Au Nom d’Allah, Le Tout Miséricordieux, Le Très Miséricordieux

1er Discours :

Le Hajj (le pèlerinage) est l’un des cinq piliers de l’Islam :

 image   Chers frères, le Hajj est un des cinq piliers de l’Islam, c’est en même temps, une dévotion financière, corporelle et cultuelle. Il s’agit de ce voyage singulier durant lequel le Musulman se déplace corps et âme vers cette Cité Sûre en laquelle Allah (Glorifié soit-Il) a prêté serment dans le Coran, pour se tenir sur le mont de Arafât, et faire la circumambulation autour de la Maison Sacrée que l’Islam a rendue symbole du Monothéisme et de l’unité des musulmans. C’est vers cette Cité Sûre qu’Allah (Glorifié soit-Il) a imposé à tout musulman de se diriger cinq fois par jour en cours de Salât. Allah (Glorifié soit-Il) a dit :

[[Certes nous te voyons tourner le visage en tous sens dans le ciel. Nous te faisons donc orienter vers une direction qui te plaît. Tourne donc ton visage vers la Mosquée sacrée. Où que vous soyez, tournez-y vos visages. Certes, ceux à qui le Livre a été donné savent bien que c’est la vérité venue de leur Seigneur. Et Allah n’est pas inattentif à ce qu’ils font.]]

Al-Baqara (La Vache) : 144.

  Puis Allah (Glorifié soit-Il) a imposé au musulman de se diriger en personne vers Sa Maison Sacrée (Le Masjed Al-Haram), pour y accomplir la circumambulation ne serait-ce qu’une fois sa vie durant. Cette Maison Antique est la première à avoir été édifiée pour les hommes, c’est la première Maison sur terre consacrée à l’adoration d’Allah ; Ibrahim, l’Allié confident d’Allah et son fils Ismaël, offert en sacrifice, l’ont restaurée. De la descendance de ces deux Messagers (Paix sur eux), Allah a engendré cette Ummah (nation) Musulmane, en exauçant les sollicitations sincères que ces deux Messagers avaient prononcées lors de l’édification de cet immense édifice. D’ailleurs, ces sollicitations ont été mentionnées dans le Coran :

[[Notre Seigneur ! Fais de nous Tes Soumis, et de notre descendance une communauté soumise à Toi. Et montre-nous nos rites et accepte de nous le repentir. Car, c’est Toi, certes, l’Accueillant au repentir, le Miséricordieux.]]

La Vache (Al-Baqara) : 128

  Le Prophète (BPSL) a dit :

((Je suis l’incarnation de la sollicitation d’Ibrahim et la bonne nouvelle annoncée par Issa, fils de Maryam))

hadith rapporté par Ibn Sa’ad, d’après Abdullah fils de Abdurrahmane fils de Moua’mmar

Le Hajj est une réponse à l’invitation d’Allah :

  Le Hajj est une démonstration effective que le croyant présente à son Seigneur et à soi. Autrement dit, répondre à l’invitation d’Allah par amour pour Lui, et dans l’objectif d’obtenir son agrément vaut mieux pour le croyant que sa fortune, son épouse, ses enfants, son travail et sa maison réunis. imageCette dévotion se distingue par la nécessité de se libérer complètement de toute charge et de toute responsabilité. A savoir qu’on peut accomplir la Salât chez soi, dans son propre pays, au sein de son travail, de son bureau, en dirigeant son commerce ; mais le Hajj ne peut être accompli que dans la Maison Sacrée d’Allah, il faut à cet effet se déplacer de son pays, quitter les siens, les amis, souffrir les difficultés du voyage, encourir le risque, dépenser son argent pour satisfaire Allah. Autant le prix à payer pour mener cette dévotion jusqu’au bout est élevé autant la rétribution en est éminente, conformément au hadith du Prophète (BPSL) rapporté par Al-Boukhâry et Muslim :

((Celui qui accomplit les rites du Hajj sans faire de rapports sexuels avec son épouse, sans commettre de perversités, redeviendra aussi pur que lorsque sa mère l’a mis au monde, car il sera complètement délibéré de ses fautes.))

