Catégories
Octobre
10
2006
Sujets islamiques-Sujets divers-Leçon (076) : Le jeûne et la piété.
Dernière mise à jour:2018-06-10
Voir:112
  Gloire à Allah, Maître de la Création . Paix et Salut sur notre guide Mohamed qui croit en la promesse de Dieu, le digne de confiance. Seigneur, nous ne savons que ce que Tu nous as enseigné; Toi le Savant, le Sage. Seigneur, enseigne-nous ce qui nous sera utile ; fais en sorte que ce que Tu nous enseignes nous soit utile et augmente notre savoir. Fais en sorte que la vérité nous apparaisse comme telle et accorde nous les facilités pour la suivre, et fais en sorte que le mensonge nous apparaisse comme tel et accorde nous les facilités pour nous en éloigner. Fais en sorte que nous soyons de ceux qui savent écouter pour suivre le meilleur discours. Par Ta miséricorde, compte-nous parmi Tes hommes bienfaisants.
 Louange à Allah, Le Seigneur de l’Univers ; que la prière et la paix soient sur notre maître Mohammad le véridique et le digne de confiance. O Seigneur notre connaissance se limite aux sciences que Tu as permis que nous apprenions, Tu es Le Savant et Le Sage. O Seigneur, apprends-nous ce qui nous peut nous être utile, et fais que notre science nous soit profitable et fais accroître notre savoir. Aide-nous à distinguer le vrai et accorde-nous les facilités pour le suivre, et aide-nous à discerner le faux et accorde-nous les possibilités de l’éviter, fais que nous soyons parmi ceux qui entendent le discours et en suivent le meilleur, et fais-nous entrer, par Ta Miséricorde, parmi Tes serviteurs vertueux. O Seigneur, fais-nous sortir des ténèbres de l'ignorance et de l'illusion aux lumières de la connaissance et du savoir et des impuretés des désirs aux paradis du voisinage.

Le verset du jeûne :

 Chers frères, nous voici avec une nouvelle leçon parmi celles du Ramadan qui porte sur le jeûne, avec ce verset :

(O les croyants ! On vous a prescrit as-Siyâm comme on l’a prescrit à ceux d’avant vous, ainsi atteindrez-vous la piété.)

[Sourate 2, Al-Baqarah : La Vache : 183]

1. Allah s'adresse à tous les hommes par les fondement de la religion :

 Nous rappelons a priori que lorsqu’Allah (Le Tout Puissant) adresse Son discours à tous les hommes Il, exalté soit-Il, leur évoque les fondements de la religion...

(O hommes ! Adorez votre Seigneur)

[Sourate 2, Al-Baqarah : La Vache : 21]

2. Allah s'adresse aux croyants à travers les branches de la religion :

 …mais si Allah spécifie les croyants dans son discours, Il, exalté soit-Il, leur parle des branches de cette religion ; et ce, parce que ce croyant croit déjà qu'Allah (Exalté soit-Il) est le Créateur des cieux et de la terre, qu'Il est le Seigneur de l'Univers, qu'Il n'y a pas d'autre divinité à part Allah, Le Suffisant par soi, Le Très-Fort, Le Très-Savant, Celui qui a le pouvoir sur tout, L'Infiniment Sage, Le Juste, Celui qui fait des dons et Celui qui les ravit. Donc, après avoir cru en Allah comme Seigneur, Créateur, et Gérant, et après avoir cru que Ses Noms sont absolument Les Plus Beaux et que Ses Attributs sont Supérieurs, il ne reste plus à ce croyant qu’à se diriger vers Allah, exalté soit-Il, pour L'adorer. C'est pourquoi le verset dit :

(O les croyants !)

3 – L'application pratique de la Parole d'Allah aux croyants : « O les croyants ! » :

 En passant à l’application pratique : Est-ce qu’à chaque fois que vous lisez dans le Coran, un verset qui commence par …

(O les croyants !)

 … vous comprenez que vous êtes le concerné ?
 Lorsque le père dit : « O untel » alors que celui-ci est debout devant lui, ne devrait-il ne pas lui répondre ? Ne devrait-il pas comprendre que cette parole le concerne personnellement ?

Lorsque vous lisez dans le Coran, la parole d'Allah …

(O les croyants !)

 … et que vous ne saisissez pas que vous êtes concerné par cette parole, cela veut dire que votre foi est ébranlée. En effet, cette parole s’adresse à vous, parce que vous avez déjà cru en Allah.

