Catégories
Octobre
15
1995
Doctrine islamique-sujets divers-Leçon(05):L’islam.
Dernière mise à jour:2013-01-27
Voir:5009
  Gloire à Allah, Maître de la Création . Paix et Salut sur notre guide Mohamed qui croit en la promesse de Dieu, le digne de confiance. Seigneur, nous ne savons que ce que Tu nous as enseigné; Toi le Savant, le Sage. Seigneur, enseigne-nous ce qui nous sera utile ; fais en sorte que ce que Tu nous enseignes nous soit utile et augmente notre savoir. Fais en sorte que la vérité nous apparaisse comme telle et accorde nous les facilités pour la suivre, et fais en sorte que le mensonge nous apparaisse comme tel et accorde nous les facilités pour nous en éloigner. Fais en sorte que nous soyons de ceux qui savent écouter pour suivre le meilleur discours. Par Ta miséricorde, compte-nous parmi Tes hommes bienfaisants.

L’islam:

  Nous sommes toujours au sujet du hadith que je vous ai répété deux fois au cours des deux leçons précédentes et que je répète une troisième fois:

« Un jour, alors que nous étions réunis chez le Messager d'Allah (BP sur lui), un homme vêtu d'habits d'une blancheur immaculée, aux cheveux d'une noirceur intense, apparut. Il ne paraissait nullement être un voyageur et personne parmi nous ne le connaissait. Il vint s'asseoir en face du Messager d'Allah (BP sur lui), appuya ses genoux contre les siens, posa ses mains sur les cuisses du Messager d'Allah (BP sur lui) et lui demanda: «Ô Mohammed ! Informe-moi au sujet de l'Islam. Le Messager d'Allah (BP sur lui) répondit: «L'Islam consiste à attester qu'il n'y a d'autre divinité qu'Allah, et que Mohammad est le Messager d'Allah, à accomplir la Salât, à s'acquitter de la Zakāt, à jeûner pendant le mois de Ramadan et à effectuer le pèlerinage à la Mecque si on en a la possibilité. L'homme dit: «Tu dis vrai.» Nous fûmes étonnés, reprit 'Omar, de le voir tour à tour interroger le Messager et l'approuver; puis il demanda de nouveau: «Informe-moi au sujet de la foi.» Le Messager d'Allah répondit: «La foi consiste à croire en Allah, en Ses Anges, en Ses Livres, en Ses Messagers, au Jour Dernier, et de croire en la Prédestination qui s'incarne dans le Bien et le Mal. «Tu dis vrai. Informe-moi de la foi parfaite (al-'ihsân)» dit l’homme. «C'est d'adorer Allah comme si tu Le voyais, car si tu ne Le vois pas, Lui, certes, te voit.» Répondit le Messager d'Allah. L’homme reprit: «Informe-moi de l'Heure (le Jugement Dernier).» L'interrogé n'en sait pas plus que celui qui l'interroge, répondit le Messager d'Allah. L’homme demanda encore: «Informe-moi de ses signes précurseurs.» «C'est lorsque la servante enfantera sa maîtresse, et que tu verras les va-nu-pieds, les à peine vêtus, ceux qui vivent aux dépens des autres et les pâtres de moutons édifier leurs bâtiments très haut, répondit le Messager d'Allah. 'Omar poursuivit: « Puis l'homme est parti, je suis demeuré un moment perplexe. Ensuite, le Messager d'Allah (BP sur lui) me dit: «Ô 'Omar ! Sais-tu qui est cette personne qui m'a abordé ?» «Allah et Son Messager sont les mieux informés.» Répondis-je. Le Messager d'Allah dit: «C'était Djibril (Gabriel), il est venu vous enseigner votre religion.».

(Rapporté par Moslem d’après ‘Oma Ibn Al-Khattab)

 Nous avons traité de la valeur de la bienfaisance à la première leçon et de la foi à la leçon suivante. Aujourd’hui, nous traiterons de l’islam ce qui a une grande importance parce qu’Allah, exalté et glorifié soit-Il, dit à la fin de sourate Al-Houjourât:

«Les nomades affirment: «Nous croyons en Dieu !» Dis-leur: «Vous n'avez pas encore la foi ! Dites plutôt: "Nous nous sommes seulement soumis", car la foi n'a pas encore pénétré dans vos cœurs. Mais si vous obéissez à Dieu et à Son Prophète, Il ne vous lésera en rien dans vos œuvres, car Dieu est Clément et Miséricordieux.»

(Al-Houjourât (Les Appartements): 14)

 Cela signifie que l’islam est une chose et la bienfaisance en est une autre. Je profite de cette occasion pour vous dire que la précision des termes fait partie de la science. Le croyant sincère sait ce que signifient les termes islam, foi, bienfaisance, hypocrisie, polythéisme, athéisme, débauche, désobéissance, dépravation et crainte d’Allah.

Le polythéisme caché:

 image Il est absolument nécessaire que ces termes souvent répétés dans le Livre d’Allah et dans la Sunna (tradition) de Son messager soient d’une clarté éclatante parce que, comme je viens de le dire, la précision des termes islamiques fait partie du credo du Musulman. Un être par exemple peut penser que le polythéisme c’est d’adorer Boudha, alors que, sans s’en rendre compte, il est noyé dans le polythéisme caché qui l’empêche de voir Allah. Il doit savoir qu’il y a un polythéisme évident et un autre tout comme le premier mais couvert et caché.