Hadith approuvé à l’unanimité d’après Abou Hourayra agrément sur lui.

  Dans un autre hadith il (BPSL) a également dit :

((… Le Hajj détruit tout ce qui l’a précédé))

Hadith rapporté par Muslim d’après Abdurrahmane ibn Shmassé Al-Muhry

  Il (BPSL) a aussi dit :

((Le Hajj pie, accompli à la perfection n’a d’autre rétribution que la Djannah.))

Hadith approuvé à l’unanimité d’après Abou Hourayra agrément sur lui.

  Et il (BPSL) a dit :

((Ceux qui accomplissent le Hajj et la Umrah sont la délégation d’Allah, s’ils Lui demandent ils seront satisfaits ; s’ils L’implorent ils seront exaucés, s’ils dépensent ils seront compensés.))

Hadith rapporté par Al-Bayhaqi et Al-Moundhary d’après Shou’ayb d’après son père, d’après son grand-père.

« Je suis à tes ordres Ô Allah, je suis à tes ordres », est la réponse à l’appel :

C’est ce qui explique les paroles du Prophète (BPSL) :

((N’arrêtez point de faire suivre le Hajj par un autre et la Umra par une autre, ils sont susceptibles de couper court à l’indigence et d’éliminer les fautes.))

Hadith rapporté par At-Tirmidhi et par l’Imam Ahmad d’après ibn Mas’oud.

  Il a dit (BPSL) :

((L’argent dépensé durant le Hajj en tant que frais est pareil à celui dépensé dans la voie d’Allah..))

Hadith rapporté par L’Imam Ahmad d’après Abdullah Ibn Bouraïda tenu de son père.

image  En se dirigeant vers la Maison Sacrée d’Allah, le Musulman délaisse dans son pays les soucis de la vie quotidienne, ceux des victuailles, du travail, du gain, de l’épouse, des enfants, ainsi que les contrariétés du présent et de l’avenir. Une fois qu’il s’est mis en état de sacralisation (d’Ihram) à partir du Miqât, il tourne entièrement le dos à la vie, pour se consacrer corps et âme à Allah (Glorifié soit-Il) en répétant :
  ((Labayka Allahumma Labayk
  Labayka, Tu n'as pas d'associé, Labayk
  Les Louanges, la Grâce et la Souveraineté sont bien à Toi
  Tu n'as pas d'associé))
  Chers frères, cette « Talbiya » semble être un exaucement à l’appel et à l’invitation qui touchent le cœur, qui se traduit par: (Ô Mon serviteur, laisse tout et viens chez moi ; viens Mon serviteur que je t’épargne des soucis immenses qui t’accablent et te pèsent sur le cœur, viens Mon serviteur que je te purifie des désirs qui bouleversent ta vie.)
  Jusqu’à quand resteras-tu à la merci des désirs alors que tu auras à rendre comptes pour toutes les œuvres que tu auras commises

***

  (Viens, Ô Mon serviteur, goûte à mon affection ; Ô Mon serviteur, goûte à la suavité de la conversation confidentielle avec Moi.)
  ((Labayka Allahumma Labayk))
  Lorsque le croyant prononce ces paroles, il lui semble entendre l’appel d’Allah :
  ((Viens, Ô Mon serviteur que je te montre mes signes éblouissants. Viens que je te montre le Royaume de la terre et des cieux. Viens, Ô Mon serviteur que j’illumine tes ailes de Ma lumière qui a éclairé les ténèbres. Viens, Ô Mon serviteur que je comble ton cœur d’une paix à laquelle aspirent les habitants de la terre et ceux des cieux. Viens, Ô Mon serviteur que je comble ton âme de quiétude et de satisfaction à défaut desquelles beaucoup d’âmes ont été malheureuses. Viens, Ô Mon serviteur que je te fasse sortir de la boue des désirs vers les hauts paradis. Viens, Ô Mon serviteur que je te libère de la solitude de l’éloignement et te plonge dans l’affabilité de Mon voisinage. Viens, Ô Mon serviteur que je t’affranchisse de l’épouvante du polythéisme et de l’humilité de l’hypocrisie vers la sérénité du Monothéisme et l’honneur de l’obéissance.