 Bien sûr, je ne dis pas aux étudiants universitaires : « inscrivez-vous à l'université », ces propos seront dénués de tout sens, mais je dis aux jeunes en général, qui ne sont pas inscrits à l'université : « Faites-vous inscrire aux universités. » De même, je m'adresse à l'étudiant universitaire pour lui commander d’observer l’assiduité régulière, d'organiser son temps, de visiter la bibliothèque, d'achever ses travaux quotidiennement, de se référer à son professeur. Il y a des milliers de commandes qui portent sur les détails, je lui parlerais également des détails du règlement, des études, de la lecture, et de la recherche scientifique, alors que les étudiants qui ne sont pas encore inscrits aux universités, je leur dirais : « O les étudiants, faites-vous inscrire aux universités. »

4 - Répondre à l'appel d'Allah par le jeûne :

 Si Allah adresse Son discours à tous les hommes en général, Il leur parle des fondements de la religion :

(O hommes ! Adorez votre Seigneur)

 Alors que le Discours qu’Allah adresse au croyant est bien différent, Allah lui dit :

(O les croyants ! On vous a prescrit as-Siyâm)

 Vous devriez jeuner, car vous avez cru en Moi, en Mon savoir, en Ma sagesse, en Ma Puissance, en ma Miséricorde, et en Ma justice, vous avez eu foi que Je suis Votre Seigneur, que Je suis Allah, et que Je suis Votre Créateur, c'est pourquoi le verset dit :

(O les croyants ! On vous a prescrit as-Siyâm comme on l’a prescrit à ceux d’avant vous, ainsi atteindrez-vous la piété.)

 On s'arrête à la partie du verset qui dit :

(Ainsi atteindrez-vous la piété.)

Réflexion sur les Paroles d’Allah : « Ainsi atteindrez-vous la piété » :

1– Les pratiques cultuelles sont justifiées suivant l'intérêt des créatures :

 Dans la leçon précédente, je vous ai indiqué que les pratiques cultuelles dans l'Islam sont justifiées suivant l'intérêt des créatures, Allah (Exalté soit-t-Il) est L’Unique Qui a le droit d'ordonner sans fournir des explications, comme c'est le cas dans l'armée, le soldat est tenu d’exécuter les ordres, « agissez conformément à l’ordre qui vous a été donné, » vous ne trouvez jamais de commande militaire avec des justifications, car celui qui occupe un poste éminent n’est jamais appelé à se justifier, par contre, Le Très Miséricordieux vous fournit des explications, Il vous a montré la sagesse tirée du jeûne, lorsqu'Il dit, exalté soit-Il :

(O les croyants ! On vous a prescrit as-Siyâm comme on l’a prescrit à ceux d’avant vous, ainsi atteindrez-vous la piété.)

2 – Que devrions-nous éviter ?

 Réflexion faite, …

(Atteindrez-vous la piété.)

 … que devrions nous éviter ? Qu’est-ce qui est susceptible d’être évité ? Serait-ce les plats délicieux ? Non. La maison confortable ? Non. L’épouse fidèle ? Non. Que faut-il éviter alors ?  Un monstre, une maladie, une faillite, la prison ? Le mot « piété » ici signifie qu'il y a un danger à éviter, mais justement quel est ce danger ? On arrive à la teneur du jeûne, quel est le danger qui nous guette et dont on se dispensera par le culte du jeûne ?

3 - O homme, vous finirez dans un trou, ne vous vantez pas et cherchez à comprendre la leçon !