« D’après Mahmoud Ibn Loubayd, le Messager d'Allah (bénédictions et paix sur lui) dit: « Ce que je crains le plus pour vous est le polythéisme mineur. » Ils dirent: « Et qu’est-ce que c’est le polythéisme mineur, ô Messager d'Allah?» --- « C’est l’hypocrisie. Au Jour de la Résurrection, alors que les gens sont rétribués pour leurs actions, Allah, exalté et glorifié soit-Il, dira (aux hypocrites): « Allez vers ceux envers qui vous faisiez semblant au monde et voyez si vous trouvez chez eux votre récompense. »

(Rapporté par Ahmad d’après Mahmoud Ibn Loubayd)

 Donc, ce que je crains pour vous est le polythéisme caché tout en sachant que vous n’adorez ni une idole ni une pierre mais que vous avez une certaine passion cachée et des actions qui ne sont pas accomplies pour la grâce d’Allah. Le polythéisme est très dangereux.
 Ne pas accomplir la Salat (prière) est de l’athéisme mais il y a différentes sortes d’athéisme. La tergiversation par exemple en est un genre et agir contrairement au Coran et à la Sunna est de l’athéisme dans la pratique. Mais l’athéisme idéologique est le plus dangereux, c’est de l’apostasie. Nous avons ainsi un athéisme verbal et un autre dans la pratique. Si par exemple une personne pose le volume du Coran avec brusquerie sur la table cela compte de l’athéisme dans la pratique. Allah dit:

«Ainsi en est-il. Se montrer respectueux des rites institués par Dieu est un acte qui s'inspire de la piété du cœur. »

(AL-HAJJ (Le Pèlerinage): 32)

 Celui qui tombe dans l’athéisme idéologique doit reconfirmer sa foi parce que négliger une obligation, un devoir ou un hadith moutawater (concordant) est de l’apostasie. Nier la présence d’Allah, une seule lettre du Coran ou un credo est de même de l’apostasie.

La connaissance des termes de l’islam fait partie de la religion:

 Certains oulémas ont dit que celui qui tombe dans l’athéisme n’est pas nécessairement athéiste. Prononcer par exemple des paroles athéistes sans le vouloir n’est pas de l’athéisme. C’est comme le bédouin qui, de joie à la vue de sa chamelle retrouvée, dit: « Ô Allah, tu es mon serviteur et je suis ton Seigneur. » Il n’y a pas en cette question des points très précis.
 Les oulémas ont défendu d’accuser une personne d’athéisme à moins qu’elle ne prononce en public des mots qui, selon la charî’a (législation musulmane), sont de l’athéisme flagrant. Quant à ce que font certains groupes islamiques qui accusent les gens d’apostasie à la légère, sans certitude, sans raison et sans preuve, cela est un grand péché, ces hadiths en témoignent:

« Celui qui dit: « Les gens ont péri, c’est lui qui périt.»

(Rapporté par Moslim d’après Abou Houraïra)

« Celui qui accuse son frère d’apostasie, un des deux (son frère ou lui) l’encourt.»

(Rapporté par Moslim d’après Ibn ‘Omar)

« N’importe quel homme qui accuse d’apostasie un autre qui ne l’est pas effectivement, l’encourt lui-même.»

(Rapporté par Ahmad d’après Ibn ‘Omar)

 Comme je viens de le dire, la connaissance des termes islamiques fait partie de la religion. Que signifie donc apostasie dans le sens idéologique, apostasie dans la pratique, apostasie verbale et apostasie dans son sens général ou étroit, de même polythéisme, débauche, immoralité, désobéissance, islam, bienfaisance et foi ?
 Il nous faut nous arrêter un peu devant les termes religieux. Dans la leçon précédente je vous ai présenté de nombreux hadiths au sujet de la foi et j’ai dit à ce moment: « Ces hadiths ont deux fonctions. Ils sont un instrument de mesure de la foi et un but. Si les attributs qui y sont cités, vous sont conformes, cela est une grâce de la part d’Allah, si non vous devez essayer d’y parvenir. Le croyant sincère ne peut dormir tranquillement sans savoir le degré de sa foi. Il y a une inquiétude sacrée qui, à force de craindre d’Allah, de l’aimer et d’essayer de parvenir à Son agrément, mène l’être à se poser tout le temps cette question: « Suis-je parvenu à l’agrément d’Allah ? » Ce genre d’inquiétude est sacré. Les Compagnons du Prophète (bénédictions et paix d'Allah sur lui) s’en inquiétaient fortement et un de leurs successeurs disaient: « J’ai rencontré plus de quarante Compagnons et il n’y en a pas un qui ne pensait être hypocrite. D’ailleurs, il n’y a que Satan qui est satisfait de lui-même.

Certaines attitudes merveilleuses de la part de ‘Omar qu’Allah soit satisfait de lui:

 image ‘Omar, titan de l’islam dit: « Si Allah révèle des paroles qui signifient qu’il va châtier une de Ses créatures, je crains que cela soit moi et s’Il révèle des paroles qui signifient qu’Il va faire miséricorde à une de Ses créatures, j’espère que cela sera moi. » Ainsi ‘Omar vivait entre la crainte et l’espoir. Une fois, à force de se tourmenter à ce sujet, il dit: « Pourvu que la mère de ‘Omar n’ait pas mis ‘Omar au monde et qu’elle fût stérile. » Un jour qu’il surveillait une caravane et qu’il entendit un petit enfant pleurer, il se dirigea vers la mère et lui dit: «Allaite-le. » Elle s’exécuta mais l’enfant pleura à nouveau et ‘Omar lui dit: «Allaite-le. » puis continua: « Allaite-le mauvaise mère. » Elle lui répondit: « En quoi cela te regarde, je suis entrain de le sevrer. » Il lui demanda pourquoi elle le faisait si tôt et elle répondit que ‘Omar ne donnait l’allocation des enfants qu’après leur sevrage. Les livres de biographie racontent qu’il s’était frappé le visage et dit: « Gares à toi fils de Al-Khattab, combien des enfants des Musulmans as-tu tués ? » Il s’est jugé criminel parce que cet enfant a été privé du lait maternel pour recevoir l’alocation. On raconte de même qu’il était entré à la mosquée pour guider ses compagnons dans la prière et que personne ne put comprendre sa récitation du Coran à cause du bruit de ses pleurs. Il disait: « Ô Allah, as-Tu accepté mon repentir pour que je me félicite ou l’as-tu refusé pour que je me fasse des condoléances ? »
Un messager lui était venu d’Azerbaïdjan et, ne voulant pas frapper à sa porte de nuit, il s’installa dans la mosquée. Il y trouva un homme entrain de prier en pleurant et lui demanda qui il était. L’homme répondit: «‘Omar.» Le messager s’exclama: « Qu’Allah soit exalté, tu es le prince des croyants, je n’ai pas voulu frapper à ta porte la nuit et tu es entrain de prier, ne dors-tu pas la nuit ? » ‘Omar dit: « Si je dors toute la nuit, je me perdrai devant mon Seigneur et si je dors dans la journée je perdrai mes sujets. » Ensuite ‘Omar accomplit la prière de Al-Fadjr (l’aube) avec ses compagnons et prit l’invité chez lui. Il lui demanda s’il préférait prendre son repas avec lui ou chez un des Musulmans pauvres. L’homme pensa que la différence devait être grande entre ce qui se trouvait chez le calife des Musulmans et un des pauvres mais il fut surpris de ne trouver chez le Calife que du pain et du sel.
 Après avoir mangé, ils rendirent grâce à Allah et ‘Omar demanda à l’homme: « Qu’est-ce qui t’a amené d’Azerbaïdjan, » L’homme lui répondit: « J’ai un présent pour toi de la part de ton gouverneur d’Azerbaïdjan. » --- « C’est quoi ? », demanda ‘Omar. --- «Une pâtisserie. » répondit l’homme. ‘Omar ouvrit le paquet, goûta à la première bouchée et demanda: « Est-ce que chez vous la plupart des Musulmans goûtent à ce met ? » Le messager répondit: « Non, c’est un met pour les particuliers. » ‘Omar fit sortir ce qu’il en avait pris de sa bouche et écrivit à son gouverneur pour lui dire: « Il est défendu au ventre de ‘Omar de goûter un met que les pauvres parmi les Musulmans ne peuvent s’offrir. » Ensuite il dit au messager: « Prends cette pâtisserie et va l’offrir aux pauvres qui se trouvent à la mosquée. »
 Une fois ‘Omar s’était privé de viande durant des mois et son ventre s’était mis à gargouiller. Il dit: « Gargouille ou ne gargouille pas, par Allah, tu ne goûteras pas à la viande jusqu’à ce que les jeunes Musulmans en soient rassasiés.
 Une autre fois ‘Omar vit des chameaux gras et demanda: « A qui sont ces chameaux ? » On lui répondit: « A ‘Abdillah, ton fils. » --- « Amenez-le, dit-il. Puis il demanda à son fils: « A qui appartiennent ces chameaux ? » ‘Abdillah répondit: « Ils sont à moi, je les ai achetés de mon argent et je les ai envoyés au pâturage pour les engraisser, où est le mal là ? » Son père lui répondit: « Les gens diront, prenez soin de ces chameaux, ils appartiennent à Ibn ‘Omar, prince des croyants, faites boire ces chameaux, ils appartiennent à Ibn ‘Omar, prince des croyants ! Ainsi, ils sont engraissés, ô fils du prince des croyants ! Sais-tu pourquoi elles sont grasses ? Parce que tu es mon fils. Vends ces chameaux, reprends ton capital et donne le reste au trésor public des Musulmans. »
 C’est pourquoi, ‘Omar est l’un des califes dont l’Histoire témoigne pour leur équité et leur compassion.  Lorsqu’Abou Bakr le désigna pour lui succéder au califat après sa mort, les gens qui craignaient la fermeté de ‘Omar le blâmèrent et lui dire: « Crains Allah ! » Abou Bakr leur répondit: « Vous me faites peur d’Allah ! Par Allah, si au Jour de la Résurrection, mon Seigneur me demande pourquoi j’ai confié le califat à ‘Omar, je lui répondrai que je l’ai confié au plus compatissant d’entre eux. C’est ce que je connais de lui. Si Allah en décide autrement, je ne peux connaître le futur. »

Le vrai Musulman:

 Si vous exprimez un témoignage, dites ‘C’est ce que je connais et s’il en est autrement, je ne peux pas connaître le futur’. Parfois on vous demande votre avis au sujet d’un fiancé, ne vous empêtrez pas en disant beaucoup de bien de lui. Le poète dit:

Aime ton bien-aimé modérément
Peut-être il devient ton ennemi un jour
Déteste ton ennemi modérément
Peut-être il devient ton bien-aimé un jour

 Retournons à notre sujet principal, les termes islamiques parmi lesquels celui d’«islam». Qui est le Musulman ?  C’est celui qui s’est soumis avec tous ses membres et ses organes à la méthode d’Allah, exalté et glorifié soit-Il. C’est une méthode détaillée avec des titres tel «fais» et ne «fais pas». Vous êtes musulman et vous exécutez tout ce qu’Allah vous ordonne de faire et vous vous abstenez de tout ce qu'Allah vous interdit. Nous ne parlons pas de foi, c’est toute autre chose.
 La foi, c’est croire en Allah, un lien avec Lui et un élan vers Lui. Vous avez accompli les cinq prières, vous avez jeûné Ramadan, vous vous êtes acquitté de la Zakat (aumône obligatoire), vous baissez le regard, ne mentez pas, ne médisez pas, ne fraudez pas, vous obéissez aux ordres d’Allah et vous vous abstenez d’accomplir Ses interdits, alors vous êtes musulman. Où est-il de l’islam celui qui accomplit des péchés graves, celui qui ne se préoccupe pas d’avoir des revenus par des moyens licites ou illicites ? Comment nommer celui qui a des relations illégales avec des femmes ? Pour Allah, le Musulman est celui qui se soumet à Lui de tous ses membres et ses organes, accomplit les cultes, applique les règles des transactions, exécute les ordres détaillés faciles ou difficiles. Mais la foi et la bienfaisance sont d’un rang plus élevé. C’est pourquoi:

« D’après Abou Houraïra: « Un jour que le Messager d'Allah (bénédictions et paix sur lui) était un jour bien visible devant les gens un homme vint à lui et dit:
«Informe-moi au sujet de la foi.» Le Messager d'Allah répondit: «La foi consiste à croire en Allah, en Ses Anges, en Ses Livres, en Ses Messagers, au Jour Dernier, et de croire en la Prédestination qui s'incarne dans le Bien et le Mal. «Tu dis vrai. Informe-moi de la foi parfaite (al-'ihsân)» dit l’homme. «C'est d'adorer Allah comme si tu Le voyais, car si tu ne Le vois pas, Lui, certes, te voit.» Répondit le Messager d'Allah. L’homme reprit: «Informe-moi de l'Heure (le Jugement Dernier).» L'interrogé n'en sait pas plus que celui qui l'interroge, répondit le Messager d'Allah.».

(Hadith approuvé à l’unanimité d’après Abou Houraïra)

 L’islam c’est se plier à la volonté d’Allah et se soumettre à Ses sentences.

L’islam est de la soumission et de la droiture:

 Allah dit:

«Il ne convient pas à un croyant ni à une croyante de suivre leur propre choix dans une affaire, une fois que Dieu et Son Prophète en ont décidé autrement. Quiconque désobéit à Dieu et à Son Prophète s'égare de toute évidence. »

(Al-'Ahzâb (Les Coalisés): 36)

 L’islam c’est se plier aux ordres. Pour parvenir au premier rang de cette religion majestueuse il faut suivre la voie droite. Certaines personnes - qu’Allah leur pardonne - pensent que ‘La droiture est la fin du trajet’ mais en vérité s’en est le début. Vous ne pouvez être musulman sans vous pliez complètement aux recommandations d’Allah avec tous vos organes et tous vos membres en exécutant les ordres et évitant les interdits.

Il demanda: «Ô Mohammed ! Informe-moi au sujet de l'Islam. Le Messager d'Allah (BP sur lui) répondit: «L'Islam consiste à adorer Allah sans rien lui associer. »

(Approuvé à l’unanimité d’après Abou Houraïra)

 De même, pour ne pas croire que le polythéisme est uniquement d’adorer une idole: lorsque vous suivez une autre méthode que celle d’Allah, appliquez une règle qui ne se trouve pas dans le Coran, acceptez d’imiter ce qui est contraire au Livre d’Allah, suivez une tradition qui n’est pas agréée par Allah, craignez la société et désobéissez, par crainte pour votre réputation, en essayant de satisfaire les gens, cela est du polythéisme.

Le bienfait de la Salat (prière) dans le Livre et la Sunna:

 image Le Messager d'Allah (bénédictions et paix sur lui) dit:

«L'Islam consiste à attester qu'il n'y a d'autre divinité qu'Allah, et que Mohammad est le Messager d'Allah, à accomplir la Salât, à s'acquitter de la Zakāt, à jeûner pendant le mois de Ramadan »

(Approuvé à l’unanimité d’après Abou Houraïra)

 Puis nous avons dans le Coran:

« Quand la salât est terminée, continuez à invoquer Dieu, que vous soyez debout, assis ou couchés. Une fois la sécurité retrouvée, reprenez alors l'accomplissement de vos prières normalement, car la salât est une obligation pour les croyants et elle doit avoir lieu à des moments précis.»

(An-Nisâ' (Les Femmes): 103)

« D’après ‘Osmân Ibn Al-‘Âs, lorsue Thaqîf vinrent voir le Messager d'Allah (bénédictions et paix sur lui) il les installa dans la mosquée pour que cela soit plus attendrissant pour leurs cœurs. Ils lui posèrent alors comme condition de ne pas être appelés à la guerre, de ne pas payer la dîme (dixième de leur gains) et de ne pas accomplir la prière. Il répondit: « Vous pouvez ne pas être appelé en guerre, ne pas payer la dîme mais il n’y a aucun bien dans une religion sans prière. »

(Rapporté par Ahmad d’après ‘Osmân Ibn Abou Al-‘Âs)

 Le Messager d'Allah (bénédictions et paix sur lui) dit:

« La Salat (prière) est le pilier de la religion, celui qui l’accomplit établit la religion et celui qui la détruit, anéantit la religion. »

(Rapporté par At-Tabarani d’après Mou’âdh)

 Nous avons de même ces versets:

«Mais prosterne-toi devant ton Seigneur et rapproche-toi de Lui ! »

(Al-`Alaq (L'Adhérence): 19)

«En vérité, Je suis Dieu. Il n'y a d'autre dieu que Moi ! Adore-Moi donc et accomplis la prière en souvenir de Moi. »

(Tâ-Hâ: 14)

 L’être ne gagne de sa Salat (prière) que ce qu’il en a conçu dans son esprit et s’il réalise à qui il s’adresse, il ne pourra être distrait. La prière est une échelle pour le croyant, c’est de la purification.