L’invitation qu’Allah adresse à toute personne :

  ((Labayka Allahumma Labayk
  Labayka, Tu n'as pas d'associé, Labayk
  Les Louanges, la Grâce et la Souveraineté sont bien à Toi
  Tu n'as pas d'associé))
 image Viens, Ô Mon serviteur pour que je t’aide à franchir ton monde limité, ton travail routinier et tes soucis épuisants vers les horizons de ma connaissance, l’honneur de mon invocation et le bonheur d’être dans mon voisinage. Viens, Ô Mon serviteur et décharge tes soucis, tes problèmes et tes craintes chez Moi et je te garantis leur disparition. Viens, Ô Mon serviteur et fais-Moi savoir tes besoins pressants en Me sollicitant et je te garantis ton soulagement. Les Masjeds sont Mes maisons sur terre, ceux qui les hantent sont ceux qui les peuplent. Qu’il est heureux le serviteur qui se purifie chez lui et Me rend visite ; le visiteur a droit à l’hospitalité de son hôte.
  Quelle sera Mon hospitalité envers toi, si tu as parcouru de longues distances, si tu as enduré les peines, et dépensé les frais, pour Me rendre visite dans Ma Maison Sacrée, si tu t’es tenu sur le Mont de Arafat pour M’implorer et Me demander Mon agrément.
  ((Labayka Allahumma Labayk
  Labayka, Tu n'as pas d'associé, Labayk
  Les Louanges, la Grâce et la Souveraineté sont bien à Toi
  Tu n'as pas d'associé)).
  Viens, Ô Mon serviteur, rends-Moi visite dans ma Maison Sacrée afin de voir disparaître les tourments qui t’accaparent, viens afin de prendre connaissance des réalités et t’apprêter à ma rencontre :

((Si j’accorde à Mon serviteur une santé vigoureuse, une vie opulente, et qu’il s’abstienne d’accomplir le rite du Hajj cinq ans de suite, il est compté parmi les frustrés.))

Hadith rapporté dans « Les grandes traditions » du Bayhaqi, du « Musnad » de Abu Ya’la, ainsi que dans « Exhortation et Appréhension» du Munziri d’après Abu Saïd Al-Khudry.

  Viens, Ô Mon serviteur, fais la circumambulation autour de la Ka’ba à l’image d’une créature qui aime lorsqu’elle tourne autour de son bien-aimé, accomplis le trajet entre les deux monts Assafa et Al-Marwa à l’image de celui qui désire ardemment revoir un objet ou un être. Viens, Ô Mon serviteur et pose un baiser contre la Pierre Noire, Ma Main Droite sur terre. Verse les larmes chaudes pour les jours que tu as fait perdre sans dévotion. Promets-moi d’abandonner les péchés et les désobéissances et de te conformer à mes ordres. Conforme-toi à l’image que je veux pour que je sois à l’image que tu veux. Conforme-toi à l’image que je veux et ne me dicte pas ce qui peut t’être utile. Si tu fais preuve d’une foi complète dans ce que je veux, je t’assurerai ce à quoi tu aspires, si par contre tu ne me fais pas confiance dans ce que je veux, tu auras du mal à réaliser ce que tu veux, et tu n’auras en fin de compte que ce que je désire. Tout ce qui se trouve dans l’univers, je l’ai crée pour toi, ne te fatigue pas ; je t’ai créé pour moi, ne cherche pas à te distraire ; en vertu de mon bon droit, ne te préoccupe pas par ce que je t’ai garanti pour laisser tomber ce que je t’ai imposé.
  ((Labayka Allahumma Labayk
  Labayka, Tu n'as pas d'associé, Labayk
  Les Louanges, la Grâce et la Souveraineté sont bien à Toi
  Tu n'as pas d'associé)).
  Viens, Ô Mon serviteur sur le Mont de Arafât, le jour de la grande rencontre en excellence ; viens pour jouir de l’un de mes dons qui te purifie le cœur de toute saleté et de tout désir, qui te nettoie l’âme de toute souillure et de toute peine ; ces dons sont susceptibles d’inonder ton cœur de bonheur et de sérénité, de combler ton âme d’une félicité qui suffirait les habitants de tout un pays. À ce moment-là, tu regretteras toutes les heures que tu auras passées dans les « on-dit », les questions inutiles et la perte de l’argent.
  Viens sur le Mont de Arafât, le jour de Arafât, pour réaliser que tu es la première des créatures, à toi seul J’ai assujetti la terre et les cieux ; tu t’es chargé d’en porter la responsabilité, sache que les montagnes, la terre et les cieux ont eu peur de porter. Je t’ai créé afin que tu me connaisses, que tu accomplisses de bonnes œuvres qui te fassent entrer à la djannah. Viens sur le Mont de Arafât, le jour de Arafât, pour réaliser que l’homme est en perdition, sauf ceux qui croient et accomplissent les bonnes œuvres, s’enjoignent mutuellement la vérité et s’enjoignent mutuellement l’endurance. Sache que si tu Me trouves, tu auras tout trouvé, et si tu me fais défaut, tu auras tout à perdre.