 Au fond, l'homme n'est qu'une créature animée, qui a un nombre de jours délimité à vivre, il est né d'un père et d'une mère, il a grandi, est entré dans la maternelle, et a fini dans le cycle secondaire en passant par le cycle préparatif, pour remporter le certificat de baccalauréat. Dans un deuxième temps, il se fait inscrire à l'université, ou alors il ira à la quête d’un emploi. A quarante ans, sa vie est déjà organisée. Les jours qui lui ont été prédestinés par Allah varient entre 40 et 81 ans puis viendra la mort qui mettra fin à ses jours, mais justement pour aller où ?
 Il habitait dans une maison avec sa femme et ses enfants, il avait son véhicule, son magasin ou son bureau d'ingénierie ; il aurait pu être un médecin, un professeur à l'université, un commerçant, un fabricant, un employé, ou un fermier. Donc, il avait son travail et sa maison, tout à coup il est enveloppé dans un tissu ; la surface de la maison dans laquelle il habitait pourrait être estimée à 400 m, d’un prix évalué à 80 millions, il pourrait posséder des bureaux, des entreprises et des succursales, des meubles et des immeubles, le chiffre de sa fortune pourrait être chimérique. Il va quitter ce grand prestige, cette grande fortune et sa prédominance pour finir dans un trou dont la surface ne dépasse pas les 60 cm de largeur et 190 cm de longueur, il sera enseveli dans une toile de coton blanc bon marché, glissé dans cette tombe, un morceau de pierre sera déposé pour fermer ce trou qui sera ensuite rempli de terre, il ne reste plus rien de lui. Il était un homme et il s’est éteint, il était un homme et maintenant il n'est plus qu'un récit ; « Untel est mort dira-t-on, qu'Allah lui fasse miséricorde », il est devenu une nouvelle.
 Vous étiez un homme vous aviez votre rang, votre prestige, votre pouvoir, vous aviez des enfants qui vous obéissaient, vous occupiez peut-être le poste de directeur, de ministre, de patron d'usine, ou alors vous étiez un propriétaire de magasin, vous aviez des adjoints et des partisans, peut-être étiez-vous un Sheikh et aviez-vous des adeptes, soudain vous êtes devenu un nom collé contre les murs : le décédé, le doyen de la famille, le médecin, l'ancien avocat général, l'ancien ministre s’est éteint.

Qu'est-ce qui se passe après la mort ?

(O les croyants ! On vous a prescrit as-Siyâm comme on l’a prescrit à ceux d’avant vous, ainsi atteindrez-vous la piété.)

4 - La mort est un passage subit : nous voilà dépossédé de tout ce qu’on avait :

 Ainsi :

(Atteindrez-vous la piété.)

 C'est le destin de l’homme, parce que la mort dans le Saint Coran est décrite comme étant un malheur, voire un grand malheur, parce qu’en mourant, vous perdez tout en une seconde ; il y a des riches dont la fortune est estimée à des centaines de millions, voire des milliers de millions, une crise cardiaque, tout est fini, le millier de millions de dollars passent aux autres, votre pouvoir, votre argent, votre prédominance, votre statut, et votre travail dépendent des battements de votre cœur, on vous dit: un arrêt cardiaque subit. Le médecin prend le miroir et l’applique sous le nez, pas de vapeur d'eau, il essaie avec une lampequ’il ajuste au centre de son œil, l'iris ne se rétrécit pas, il lui tiendra la main pour mesurer le rythme du pouls, il n'y a pas de pulsation, il dira à sa famille : « qu'Allah vous récompense, n’y a plus d’espoir ». La situation est pareille à une affaire classée.

(O les croyants ! On vous a prescrit as-Siyâm comme on l’a prescrit à ceux d’avant vous, ainsi atteindrez-vous la piété.)

 C'est le passage instantané de la vie ici-bas à la tombe, Une fois dans la tombe, cet homme entendra une voix lui dire : « O Mon serviteur, ils sont partis et vous ont laissé, dans la terre ils vous ont enterré, et même s'ils sont restés avec vous, ils ne pourront plus jamais vous être utiles, il ne vous reste maintenant que Moi, et Moi, je suis le Vivant qui ne meurt pas. »

 Cet homme aurait pu être roi, le roi d'un pays qui a les plus grandes réserves de pétrole au monde, en dépit de cela, ils ont creusé dans le sable pour l’enterrer, puis ont déposé au-dessus de lui une pierre, et tout est terminé. Mais, où est donc passé son palais ou plutôt ses palais ? Où sont ses voitures ? Où est son jet privé ? Où est son palais bâti sous la mer, et l'autre bâti à la surface de la mer, ou sur la plage, et le troisième en Espagne, où sont passés tous ses palais ?

(O les croyants ! On vous a prescrit as-Siyâm comme on l’a prescrit à ceux d’avant vous, ainsi atteindrez-vous la piété.)

 C'est le passage foudroyant « de tout à rien. »

 Chers frères, la mort est le destin de tout être vivant, serait-il une sentinelle ou un ministre, un roi, un millionnaire, ou un endetté, c'est bien la fin prévue de tout être humain.

5 - Mais que se passe-t-il après la mort ?

 Qu’y a-t-il après la mort ? Soit un séjour éternel et heureux au Paradis soit un séjour éternel et miséreux dans l’enfer.