«D'après Abou Mâlik Al-Ach'ari, le Messager d'Allah (BP sur lui) dit: « La purification est la moitié de la foi, dire "Al-Hamdullilâh (louange à Allah) fait pencher la balance (du Jugement Dernier) et dire Subhânallâh wal-hamdulillâh (gloire et louange à Allah), comble l'espace entre le ciel et la terre. Certes, la salât (prière) est de la lumière, l'aumône est un témoignage, la patience de l’illumination et le Coran est une preuve pour ou contre soi. En vérité, chacun travaille pour soi ; d'aucuns vendent leur âme pour l'affranchir (du Châtiment) et d'autres, par contre, pour l'entraîner à sa perte ! »

(Rapporté par Mouslim d’après Mâlik Al-Ach'ari)

«… à accomplir la Salât prescrite, à s'acquitter de la Zakāt obligatoire, à jeûner pendant le mois de Ramadan. Informe-moi de la foi parfaite (al-'ihsân)» dit l’homme. --- «C'est d'adorer Allah comme si tu Le voyais, car si tu ne Le vois pas, Lui, certes, te voit.» répondit le Messager d'Allah. L’homme reprit: «Informe-moi de l'Heure (le Jugement Dernier).» L'interrogé n'en sait pas plus que celui qui l'interroge, répondit le Messager d'Allah. »

(Approuvé à l’unanimité d’après Abou Houraïra)

Toute action apparente verbale ou corporelle est de l’islam:

 Le Prophète (bénédictions et paix d'Allah sur lui) a interprété l’islam avec des mouvements des membres apparents de façon verbale ou corporelle. L’islam peut être exprimé. Un homme qui prie, accomplit le pèlerinage, s’acquitte de la zakat, montre qu’il est musulman. Toute action apparente verbale ou corporelle est de l’islam et tout ce qui se passe dans le cœur est de la foi.
 Le Prophète (bénédictions et paix d'Allah sur lui) a interprété l’islam avec des mouvements des membres apparents de façon verbale ou corporelle et en premier lieu l’attestation qu’il n’y a pas d’autre divinité à part Allah.  Ce témoignage est l’emblème de l’islam. Si nous voulons résumer toute la religion en deux mots, nous prononçons cette attestation ‘J’atteste qu’il n’y a pas d’autre divinité à part Allah et que Mohammad est le messager d’Allah’. Mais, comme nous l’avons appris, les termes répétés souvent perdent une part de leur sens et nous avons expressément besoin de leur rendre leur éclat, leur profondeur, leur sens majeur. Notre Seigneur dit:

«Sache qu'il n'y a d'autre divinité que Dieu ! Implore donc le pardon de tes péchés et de ceux des croyants et des croyantes ! Dieu connaît si bien le champ de vos activités sur Terre et votre demeure dans la vie future.»

(Mouhammad: 19)

 Croyez-moi, la meilleure science est de savoir qu’il n’y a pas d’autre divinité à part Allah. Tous les problèmes disparaissent pour celui qui a cette croyance, car toutes les créatures ne peuvent égaler Allah en rien:

Que Tu sois satisfait et les êtres pas
Qu'il y ait une bonne relation entre Toi et moi
Même si c'est le vide entre les gens et moi.
Si le lien réussit entre Toi et moi
Tout ce qui est sur terre ne vaudra rien pour moi

L’unicité:

 image L’unicité c’est de ne voir personne d’autre avec Allah, de voir Sa main au-dessus de toutes les autres, de voir cette main travailler en cachette, d’interpréter toute chose suivant l’unicité, de ne pas témoigner pour un autre qu’Allah, de n’accepter aucune autre rétribution que la sienne et de ne demander qu’à Lui.
 Ô Allah, fais que nous n’ayons besoin de personne d’autre que Toi. L’unicité est de voir qu’il n’y a qu’Allah qui hausse ou abaisse, qui humilie ou anoblie, qui donne ou ne donne pas, qui retient ou lâche, approvisionne ou tarit, qui fait jouir ou pleurer. Un exemple des plus simples est lorsqu’un des assistants raconte une histoire et fait rire l’assistance. Ils rient parce qu’Allah leur a permis d’être en bonne santé et de rire car une personne ne peut rire après avoir reçu une mauvaise nouvelle au sujet de sa propre santé. Ils rient ce qui signifie qu’ils sont en bonne santé, que leurs maisons sont en ordre, qu’ils n’ont pas faim, qu’ils ont ce qui peut couvrir leurs dépenses, qu’il ont une bonne réputation et que personne ne les affronte. Celui dont tu proclames l’unicité t’entends de n’importe où.  D’où est-ce que Jonas a appelé ? Allah dit:

«Rappelle-toi Jonas, qui avait quitté son peuple dans un moment de colère, pensant que Nous n'allions pas l'éprouver. Puis il lança, du fond des ténèbres, l'appel que voici: «Il n'y a point de Dieu que Toi ! Que Ton Nom soit exalté ! J'ai été vraiment du nombre des injustes ! »

(Al-'Anbiyâ' (Les Prophètes): 87)

 Il arrive parfois qu’une personne se trouve à un endroit d’où elle ne peut appeler personne. C’est Allah qui l’empêche de trouver ses amis pour la sauver. Il n’y a qu’Allah pour vous entendre de n’importe où. Le croyant implore Allah seul pour quatre raisons, parce qu’Il existe et Il est proche, audiant, aimant, bienfaisant et puissant.  C’est pourquoi l’être invoque Allah et le Prophète (bénédictions et paix d'Allah sur lui) dit: «Il n’y a pas d’autre divinité à part Allah.»

L’être humain ne doit citer un argument à moins qu’il ne soit concluant:

 Aucun être ne peut nier qu’Allah a créé les cieux et la terre parce qu’aucune créature ne prétend l’avoir fait. Qui peut oser dire avoir créé le soleil ? Allah dit:

« Connais-tu l'histoire de cet homme à qui Dieu avait donné la royauté et qui, imbu de son pouvoir, engagea une dispute avec Abraham au sujet de son Seigneur? Abraham avait dit: «C'est mon Dieu qui donne la vie et la mort.» - «Non, rétorqua l'homme, c'est moi qui fais vivre et mourir.» Abraham lui dit alors: «Dieu fait venir le soleil de l'Orient. Fais-le donc, toi, venir de l'Occident !» Et l'impie resta confondu, car Dieu ne guide point les ingrats.»