Celui qui aura goûté à la magnificence de la rencontre :

 image Lorsque le croyant aura goûté à Arafât et à travers ses sollicitations, son empressement, sa communication, et à travers la magnificence de la rencontre, la suavité de la conversation confidentielle, il s’adonne au plaisir du voisinage. A ce moment-là, la vie devient frivole pour lui, elle sort de son cœur et s’installe entre ses mains, son plus grand souci sera la vie future, il fera tout son possible pour avoir accès

((à un séjour de vérité, auprès d’un Souverain Omnipotent))

( Al-Qamar (La Lune) : 55).

  Il se peut qu’Allah fasse découvrir au pèlerin à Arafât que tout le mal qu’il a subi n’est que pure équité, grâce et miséricorde, ce qui justifie les paroles d’Allah :

((Le combat vous a été prescrit alors qu’il vous est désagréable. Or, il se peut que vous ayez de l’aversion pour une chose alors qu’elle vous est un bien. Et il se peut que vous aimiez une chose alors qu’elle vous est mauvaise. C’est Allah qui sait, alors que vous ne savez pas.))

Al-Baqara (La Vache) : 216

Jeter les cailloux est une expression concrète :

  Une fois que le pèlerin aura quitté Arafât, qu’il aura acquis la perception, que son cœur aura été illuminé, que sa vision sera devenue plus claire, il discernera que tout le bonheur se trouve dans l’obéissance à Allah, et que tout le malheur réside dans l’insoumission à Allah. L’hostilité du diable devient une évidence pour lui, ce diable qui promet la pénurie à ses adeptes s’ils dépensent de leur biens, enracine dans leur cœur la peur de tout et de tous sauf d’Allah au cas où ils se repentent et expriment leur regret pour les fautes qu’ils ont jadis commises, leur fait des promesses, leur donne des espoirs. Mais le diable ne commet ces actes que par vanité. Allah (Glorifié soit-Il) dit :

((Et quand tout sera accompli, le Diable dira : «Certes, Allah vous avait fait une promesse de vérité ; tandis que moi, je vous ai fait une promesse que je n’ai pas tenue. Je n’avais aucune autorité sur vous si ce n’est que je vous ai appelés, et que vous m’avez répondu. Ne me faites donc pas de reproches ; mais faites-en à vous-mêmes. Je ne vous suis d’aucun secours et vous ne m’êtes d’aucun secours. Je vous renie de m’avoir jadis associé [à Allah]». Certes, un châtiment douloureux attend les injustes [les associateurs].))

'Ibrâhîm [Abraham] : 22

  A ce moment-là, le pèlerin manifeste explicitrment son hostilité vis-à-vis du diable en jetant les cailloux. Le jet des cailloux n’est au fond, qu’une traduction matérielle, et un ferme engagement quant à l’aversion portée au diable, et un rejet catégorique pour toutes ses hantises et ses obsessions.
  L’Imam Al-Ghazali dit : « sache qu’apparemment tu jettes les cailloux à Aqaba, mais au fond, tu les jettes à la figure du diable en lui meurtrissant le dos ; tu ne peux l’humilier qu’en faisant preuve d’une soumission totale aux ordres d’Allah (Glorifié soit-Il).»

