement de la nourriture et résolvait leurs problèmes, il faisait tout cela fort de sa générosité.

 Ensuite, ils en sortaient pour désigner le bien grâce à leur affection et admiration envers la sagesse, la générosité, l'intimité et la modestie du Prophète, alors ils deviennent des guides vers le lui.
 En sortant de chez lui, le Prophète Paix et Salut sur lui gardait sa langue sauf dans les sujets qui le regardaient. O homme, garde ta langue, méfie-toi d'être mordu, elle est un serpent. Tant de tués dans les tombeaux à cause de leur langue, alors qu'ils faisaient peur dans les cœurs des ennemis.
 Regretter le faite de tenir le silence est mieux que regretter le fait de parler. Le silencieux est en sécurité, alors que le parlant commettrait des fautes. Le Prophète (PSL), en sortant de chez lui, gardait sa langue sauf dans les sujets qui le regardaient. Abou Houraira a rapporté du Prophète (PSL):

"Comme signe de bonne appartenance de quelqu'un à l'Islam, c'est son abstention de tout ce qui ne le regarde pas".

(Rapporté par Tirmid)

 Le Prophète rassemblait les gens et ne les effrayait pas, il les rapprochait les uns des autres, honorait chaque noble en lui confiant la présidence dans sa communauté. Il faut mettre le noble, non pas l'ignoble, dans le poste de commandement. Parfois, en trouve un groupe d'employés qui sont âgés et qui ont de l'expérience, mais ils sont conduits par un jeune maladroit; c'est une grande faute. Ou on trouve une école qui comprend trente ou quarante enseignants qui forment une élite, mais la direction est dans la main d'un jeun maladroit, la même chose peut se passer dans un hôpital ou une association.  La politique du Prophète (PSL) est basée sur le fait d'honorer chaque noble en lui confiant la présidence dans sa communauté. Il se méfiait des gens sans avoir à cacher sa politesse et ses mœurs, il était gentil, intime, souriant et gai, mais il n'était pas candide. Méfie-toi d'une personne que tu ne connais pas. Le Prophète nous a enseigné: "le croyant est courtois, prudent et alerte". Le croyant n'est pas naïf au point d'être trompé, ni malsain au point de tromper, il tient un statut parfait.
 Le Prophète (PSL) honorait chaque noble en lui confiant la présidence dan sa communauté, il se méfiait des gens sans cacher sa politesse et ses mœurs, il était soucieux par ses compagnons, il était gouvernant. On peut trouver un enseignant qui lance la leçon et s'en va, et un autre qui compte sur ses copains: on n'a pas vu quelqu'un, comment va-t-il? Est-il malade? Je dois lui rendre visite. Peut être il a voyagé, interrogez-vous sur lui, visitez-le s'il était malade, c'est une affection, pitié, fidélité et éducation. Au contraire, si quelqu'un t'a tes affaires, tu lui réponds: ça ne te regarde pas. Tu auras tort.  Que Dieu augmente ses bienfaits et le récompense par les biens. S'il s'est intéressé à toi, même par téléphone en disant: " hier on ne t’a pas vu, nous étions inquiets, tu nous es cher". Tu l'accuseras de curiosité, non il n'est pas curieux, tu ne le comprends pas, en effet c'est un croyant généreux qui veut te conduire vers la voie d'Allah, Exalté soit-Il. Le Prophète s'occupait de ses compagnons. Dans la biographie du Prophète existe beaucoup des situations pareilles où il demandait: " où est untel?". Un jour, à Tabouk, le Prophète a examiné les compagnons, il a dit: " où est untel?". Un homme a fait allusion au fait qu'il était occupé par le travail dans son champ en négligeant la lutte avec le Prophète.  Un autre compagnon a répondu tout de suite: "non, par Dieu, O messager d'Allah, il ya des gens qui ont tardé à venir avec vous mais ils n'ont pas moins d'affection envers toi que nous, et s'ils avaient appris que tu affrontes un ennemi, ils ne se seraient jamais absentés aujourd'hui". Ainsi, le Prophète a esquissé un sourire, cette parole lui a plu, la défense des compagnons des uns les autres lui a plu.