(Al-Baqara (La Vache): 258)

 A cause de son ignorance, ce roi a pensé que c’état lui qui faisait mourir ou vivre un être ou lui pardonnait et le gardait en vie. Ibrahim nous apprend ici une façon de discuter merveilleuse: si vous possédez un argument peu clair qui a été récusé, abandonnez-le et présentez celui auquel on ne trouvera pas de réponse. L’homme demanda qui était Allah et il reçut cette réponse:

« Connais-tu l'histoire de cet homme à qui Dieu avait donné la royauté et qui, imbu de son pouvoir, engagea une dispute avec Abraham au sujet de son Seigneur? Abraham avait dit: «C'est mon Dieu qui donne la vie et la mort.» - «Non, rétorqua l'homme, c'est moi qui fais vivre et mourir.» Abraham lui dit alors: «Dieu fait venir le soleil de l'Orient. Fais-le donc, toi, venir de l'Occident !» Et l'impie resta confondu, car Dieu ne guide point les ingrats.»

(Al-Baqara (La Vache): 258)

 Vous ne devez présenter que l’argument décisif et confondant. Quant à celui qui donnera lieu à la discussion, éloignez-vous en.

Le plus grand ennemi de l’islam est l’ignorance à son sujet:

 L’islam est de l’obéissance, la foi est de la science et un lien avec Allah. La science ne peut être acquise sans faire d’effort et sans dépenser du temps. Il n’y a pas un être qui puisse obtenir un doctorat en paressant, sans persévérer au travail. Il lui faut se consacrer à ce diplôme. Ainsi il vous faut du temps pour faire la connaissance d’Allah. On parle parfois d’un temps perdu et d’un temps fructifié qui est, par exemple, celui passé à suivre une leçon de religion.
 Il y a un certain temps, en l’année 1974, une fois que je venais de terminer mon sermon, un homme me prit de côté dans la mosquée et me dit en pleurant: « Ma femme me trompe depuis deux ans, j’ai d’elle cinq enfants et je ne sais quelle doit être l’attitude licite en ce cas, je suis un homme aisé. » Je demandai: «Avec qui te trompe-t-elle? » --- « Avec un de nos voisins. » répondit l’homme --- « Et comment ce voisin a fait connaissance avec ta femme ? » dis-je. --- « Une fois il se trouvait en visite chez nous et j’ai demandé à ma femme de venir s’asseoir avec nous parce que j’ai pensé qu’elle serait comme sa sœur.» dit-il. Je lui répondis: « Et si tu avais jamais assisté à une seule leçon de religion, tu aurais connu l’avis de la charî’a (législation islamique) au sujet de la fréquentation entre hommes et femmes et tu n’aurais pas agi ainsi. Ton ignorance en matière de religion t’a attiré ce malheur. »
 L’islam a beaucoup d’ennemis puissants. Allah, exalté et glorifié soit-Il, dit:

«Certes, ils ont ourdi des complots. Mais leurs complots n'échappent pas à Dieu, fussent-ils de taille à déplacer les montagnes. »

(Ibrâhîm (Abraham): 46)

 Cette religion d’Allah, exalté et glorifié soit-Il, fait face fermement aux complots. Elle a beaucoup d’ennemis puissants et intelligents. Ils planifient nuit et jour et vous savez par les medias que l’islam est attaqué. Je pense que le plus grand ennemi de l’islam est l’ignorance à son sujet. Si chacun d’entre nous savait sa réalité, il deviendra son plus grand allié et il obéira à ses ordres et à ses interdits. Si l’un de nous marchant dans un champ trouve une pancarte sur laquelle est écrit ‘Attention, champ de mine’. Sera-t-il furieux contre celui qui l’a écrite ou sentira-t-il de la reconnaissance envers lui ? Croyez-moi, il sentira plein de reconnaissance parce que la pancarte a été mise pour sa sécurité et pas pour limiter sa liberté.

La science est la base de l’attachement à la religion:

 image Si vous voyez écrit sur un poteau électrique de haute tension ‘Défense de toucher, défense d’approcher, danger de mort’, sentirez-vous que le ministère de l’électricité qui a posé cette pancarte a voulu enfreindre votre liberté ?  Surement non, il a voulu garantir votre sécurité. De même si vous croyez que les sentences de la religion sont une garantie pour votre sécurité, le sujet est clos. Lorsque vous comprenez la vérité de la religion, vous pensez juste. J’ai donné une fois l’exemple d’un camion qui porte un poids de cinq tonnes. Arrivé devant un pont, le chauffeur voit que le poids maximum des voitures ne doit pas dépasser trois tonnes. Si le chauffeur ne se préoccupe que d’échapper à la police ou à la vue des gens, c’est le pont qui le punira en se cassant et non la police. Si vous comprenez la religion de cette façon, vous ne lui désobéirez pas, mais si vous pensez que ce ne sont que des astreintes, alors que vous aimez la liberté, c’est une conception erronée.
 Plus votre science s’approfondit, plus vous tenez à la religion, parce que la science est la base de cet attachement. Vous devez essayer d’apprendre et l’être humain s’aime lui-même. Vous voyez un homme habitant une très belle maison, très bien meublée et très chère, prêt à la vendre dès que le médecin lui annonce qu’il lui faut un autre habitat meilleur pour sa santé. Il pense que sa santé est plus importante. Lorsque vous pensez que la religion est pour votre bien, que toutes ses lois sont à votre avantage, pour garantir votre bonheur et votre sécurité en ce monde et en celui de l’au-delà, vous tenez à la religion non comme celui qui a peur mais comme celui qui aime. Quelle différence entre les esclaves, les commerçants et les gens libres.
 Une femme, Rabi’a Al-‘Adawiya, amoureuse d’Allah, exalté et glorifié soit-Il, dit: « Je ne T’ai pas adoré par crainte de Ton enfer ou envie de Ton paradis, mais j’ai su que Tu étais digne d’être adoré et je T’ai adoré.» Les esclaves l’adorent par crainte et les commerçants par cupidité, tandis que les gens libres ont connu Allah et lui ont par conséquent obéi.
 Nous avons besoin de plus de science ce qui nécessite de l’action, car la science en plus de votre amour se transformera en action. Si un homme dit que la nourriture sans sel n’est pas mangeable, il change d’avis et la mange lorsque le médecin lui explique que le sel est mauvais pour la santé et peut lui causer une thrombose c’est-à-dire une paralysie. En ce qui concerne le monde ici-bas, l’être pèse d’une balance hygiénique. Il choisit ce qui est le meilleur pour sa santé. Il serait souhaitable que ce jugement soit utilisé en ce qui concerne l’au-delà. Les recommandations de la religions sont financières comme la Zakat (aumône obligatoire), physiques comme la Salât (prière), financières et physiques à la fois comme le Hajj (pèlerinage) qui est un culte spéciale, physique, financier et rituel accomplis en un temps précis.