L’offrande (l’animal à sacrifier) est un présent offert à Allah (Glorifié soit-Il) :

  Lorsque le pèlerin se dirige vers le marché des offrandes, et l’égorgement des animaux de sacrifice, il ne fait que présenter un don à Allah (Glorifié soit-Il) en guise de gratitude et de reconnaissance pour la grâce de la guidance, laquelle est absolument la plus précieuse des grâces qu’Allah ait accordées à Ses serviteurs. L’égorgement de l’offrande semble être un égorgement de tous désirs et de toutes aspirations qui déplaisent à Allah (Glorifié soit-Il), de même que c’est un sacrifice de tout ce qui est précieux ou bon marché dans le dessein d’obtenir l’agrément d’Allah. Allah (Glorifié soit-Il) a dit :

((Ni leurs chairs ni leurs sangs n’atteindront Allah, mais ce qui L’atteint de votre part c’est la piété. Ainsi vous les a-t-Il assujettis afin que vous proclamiez la grandeur d’Allah, pour vous avoir mis sur le droit chemin. Et annonce la bonne nouvelle aux bienfaisants.))

AL-HAJJ (Le Pèlerinage) : 37

Une fois les cultes du Hajj terminés, les pèlerins se dirigent vers la Madinah :

  Puis c’est la circumambulation de l’Ifada qu’il doit accomplir pour couronner et raffermir toutes ces réalités et tous ces cultes.   Enfin, il accomplit la circumambulation de l’adieu avant de quitter les lieux saints en direction de son pays natal, après être devenu une personne différente, puisque le cœur s’est illuminé par les fondements de la foi, que l’âme a vécu les lumières du voisinage, et surtout après avoir pris la décision de tenir ses engagements qu’il a faits vis-à-vis d’Allah.image
  Si l’on considère que le pèlerinage est une excursion en destination d’Allah, on doit bien reconnaître que c’est l’avant-dernier voyage dans la vie, pour que notre dernier voyage nous conduise vers une Djannah aussi large que les cieux et la terre.
  Lorsque tous les cultes du pèlerinage sont terminés, les pèlerins se dirigent vers Al-Madinah, la ville la plus favorisée auprès d’Allah, où ils rendent visite au maître des humains (Bénédiction et Paix sur lui). Dans un hadith raconté par Ay-Tabarany d’après Ibn Omar:

(Celui qui aura visité ma tombe après mon décès sera pareil à celui qui m’aura rendu visite durant ma vie.)

L’obéissance au Messager d’Allah est analogue à la soumission aux ordres d’Allah :

  Chers frères, sachez qu’un écriteau est attaché bien en relief dans la chambre honorée à Madinah, sur lequel on peut lire le verset suivant:

((Nous n’avons envoyé de Messager que pour qu’il soit obéi par la permission d’Allah. Si, lorsqu’ils ont fait du tort à leurs propres personnes ils venaient à toi en implorant le pardon d’Allah et si le Messager demandait le pardon pour eux, ils trouveraient, certes, Allah, Très Accueillant au repentir, Miséricordieux.))

An-Nisâ' (Les Femmes) : 64

  L’Imam Qurtubi a signalé que le verset admet la visite du Prophète durant sa vie et après sa mort (BPSL), ceci n’est valable que pour la personne du Prophète (BPSL).
Autrement dit, ce verset a été révélé uniquement en faveur du Prophète (BPSL) et ne peut être appliqué à d’autres. Dans son interprétation, Al -Qasmy a souligné que ce verset constitue un rappel quant au rang du Prophète (BPSL). Lorsqu’une personne se fait du tort à soi-même en commettant une désobéissance vis-à-vis d’Allah, en s’écartant de la Sunnah (tradition) du Prophète (BPSL), elle doit nécessairement implorer le pardon d’Allah, et s’excuser auprès du Prophète (BPSL) ; l’absolution des péchés ne peut être accordée par Allah à moins d’être jointe à l’excuse auprès du prophète d’Allah (BPSL). L’obéissance au Prophète (BPSL) constitue une obéissance à Allah ; de même, le refus d’exécuter la Sunnah du Prophète (BPSL) constitue une pure désobéissance à Allah. Cela est clair à travers le verset suivant :