 Le jeûne est prescrit afin que la mort soit pour vous une cérémonie de mariage et un chef-d'œuvre, afin qu’en mourant vous soyez absolument l'homme le plus heureux sur terre ; si vous lisez la biographie des compagnons vous saurez que le moment le plus heureux de leur vie étaient à la mort.

 « Quelle affliction, mon père ! » s’est-elle écriée. « Dorénavant, votre père ne vivra plus d’affliction, demain nous rencontrerons nos bien-aimés Mohammad et ses compagnons."

 Lisez la biographie des compagnons, vous verrez que les moments les plus heureux de leur vie étaient les derniers moments de leur vie avant leur rencontre avec leur Seigneur, parce qu'ils s’étaient gardés de Lui désobéir durant leur vie, la mort était un mariage pour eux, et une félicité.

6 – Il est indispensable de réfléchir à la mort !

 Chers frères, le fait de réfléchir longuement à la mort ne fait pas partie du pessimisme ni de la mélancolie, mais, vous devrez vous attarder sur quelques détails concernant la mort : « où vais-je mourir ? Au sein de mon foyer ou En route ? Sur le lieu du travail ou en voyage ? Pendant la nuit ou pendant le jour ? Entouré de ma famille ou Seul ? Où me feront- ils faire le bain mortuaire ? Dans la cuisine, la salle de bains ou au salon ? Où m'enterreront- ils ? Qu’y a-t-il après la mort ? Qu’adviendra-t-il de cette maison et de mon entreprise après ma mort ? Le prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) a dit :

((Multipliez l’évocation de celui qui démolit les plaisirs, qui disperse ceux qui s’aiment et sépare les groupes)).

[Rapporté par Daylami d'après Anas]

((Aussi longtemps que tu as à vivre, tu finiras par mourir ; quelque profond que soit ton attachement à une personne, tu vas t’en séparer ; quoique tu fasses tu en seras rétribué))

[Rapporté par al-Shirazi et al-Bayhaqi, d'après Sahl ibn Saad al-Bayhaqi d'après Jabir]

 Chers frères, celui qui pense incessamment à cette fin, ne peut fermer l’œil de la nuit, ne commet aucun péché, ce jeûne est prescrit pour se rappeler ce jour, et éviter le danger qui guette tout homme, on doit être prêt pour confronter cette fin périlleuse, c’est la raison pour laquelle Allah (Exalté Soit-Il) jure :

(Par le Temps ! * L’homme est certes, en perdition, * sauf ceux qui croient et accomplissent les bonnes œuvres, s’enjoignent mutuellement la vérité et s’enjoignent mutuellement l’endurance.)

[Sourate 103, Al-'Asr : Le Temps].

7 - Tout personne est en perdition sauf ...

 Allah, le Créateur, le Seigneur de l'Univers, jure dans le Saint Coran :

(Par le Temps !)

 Allah Jure que vous êtes perdant « Comment Seigneur, suis-je un perdant ? » Les oulémas ont déclaré : le temps qui s’écoule consomme l'homme ; l’écoulement des mois, janvier, février, mars, avril, mai, juin, juillet, août, septembre, maintenant nous sommes au mois de novembre, suivi de décembre qui terminera l’année 2007, pour reprendre une nouvelle année janvier, février, mars, avril mai, juin,…octobre, novembre, décembre 2008, nous vivons une décennie de zéro à neuf, ensuite ce sera l’année 2010 puis 2011, il se peut que nous trouvions la mort à un moment donné de notre vie , or, tous les jours en marchant dans les rues nous lisons des dizaines de faire-part de décès, en Syrie chaque jour 150 personnes environ sont décédées, et trente ou quarante annonces nécrologiques paraissent dans les journaux, chaque jour nous lisons un faire-part de décès, il est indispensable de savoir qu’un certain jour les gens prendrons connaissance de notre propre faire-part de décès, c'est notre maitre Omar qui l’a dit :

 "Sachez que l'ange de la mort nous a dépassés pour d'autres, et qu’un jour il dépassera les autres pour nous ravir l’âme, soyons donc vigilants."