La différence entre la duplicité et le flatterie :

 Le troisième point est que les Musulmans s’illusionnent que la religion n’est que du jeûne, de la Salât (prière), du Hajj (pèlerinage) et de la Zakat (aumône obligatoire). Qui vous a dit cela ? Tout ordre dans le Livre d’Allah et dans la Sunna (tradition de Son prophète) doit être obéi. Vous devez faire face à vingt mille ou trente mille recommandations. C’est cela la religion, une méthode complète qui commence à votre réveil au matin, votre bain, votre prière, votre sortie de la maison, votre comportement envers votre femme, avec vos enfants, vos transactions.  Nous avons trois cents hadiths au sujet des transactions. Il y a mille moyens illicites pour gagner de l’argent. Par exemple en ce qui concerne l’attente des caravanes avant leur entrée au marché, il est dit que la vente appelée ‘Mouhaqala’, qui est de vendre ce qui est en bourgeon moyennant le même produit déjà récolté, est de la duplicité et du mensonge. Il y a un tas de transactions toutes erronées, comme celles-ci, que le Prophète (bénédictions et paix d'Allah sur lui) a interdites.
 Pour vous en tant que Musulman, votre méthode n’est pas uniquement de cinq clauses. J’ai toujours répété que lorsque le Prophète (bénédictions et paix d'Allah sur lui) dit: « L’islam à été fondé sur cinq. » Il est connu qu’il était éloquent et avait une parole concise. Nous avons appris à l’université que les meilleures paroles après celles d’Allah sont les siennes. Il dit: «J’ai reçu le don de la parole concise. » Il dit encore: «Je suis le plus éloquent des Arabes cependant je suis de Quraïche. » On comprend de ces paroles que le Prophète (bénédictions et paix d'Allah sur lui) se loue lui-même et se dénigre en même temps. Mais ce style qui certifie la louange d’une façon qui ressemble au dénigrement est de la rhétorique. Vous dites par exemple: « Un tel est généreux mais courageux. » ou « Malin mais poltron. » Cela est un style de dénigrement qui ressemble à de la louange. Quant au style qui certifie la louange en des mots qui ressemble au dénigrement, nous avons comme exemple:

Aucun défaut à part que les épées qu’ils ont
Portent des débris des batteurs des bataillons

 Le Prophète (bénédictions et paix d'Allah sur lui) était très éloquent. Il dit: «Je suis le plus éloquent des Arabes cependant je suis de Quraïche qui est la plus éloquente des tribus arabes » Ses paroles étaient comme des perles enfilées, amusées et non menaçantes. Il y a des gens qui s’expriment avec une brièveté défectueuse dont on tire les mots par force. D’un autre côté, il y a un bavardage ennuyeux. L’éloquence est entre les deux et le Prophète (bénédictions et paix d'Allah sur lui) avait les paroles les plus éloquentes après celles d’Allah. Les professeurs du hadîth en déduisent des indices très subtils comme dans ces paroles du Prophète: «J’ai été envoyé avec le ménagement des gens ». Pourquoi n’a-t-il pas dit «J’ai été envoyé pour le ménagement des gens ?» Il y a une grande différence entre « avec le ménagement » et «pour le ménagement». Avec les secondes, il y aurait de l’hypocrisie quant aux premières, elles signifient: « J’utilise le ménagement pour guider les gens vers le bien.»
 Les oulémas ont dit que le ménagement est une chose et la flatterie une autre. Le premier est le don de soi-même pour la religion, vous faites des efforts pour amadouer les gens. Avec la deuxième, vous donnez de votre religion pour avoir la vie d’ici-bas et obtenir l’agrément des gens. La deuxième est très dangereuse alors que le premier est un comportement très raffiné.

La religion comprend des vérités qu’il faut absolument connaître:

« L’islam se base sur cinq piliers: Le témoignage qu’il n’y a pas de divinité à part Allah et que Muhammad est Son serviteur et Son messager, l’accomplissement de la Salât (prière), le versement de la zakat (aumône obligatoire), le Hajj (pèlerinage) et le jeûne du Ramadan. »

(Approuvé à l’unanimité d’après Ibn ‘Omar)

 image Cela signifie que l’islam est un édifice imposant, solide et majestueux. Il n’est pas seulement ces cinq piliers sur lequel il se tient, il est autre chose. L’islam est de la véra cité, de la confiance, de la droiture. Il ne faut pas avoir l’illusion que l’islam ne comporte que cinq ordres. Le comprendre est un devoir pour tout musulman. Les oulémas ont dit qu’il y a pour nous une science obligatoire que nous devons connaître sans aucun autre choix.
 Un chauffeur na pas besoin de savoir de quoi le moteur de la voiture se compose ni comment cette voiture a été fabriquée ni de quelle matière ses freins sont constitués. Mais il lui faut savoir comment la faire marcher et comment l’arrêter, comment la faire dévier vers la gauche ou la droite et comment agir au moment du danger. Il doit savoir tout cela ou bien il sera en danger.
 En matière de religion, il y a de même des vérités que nous devons connaître parce que celui qui les néglige paye un prix exorbitant. Comme par exemple celui qui a avoué que sa femme le trompait. Un autre qui est parti en voyage et a laissé sa femme avec ses deux frères à la maison s’est plaint que des choses sont arrivées. Tout cela a pour cause l’ignorance.