((Alors qu’Allah - ainsi que Son messager - est plus en droit qu’ils Le satisfassent,))

At-Tawba (Le Désaveu Ou Le Repentir) : 62

  Allah n’a pas dit ((qu’ils les satisfassent))

  Plus loin au verset 80 de Sourate An-Nisâ' (Les Femmes)

((Quiconque obéit au Messager obéit certainement à Allah. Et quiconque tourne le dos... Nous ne t’avons pas envoyé à eux comme gardien.))

  Et au verset 31 de Sourate 'Âl-`Imrân (La Famille D’imran) :

((Dis: «Si vous aimez vraiment Allah, suivez-moi, Allah vous aimera alors et vous pardonnera vos péchés. Allah est Pardonneur et Miséricordieux.))

L’attachement au Prophète constitue le secret du bonheur :

  Le secret dans le bonheur qui inonde le cœur du musulman lors de la visite rendue à la tombe du Prophète (BPSL) revient sans aucun doute au fait que lorsqu’il aperçoit les repères de la Madinah, son cœur bat plus fort. Lorsque le Musulman entrevoit la Rawda honorable ((la place s’étendant de la tombe du Prophète (BPSL) jusqu’à sa prône)) il fond en larmes, à ce moment-là son âme devient pure et dénudée de toute contrariété, de toute souillure, et de toute défectuosité, ravie par son attachement au prophète (BPSL) et heureuse d’être à ses côtés. Telle est au fond la réalité de l’intercession à laquelle le Prophète (BPSL) a fait allusion dans ses paroles :image

(Celui qui vient chez moi en tant que visiteur, motivé par le seul objectif de me rendre visite, Allah lui accordera le droit à mon intercession le Jour de la Résurrection).

Hadith raconté par Ibn Khouzaïmah dans son livre authentique « Sahih », raconté aussi par Al-Bazzar et par Dar-Qatany d’après Ibn Omar (Agrément sur eux).

  Alors que la preuve Coranique qui décrit la sérénité et le bonheur que ressentent le Musulman lorsqu’il est en contact avec le Prophète (BPSL) d’une façon ou d’une autre, est signalée au verset 103 de sourate At-Tawba (Le Désaveu Ou Le Repentir)

((Prélève de leurs biens une Sadaqa par laquelle tu les purifies et les bénis et prie pour eux. Ta prière est une quiétude pour eux. Et Allah est Audient et Omniscient.))

  Ar-Razi a dit dans son « interprétation » que l’âme du Prophète (BPSL) était très forte, très pure, rayonnante et éblouissante du fait de son attachement à Allah, ainsi que son cœur vénérable reçoit les manifestations d’Allah (Glorifié soit-Il). S’il évoque (BPSL) ses compagnons avec bienveillance et affection ou si les croyants l’évoquent avec amour et estime, leur âme subit aussitôt les effets de sa force spirituelle et s’illumine en conséquence, en purifiant leur profondeur. Cela s’explique dans le verset 56 de Sourate Al-'Ahzâb (Les Coalisés) :

((Certes, Allah et Ses Anges prient sur le Prophète ; ô vous qui croyez priez sur lui et adressez [lui] vos salutations.))