 Vous avez pris l’habitude de fréquenter la mosquée, mais sachez que viendra le jour où vous y serez amené dans un cercueil, non pour y accomplir la Salât, mais pour que les autres fassent la Salât mortuaire sur votre âme, est-ce correct ? Chaque jour, nous entrons dans la mosquée pour prier, mais un jour nous y entrerons dans un cercueil pour que les gens accomplissent la Salât mortuaire sur notre âme. Tous les jours vous sortez de chez vous à pied, mais viendra le jour où vous en sortirez étendu dans un cercueil, pour ne plus jamais y remettre le pied, une fois les rites de l'enterrement terminés la famille du décédé veillera jusqu’à 11 heures du soir, mais ce jour-là, personne ne dira pas : il est en retard, il va bientôt rentrer, il ne mettra plus longtemps pour rentrer : il ne reviendra plus jamais, il s’est éteint. On ouvrira son armoire pour distribuer tous ses vêtements aux gens pauvres, pour ne plus se souvenir de lui, on distribuera tout ce qui lui appartenait, et deux semaines plus tard ou trois, il appartiendra au passé, il était un homme à présent, il est devenu un récit, Allah (Exalté Soit-Il) dit :

(Et Nous en fîmes des thèmes de récits légendaires.)

[Sourate 23, Al-Mu'minûne : Les Croyants : 44]

 Il était un homme et est devenu un récit ; donc ce jeûne prescrit a pour objectif de faire du plus grand malheur qui est la mort, un mariage pour vous, et d’en faire les jours les plus beaux de votre existence.

 « Quelle affliction, mon père » s’est-elle écriée. « Dorénavant, votre père ne vivra plus d’affliction, demain nous rencontrerons nos bien-aimés Mohammad et ses compagnons."

Récit et leçon de morale : telle est la bonne destination :

 Durant un de mes déplacements en Turquie, un ami m’a prêté un livre écrit en arabe, ce livre parle de la vie d'un des grands oulémas Turques vénérables et fidèles, ce grand savant a composé un petit livret sur l’illicéité d'imiter les non-musulmans dans leur tenue, en particulier en mettant un chapeau sur la tête comme celui porté dans les pays de l'occident. Dix ans plus tard, Kamal Atatürk a interdit aux gens de porter l'uniforme islamique et les a obligés à s'habiller à l’occidental, mais quelqu'un est venu lui chuchoter à l'oreille qu’un livre a été composé à cet effet qui juge son acte d’incrédulité. Il a convoqué l'auteur du livre, et l’a fait emprisonné. Dans toutes les constitutions du monde, la loi n’est jamais appliquée de façon rétroactive, ce savant vénérable, respectable, et sincère a été mis en prison. Il a commencé par écrire une note : « je suis l’auteur de ce livre, mais auparavant, j'ai obtenu l'approbation du ministère de l’instruction publique, puis l'approbation d'impression et enfin l'approbation de publication. Donc, j'ai obtenu une approbation pour la composition, une autre pour l'impression, et une troisième pour la publication, quel serait donc mon péché ? » C’est son ami qui raconte l'histoire, il poursuit que cet auteur a écrit plus de quatre-vingts pages pour se défendre, il n’est absolument pas coupable, son ami de prison l’observe de près. Un jour, il s'est réveillé dans un état de plaisir indescriptible, très optimiste, le visage lumineux, les yeux brillants, il a saisi la note et l'a réduite en pièces, « mais pourquoi l'as-tu déchirée ? Tu as passé un mois à l’écrire. » Il lui a répondu : elle ne m’est d’aucune utilité à présent, j'ai vu le Messager d'Allah, que (Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam) dans un rêve qui m'a annoncé : « Demain, tu seras des nôtres. » Le lendemain, il fut pendu. Apparemment, il fut pendu, mais en fait, il est passé dans le voisinage du Prophète (Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam).

 Que la mort soit terrifiante ou la plus grande des calamités, elle présente le passage de « tout à rien », ou encore « le passage d’une vie futile à une nouvelle vie. »

(Ne pense pas que ceux qui ont été tués dans le sentier d’Allah, soient morts. Au contraire, ils sont vivants, auprès de leur Seigneur, bien pourvus * et joyeux de la faveur qu’Allah leur a accordée, et ravis que ceux qui sont restés derrière eux et ne les ont pas encore rejoints, ne connaîtront aucune crainte et ne seront point affligés.)