« D’après ‘Oqba Ibn Nâfe’, le Messager d’Allah (bénédictions et paix d'Allah sur lui) dit: « Attention à l’entrée chez les femmes.» Un des Ançâr demanda: « Et l’échauffement, ô Messager d’Allah ?» --- « L’échauffement c’est la mort. » répondit le Prophète.

(Approuvé à l’unanimité d’Après ‘Oqba Ibn ‘Amer)

 J’entends beaucoup d’histoires et j’ai une règle, je cherche la désobéissance derrière chaque problème. En effet, les causes des problèmes sont généralement une dérogation à la méthode d’Allah, un gain d’argent illicite ou une relation avec une femme. Tant que vous appliquez la charî’a (législation islamique) vous êtes dans une forteresse bien gardée.

Celui qui accomplit entièrement les cinq piliers de l’islam devient effectivement musulman:

 Nous avons une dernière règle qui dit que celui qui accomplit complètement les cinq piliers de l’islam devient effectivement musulman.
 En voyant un jeune homme qui va vers l’université et porte un costume vert et un cartable en main, tout le monde pense qu’il est étudiant. Son père ne le charge d’aucun travail et il n’a pas à subvenir aux besoins de la famille, il doit avoir du temps pour étudier. Mais étudie-t-il réellement ? Car il se peut qu’il ait de l’aversion envers les études. Il en est de même de celui qui prononce les deux témoignages de l’islam et qui est musulman d’après la loi. Comme les anciens oulémas disent: « Nous ne n’accusons pas d’apostasie ceux qui prient ou toute personne qui a prononcé les deux témoignages et s’est tournées du côté de la qibla (direction de la Ka’ba vers laquelle doit se tourner la personne qui veut prier), mais cela fait partie du cercle le plus large de l’islam. Ensuite les cercles se rétrécissent. J’ai donné un exemple pour illustrer cette idée et dit que le terme Hommes représente cinq milliards d’êtres humains, le terme Musulman désigne un milliard et Musulman arabe désigne cent cinquante millions. Si je dis un arabe cultivé, le cercle se rétrécit et encore plus si je dis un arabe musulman cultivé et ainsi de suite en disant, un médecin musulman arabe cultivé ou un chirurgien cardiologue à Damas où le nombre tombe à deux personnes. Allah, exalté soit-Il, dit:

«ceux qui sont humbles dans leur Salât, qui se détournent des futilités, qui s'acquittent de la Zakât, et qui préservent leurs sexes [de tout rapport], si ce n'est qu'avec leurs épouses ou les esclaves qu'ils possèdent, car là vraiment, on ne peut les blâmer; alors que ceux qui cherchent au-delà de ces limites sont des transgresseurs; et qui veillent à la sauvegarde des dépôts confiés à eux et honorent leurs engagements, et qui observent strictement leur Salât. Ce sont eux les héritiers, qui hériteront le Paradis pour y demeurer éternellement. Nous avons certes créé l'homme d'un extrait d'argile. »

(Sourate des Croyants (Al-Mu'minûn): 2-12)

 Plus Allah, exalté et glorifié soit-Il, ajoute un attribue plus le cercle se rétrécit.

L’islam a des attributs apparents et d’autres cachés :

 J’ai voulu par cette leçon faire voir clairement la vérité de l’islam que ce hadith montre:

« D'après 'Abdillâh ibn 'Amr, le Prophète (BP sur lui) dit: " Le Musulman est celui qui épargne aux gens les préjudices de sa langue et de sa main, et l'émigrant est celui qui renonce à ce qu'Allah a prohibé.»

(Approuvé à l’unanimité d’après ‘Abdillah Ibn ‘Amr)

 Il faut dire celui qui épargne la réputation des Musulmans des préjudices de sa langue et de sa main parce que chaque fois qu’un Musulman fait du tort à un non musulman, c’est l’islam qui est imputé. Si vous causez du tort à un de vos frères vous êtes accusé, mais il faut faire attention de ne pas causer du tort à un nom musulman parce qu’il accusera notre religion.

«D'après 'Abdillah ibn 'Amr: « Un homme demanda au Messager d'Allah (BP sur lui): "Quel est le meilleur Islam ? » Il lui répondit: « Offrir de la nourriture et saluer qui on connaît ou ne connaît pas. »

(Approuvé à l’unanimité d’après ‘Abdillah Ibn ‘Amr)

 L’islam projette une lumière comme le lampadaire de la rue, il a de la spiritualité, une structure, des actions apparentes, des actions matérielles, des actions observées et des spiritualités qui sont le secret de l’islam. Sans amour, sans crainte d’Allah, sans empressement à Ses ordres, l’islam est un corps inerte. Il a des attributs apparents et des attributs cachés.

«L’islam comprend huit actions: la proclamation des deux témoignages, la prière, la zakat, la lutte pour la cause, le jeûne du mois de Ramadan, le Hajj (pèlerinage) et l’ordre de faire le bien et l’interdiction de faire le mal »

(Rapporté dans Sahih Al-Hâkem d’après Abou Houraïra)

« Ne pas s’occuper de ce qui ne le regarde pas, dénote le bon islam de l’homme.»

(Rapporté par At-Termizi et Malek d’après Abou Houraïra)

 Nous avons traité durant ces trois leçons de l’islam, de la foi et de la bienfaisance. Cette dernière est du rang le plus élevé. C’est adorer Allah comme si tu le voyais et si tu ne le vois pas, Lui te voit. La récompense des bienfaisants sera de voir Allah au jour de la Résurrection parce qu’ils l’auront adoré comme s’ils le voyaient et ils le verront alors réellement.

Traduction  : Zeinab Hassan
Vérification       :