Celui qui se tient sur le mont de Arafât sera pareil à celui qui n’a pas accompli le Hajj :

  En effet, cela constitue l’une des valeurs des cultes du Hajj. Malheureusement, il y a des fois où on rencontre des gens qui ont accompli le Hajj, qui vous racontent tout sur leur voyage et émettent ce culte proprement dit avec les sentiments qui les ont comblés durant les rites. Le Hajj est un voyage vers Allah, mais de là à se préoccuper de la nourriture, des boissons, des chemins, des moyens de transport, des avions, des aéroports, du nombre des pèlerins, ce sont tous là des réalités qui n’ont aucun effet. Lorsque tu étais dans les lieux saints, as-tu ressenti certaines émotions ? As-tu pensé que tu étais proche d’Allah ? As-tu été submergé par l’idée d’avoir commencé une nouvelle page avec Allah ?
  Celui qui se tient sur Arafât et ne sera pas hanté par l’idée qu’Allah l’a absout de ses péchés sera pareil à celui qui n’a pas accompli le Hajj. On doit être fortement convaincu qu’Allah nous a absous de nos péchés et qu’on a tourné le dos à notre passé pour ouvrir une nouvelle page avec Allah.
  A la fin, je sollicite Allah pour nous absoudre de nos péchés vous et moi, demandez qu’il vous pardonne ; quel bonheur pour ceux qui sollicitent le pardon d’Allah.

Deuxième discours

  Louanges à Allah Seigneur de l’univers, j’atteste qu’il n’y a d’autre dieu à part Allah Protecteur des vertueux, et j’atteste que Mohammad a une moralité éminente ; Ô Allah, accorde Ta miséricorde, Ta paix et Ta bénédiction à Mohammad, aux siens qui sont bons et chastes, ainsi qu’à ses compagnons nobles, bons, préservateurs de sa mission et chefs de ses brigades. Ô Seigneur de l’univers, accorde-nous et accorde-leur Ton Agrément.

L’amour voué au Prophète (BPSL) est une évidence :

  On raconte que Bilal (Agrément d’Allah sur lui) est parti à Cham, à la mort de Mohammad (Bénédiction et Paix sur lui), il y est resté longtemps. Une certaine nuit il a vu en rêve que le Prophète (BPSL) lui disait : « Quelle est donc cette rebuffade, Ô Bilal ? N’est-il pas grand temps que tu me rendes visite ? » Il s’est réveillé tout triste, a enfourché sa monture en direction de la Madinah où il s’est tenu près de la tombe du Prophète (BPSL) en pleurant toutes les larmes de son corps. imageÀ ce moment-là, Al-Hassan et Al-Hussein (Agrément d’Allah sur eux) sont arrivés, il les a étreins en les embrassant ; ils lui ont demandé : « nous avons envie d’entendre ton appel à la Salât comme tu le faisais du temps du Prophète (BPSL) », ils ont tant insisté qu’il a fini par céder. Il a monté en haut du Masjed et s’est tenu à sa place de jadis ; lorsqu’il a commencé à dire : « Allah Akbar (est le plus Grand)… tous les habitants la ville sont sortis de chez eux, toute la ville s’est remémorée le temps du Messager d’Allah (BPSL), toute la ville s’est mise à trembler ; la ville n’a jamais assisté à un jour plus triste depuis le décès du Messager d’Allah (BPSL) tout le monde pleurait…
  Abu Soufyâne (Agrément sur lui) avant de se convertir à l’Islam a fait remarquer : « Je n’ai jamais vu quelqu’un aimer une personne comme c’est le cas du Prophète (BPSL) et de ses compagnons. » C’est une évidence à laquelle tout croyant est appelé à s’attacher jusqu’au Jour de la Résurrection. Khubayb ibn ‘Ady (Agrément sur lui) a été détenu par les polythéistes de Qouraych qui l’ont amené à Makkah avant d’être conquise ; ils l’ont crucifié à un arbre. Avant de le tuer, Abu Soufyâne lui a demandé : « Ô Khubayb, aimerais-tu que Mohammad soit à ta place alors que tu serais chez toi, bien installé au milieu de ta famille en ayant tous les biens du monde en ta possession ? » Il y a des moments où les gens possèdent juste les vivres du jour même, à d’autres moments, ils possèdent autres choses comme les fleurs, les parfums, les délices… « aimerais-tu que Mohammad soit à ta place alors que tu serais chez toi, bien installé au milieu de tes siens en ayant tous les biens du monde en ta possession ? » « Non, a répondu Khubayb, je jure par Allah, je n’aime point être en famille entouré de mon épouse et de mes enfants, alors que le Prophète (BPSL) soit atteint ne serait-ce que d’une épine. » Telle est la véritable religion.