[Sourate 3, Al 'Imran : La Famille d'Imran : 169-170]

Tel est l’état du croyant avec la mort :

 Chers frères, le jeûne nous fut prescrit afin de transformer la notion de la mort de malheur en une joie, afin de transformer le malheur de la mort en un mariage, afin de transformer le malheur de la mort en un chef d'œuvre, je vais vous l'expliquer :

 Si on présente une offre à un homme intelligent mais infiniment pauvre qui n'a pas le sou, en lui disant : « décrochez un diplôme de doctorat pour occuper le poste d’un ministre de santé à vie. » Selon les critères de notre pays, le ministre possède une Mercédès 600, une maison au quartier Maliki, une villa, une résidence d’été sur la mer, un revenu astronomique, une apparence élégante. Toutes ces données visent à vous rapprocher l’idée, ce pauvre doit obtenir le doctorat pour occuper ce poste, entrer en possession de ce revenu chimérique, et d’une maison spacieuse, avec tout le prestige et le respect mérités. Donc, cet homme est parti en France, il a fait la vaisselle dans un restaurant et a monté la garde de nuit, il disposait de quatre heures dans la journée pour étudier. Il a fait preuve d’une grande patience durant les huit ans ; il a travaillé, étudié et a appris une langue étrangère, il a fait la vaisselle, et a été un gardien de nuit, jusqu'à avoir obtenu son doctorat en huit ans qui égalent quatre-vingt années de fatigue, de souci, d'inquiétude, d’examens en langue française, des professeurs inflexibles, des méthodes difficiles, de grands livres, ainsi que l'administration du restaurant était très ferme, il devait être vigilant. Une fois ses études terminées, le diplôme obtenu et attesté, il a réservé son billet de retour, a fait ses bagages, a pris une voiture en direction de l'aéroport, est entré dans le hall de l'aéroport, a présenté son passeport et sa carte d'identité, et a reçu une carte en revanche pour pouvoir monter en avion. Lorsqu’il a posé le pied sur la première échelle de l'avion, il a senti un grand bonheur l’envahir. N'est-ce pas le moment le plus heureux de sa vie ? Ce jour est un tournant dans sa vie, la misère est finie maintenant et le bonheur a commencé, la fatigue a cédé la place au prestige.

 Ainsi est le cas du croyant à la mort, " demain nous rencontrerons nos bien-aimés, Mohammad et ses compagnons."

(O les croyants ! On vous a prescrit as-Siyâm comme on l’a prescrit à ceux d’avant vous, ainsi atteindrez-vous la piété.)

 Vous devez vous préparer pour entrer dans ce trou qui est la tombe, pour vivre dans l'obscurité de la tombe, pour faire face au serpent de la tombe et pour subir l'étreinte de la tombe. Que dit Allah (Exalté Soit-Il):

(Le Feu, auquel ils sont exposés matin et soir. Et le jour où l’Heure arrivera (il sera dit) : « Faites entrer les gens de Pharaon au plus dur du châtiment. »)

[Sourate 40, Ghâfir : Le Pardonneur : 46]

 Depuis 6000 ans les gens de Pharaon, sont exposés au feu matin et soir jusqu'au Jour de la Résurrection. Le jeûne vous fournit l’occasion de rendre votre tombe pareille à un des jardins du paradis, de transformer le plus grand malheur en un beau moment, protégez-vous contre la tombe, contre le châtiment de la tombe, le supplice du feu et le châtiment de L'Unique et du Juge Equitable, protégez-vous contre la punition divine.

(O les croyants ! On vous a prescrit as-Siyâm comme on l’a prescrit à ceux d’avant vous, ainsi atteindrez-vous la piété.)

 Donc, il s'agit d'un cours intensif d'obéissances à Allah, de conciliation avec Lui, d'application de Ses ordres, d’évitement de Ses interdits, et d'orientation vers Lui pour pouvoir goûter la douceur du rapprochement.

Si vous avez vu notre beauté de vos propres yeux comme ce qu’ils avaient vu, vous n’auriez pas cherché autre que nous…
Et si vous aviez entendu la beauté de notre discours, vous auriez cessé d’être surpris et vous nous auriez rejoint …

Si vous aviez discerné un éclat de notre lumière, vous auriez délaissé toutes les créatures pour Nous …

Notre amour n'est pas facilement accessible et à tous ceux qui l’auront prétendu, nous dirons : vous Nous avez ignoré.

******

 Chers frères, le croyant à Ramadan est au sommet du de la proximité d’Allah, exalté soit-Il, mais il pourra rattraper ce qu’il aura raté durant le mois de Ramadan après l’écoulement de ce mois.

Traduction  : Fatima Abdul Rahman AL-KHATIB
Vérification       : Nermine OMARI