 Donc, sois comme l'épée durant l'absence de ton frère, une épée qui le défend. Le croyant a une probité: il traite les gens sans injustice, il leur parle sans mensonges et il ne leur fait pas des promesses d'ivrogne, c'est celui dont la vertu est complète, la justice est lucide, la fraternité est désormais un devoir et la calomnie est illiauthor, et celui qui a bien pensé à son frère est comme s'il avait bien pensé à son Seigneur.
 Par Dieu, moi j'attends longtemps avant de dire: ce croyant ment, il est impossible qu'il mentie ou gagne de l'argent illiauthor parce qu'il est croyant et connaît Allah, si tu as accusé tous les bons hommes, cela signifie que la religion est vaine, celui qui a bien pensé à son frère croyant est comme s'il avait bien pensé à son Seigneur. En accusant les Croyants, tu accuses la méthode qui est basée sur la voie droite, la sincérité, l'honnêteté, la pureté et la pitié; alors comment peux-tu accuser ton frère sans donner des arguments ni des justifications? Le Prophète visitait ses compagnons, les interrogeait sur leurs soucis, il n'était pas isolé dans un tour d'ivoire, il ne vivait pas tout seul. Il fréquentait les gens avec leurs problèmes, dans la joie, la tristesse, les catastrophes et les acquis. Il était avec eux dans tous les cas. Si tu ne vivais pas avec les gens, comment tu t'y intéresserais? Comment ils t'aimeront? Alors tu dois vivre leurs préoccupations.
 Chers frères, en effet, si le vrai croyant voulait devenir un prédicateur vers Allah, Exalté soit-Il, il devrait faire sentir aux gens que leurs problèmes sont les siens. C'est une pitié, il devrait s'interroger sur les soucis des gens. Notre maître Omar que Dieu soit satisfait de lui, en rencontrant ses commandants, leur demandait tout de suite: comment sont les prix chez vous? Parfois on rencontre un frère venu du nord du pays, il faut lui demander: comment est la pluie chez vous? Le travail? La famille? Regarde cette question qui touche le cœur doucement: comment vont les parents? Les enfants, le travail? La région est-elle bien chez vous? La pluie, est-elle abondante, que Dieu le veuille? Cette parole comprend de l'affection et de l'intimité. Parfois quelqu'un dit: qu'il ne pleure pas maintenant parce que je porte un costume et il est maintenant en mauvaise état. C'est un homme égoïste, sa pensée est limitée.  Que mille costumes soient en mauvaise état, Allah envoie la miséricorde aux gens en faisant descendre la pluie du ciel. Le Prophète améliorait et fortifiait le bien, s'il voyait un bon travail, il l'encourageait. Il décourageait et affaiblissait le mauvais. Si quelqu'un a gagné de l'argent illiauthorment et un autre a dit: "il règle ses affaires". C'est une rechute car il l'a participé dans la péché sans savoir, il l'a encouragé à gagner un argent illiauthor en le considérant intelligent. Il dit: "non, il n'est pas voleur, mais intelligent". Si tu as entravé et affaibli le péché, tu es vraiment un croyant, et si tu as amélioré et encouragé le bien, tu es vraiment un croyant. Les gens disent parfois: telle fille a porté le voile et elle semble comme le hibou, ce sont des calomnieux dont la timidité est nulle. En revanche il faut encourager cette fille en lui disant: "Louange à Allah, que Dieu te récompense". Un autre la qualifie de sac noir, il n'a pas de timidité, ces gens déshonorent le bien, alors que le Prophète améliorait et fortifiait le bien, et entravait et affaiblissait le mauvais, il était modéré dans le jugement, il ne donnait pas des ordres qui contiennent des exagérations. On dit: c'est insupportable, il a dit: si tu veux que les gens t'obéissent, ordonne-les raisonnablement. Le Prophète ne délaissait rein de crainte que les gens délaissent et s'égarent, il n'avait pas de tolérance avec ses compagnons concernant les cultes, sinon, ils les négligeront plus tard. Son activité est toujours grande et incitait ses compagnons à être ambitieux. Il ne négligeait ni n'exagérait rien. Il choisissait les meilleurs parmi les gens pour les rapprocher de lui, car l'homme est connu par les gens qui l'entourent. C'est pourquoi la compagnie des maux touche la justice.  Si tu t'es assis avec un homme mauvais qui insulte et prend du vin, si tu as parlé avec lui, si tu l'as accueilli chaleureusement, si tu étais généreux avec lui, que Dieu te garde!, tu crois être intelligent? Non par Dieu, tu seras pareil à lui. C’est pourquoi, l'homme doit choisir les meilleurs des gens comme amis.  Et les meilleurs chez le Prophète étaient qui lui donnaient des conseils. Il n'estimait pas les hypocrites. On trouve souvent les hypocrites autour de l'homme fort, méfiez-vous d'eux. Un bon compagnon, ibn AL Mounther, quand le Prophète a choisi une location pour la bataille de Badr, est venu chez le Prophète et avec beaucoup de timidité, il lui a dit: o Messager d'Allah, cette location, est-elle une inspiration de la part d'Allah, ou est-elle un avis ou un conseil? Il est très intelligent, si cette location était une inspiration de la part d'Allah, il n'y aurait rien à dire, mais si elle était un avis, c'est différent. Le Prophète a répondu: non c'est un avis. Il dit: elle n'est pas une location convenable. C'est un homme sage qui donne des conseils. A partir de cette situation le Prophète nous a enseigné d'accepter le conseil et d'approcher celui qui nous donne le conseil. Moi je dis: celui qui te complimente, il te décourage, alors que celui qui te conseille, il te lève. Avec chaque conseil de lui, tu te trouveras élevé, car le sage est un voyant. Notre maître Omar dit: mes défauts sont les meilleurs cadeaux présentés par mes amis. Si tu étais modeste, tu aimeras celui qui te conseille, qui ne te complimente pas, parce que celui qui te conseille et un ami alors que celui qui te complimente est un hypocrite. Les meilleurs amis chez le Prophète étaient ceux qui étaient plus aidants et solidaires. Dans une autre leçon, si Allah le veut, nous allons passer aux politesses du Prophète dans ses réunions avec les compagnons, que Dieu soit satisfait d'eux.

Louange à Allah, Le Seigneur de l’univers