La religion est l’équivalent d’amour :

  La religion est l’équivalent d’amour. La religion consiste à ce que tu aimes Allah, que tu aimes les compagnons du Prophète (BPSL) ; que aimes les Tabi’înes (les suiveurs) ; que tu aimes tes frères dans l’Islam ; que tu aimes à fréquenter les Masjeds ; que tu aimes les œuvres pies ; que tu aimes à dépenser dans la voie d’Allah ; que tu aimes les pauvres. La religion c’est l’amour. Si on annule l’amour, la religion devient une culture, un folklore, des us et coutumes, rien de plus. Le Prophète (BPSL) a dit :

(Douze mille ne peuvent être battus pour leur nombre réduit.)

Hadith raconté par Abu Dawoud et At-Tirmidhi d’après Ibn Abbas.

  D’après des statistiques récentes, les Musulmans comptent un milliard, huit-cent millions. Mais malheureusement, le dernier mot n’est pas à eux. Ils ne peuvent décider de leur sort. L’autre partie use de mille et un détours pour avoir d’eux. Pourquoi ? Parce qu’ils ne se soumettent plus aux ordres d’Allah, Allah les humiliera en conséquence. Abu Soufyâne a dit: Je n’ai jamais vu quelqu’un aimer une personne comme c’est le cas du Prophète (BPSL) et de ses compagnons. »
  C’est pourquoi le Prophète (BPSL) a dit :

((la croyance ne peut atteindre son apogée chez vous à moins que je passe avant votre enfant, votre père et tous les gens réunis. »

Hadith approuvé à l’unanimité d’après Anas.

  Une histoire incroyable mais réelle. Une femme des Ançârs a appris que le Prophète (BPSL) a été tué durant la bataille de Uhud. Elle s’est élancée en direction du champ de bataille, a vu son père, son fils, son frère et son époux tués, mais elle n’a cessé de s’enquérir au sujet du Prophète (BPSL) : « Qu’est-il advenu du Prophète d’Allah ? » Après l’avoir vu sain et sauf, elle a annoncé : « Ô Messager d’Allah, tout malheur à part toi, a peu d’importance. » Son père, son frère, son époux et son fils ! Tel était le cas des compagnons du Prophète (BPSL).
  Chers frères, il existe un grand décalage entre l’époque des compagnons et les époques des Musulmans d’aujourd’hui. Je jure par Allah l’Unique, si les compagnons avaient interprété l’islam comme on le comprend de nos jours, l’Islam ne serait jamais sorti de Makkah, ni ne serait parvenu à Madinah. Tel est l’Islam de l’amour, l’Islam de la probité, l’Islam du véritable dogme ; l’Islam que tu dois traduire à partir de ton foyer, dans ton travail, l’Islam consiste à aimer ses frères.

Du’âa (Sollicitations) :

  Ô Allah ! Guide-nous parmi ceux que tu as guidés ; préserve-nous parmi ceux que tu as préservés ; protège-nous parmi ceux que tu as protégés ; accorde-nous l’abondance dans ce que tu nous as donné, préserve-nous et éloigne de nous le mal qui nous guette ; Tu es Seul à décréter justement, nul ne peut le faire à Ta place ; celui que tu protèges ne peut être humilié, et celui que tu délaisses ne peut être honoré ; Gloire à Toi Ô Allah ! Louanges à Toi pour ce que Tu as décrété, nous implorons Ton pardon et nous nous repentons à Toi ; Ô Allah ! Accorde-nous une œuvre pie qui nous rapproche de Toi ; Ô Allah ! Accorde-nous de Tes grâces et ne nous en prive pas ; rends-nous honneur et ne nous humilie pas ; Rends-nous sobres et accorde-nous Ton Agrément ; Ô Allah accorde Ta bénédiction et Ta paix à Mohammad, le Prophète illettré, ainsi qu’aux siens et à ses compagnons

Louange à Allah, Le Seigneur de l’univers